Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Vendredi 17 Février 2017 - 02:00

Cet article cite : allemagne, france, guerre, travail

        

16 février 1943 : le SOT devient le STO

La participation des Français à l'effort de guerre Allemand.


16 février 1943 : une loi de l'État français institue le Service Obligatoire du Travail : le SOT.




En 1942 à Paris, avant le STO, le recrutement des travailleurs français - Anwerbung französischer Arbeiter - par Bundesarchiv, Bild 183-H26364 - CC-BY-SA 3.0
En 1942 à Paris, avant le STO, le recrutement des travailleurs français - Anwerbung französischer Arbeiter - par Bundesarchiv, Bild 183-H26364 - CC-BY-SA 3.0
Lorsqu'une loi de l'État français institue le Service Obligatoire du Travail, le SOT est très vite moqué. Et il est très vite rebaptisé Service du Travail Obligatoire (STO). En raison de la mobilisation, l'Allemagne avait besoin de bras dans les champs et dans les usines d'armement pour faire tourner son économie. 240.000 Français, en échange d'un bon salaire, se sont portés volontaires pour aller travailler en Allemagne mais ce n'était pas suffisant. L'Allemagne presse le gouvernement de Vichy de lui envoyer 350.000 travailleurs qualifiés. Vichy met en place une "Relève" sur la base de "trois Français volontaires partant en Allemagne contre la libération d'1 Français". L'opération ne fonctionne pas. Le SOT est alors créé, aussitôt transformé en STO. 650.000 Français sont envoyés en Allemagne dont un bon tiers entre dans la Résistance en prenant le maquis.





Nouveau commentaire :
La loi interdisant certains types de commentaires, un contrôle est effectué avant publication. Avant d'écrire et poster les mots "arnaque, corruption, imposture, malversation, raciste, homophobe" etc..., veuillez auparavant nous transmettre vos preuves pour vérification. Merci de votre compréhension, la rédaction.



Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.