Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



15/06/2017 - 20:37
        

Agression de Nathalie Kosciusko-Morizet : l'AFP raconte

La candidate investie par Les Républicains est agressée sur le marché Maubert au cours d'un tractage



Le signalement du suspect, figé sur des photos de presse, a été communiqué à la police. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences volontaires".



Elle est prise à partie sur le marché Maubert dans le 5e arrondissement de Paris. Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) se fait traiter de "bobo de merde" au moment où "un homme d'une cinquantaine d'années" lui prend des tracts pour les lui envoyer dans la figure. 
 
"A ce moment-là, elle se protège, elle met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure".
Geoffroy Van der Hasselt, photographe de presse pour l'AFP, à une dizaine de mètres de la candidate.


Visiblement énervé, l'homme lui aurait également lancé :
​"C'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire. Retournez dans l'Essonne !"

La député sortante dans la 4e circonscription de l'Essonne incluant la commune de Lonjumeau dont elle était député-maire avant d'être élue conseillère de Paris dans le 14e arrondissement en 2014, fait alors un malaise. L'AFP relate : "Déséquilibrée, (elle) chute sur le sol et perd connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur".
 
"On se rend compte que Nathalie Kosciusko-Morizet ne se relève pas, ne se réveille pas. Elle reste par terre". 
Geoffroy Van der Hasselt, photographe de presse couvrant la campagne des législatives 2017 à Paris pour l'AFP.

Conduite par les pompiers à l'hôpital Cochin dans le 13e arrondissement pour y subir des "examens médicaux approfondis", Nathalie Koscisuko-Morizet n'a pas porté plainte. C'est sa directrice de campagne Olivia Laurentjoye qui l'aurait fait à sa place, toujours selon l'AFP qui précise que "les médecins émettront un avis médical quand ils le jugeront possible selon un communiqué".

L'agression de Nathalie Koscisuko-Morizet a été unanimement condamnée sur Twitter, dont François Fillon qui lui a laissé la 2e circonscription de Paris, ou encore Anne Hidalgo Maire de Paris. Gilles Le Gendre (LREM), en ballotage favorable face à Nathalie Kosciusko-Morizet, a même suspendu sa distribution de tracts pour rester à égalité avec cette dernière. "Pour tout dire, les hommes qui expriment cette violence physique à l'égard de femmes qui sont à la fois plus petites et plus légères ne m'inspirent que du mépris", a aussi déclaré le premier ministre Edouard Philippe. 

Le signalement du suspect, figé sur des photos de presse, a été communiqué à la police. Le parquet de Paris a aussitôt ouvert une enquête pour "violences volontaires".  

Nous venons d'apprendre que Nathalie Kosciusko-Morizet restera pour la nuit à l'Hôpital Cochin, en observation.
Document de campagne © Nathalie Kosciusko-Morizet
Document de campagne © Nathalie Kosciusko-Morizet

Document de campagne © Nathalie Kosciusko-Morizet
Document de campagne © Nathalie Kosciusko-Morizet




Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.