Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



09/02/2010 - 08:21
Clément Bouhélier
        

Alain Dolium, candidat mal connu

Septième Tribune



Tête de liste du Modem en Ile-de-France pour les régionales, cet entrepreneur de 42 ans participe pour la première fois à une élection, et a déjà sa marionnette aux « Guignols ». Portrait de ce « primo candidat », dont le nom est peu connu des Franciliens.



Alain Dolium, 42 ans, cofondateur de Obad Mobile Marketing
Alain Dolium, 42 ans, cofondateur de Obad Mobile Marketing
Qui est Alain Dolium ? Rue de l’université, un étudiant fraîchement diplômé de Sciences Po hoche les épaules, dubitatif. « Je ne vois pas du tout ! » Si même lui ignore que l’intéressé est tête de liste du Mouvement démocrate (MoDem) en Ile-de-France pour les élections régionales, qui le saurait ? Dans le septième arrondissement, où se trouve pourtant le siège du MoDem et où une candidate a été élue en 2001 sous les couleurs du parti centriste, le nom « Alain Dolium » n’évoque pas grand-chose… contrairement à ceux de Jean-Paul Huchon, Valérie Pécresse ou Cécile Duflot. Mais à un mois de l’échéance, celui qui a adhéré au Modem en 2007 balaye la remarque d’un revers de main. « Ce serait compliqué pour moi si l’on pouvait constater que la notoriété est égale à la compétence ! »
Jamais candidat à une autre élection, propulsé en position de tête de liste dans la région la plus riche de France par François Bayrou, ce chef d’entreprise de 42 ans refuse le qualificatif « d’Obama Français » dont le gratifie parfois la presse : « Ce serait réduire ce que je suis à un critère ethno-racial. » Il met plutôt en avant sa connaissance du tissu économique et social de la région. Egratignant au passage les promesses concurrentes : « Si je pouvais vous dire droit dans les yeux, comme le fait l’UMP, que nous allons créer un million d’emplois en Ile-de-France, je le ferais. Mais ce serait être irréaliste ou excessif. 160 000 emplois, cela correspond davantage à la réalité. »

Alain Dolium et Jean-Jacques Jegou, sénateur du Val-de-Marne (Modem)
Alain Dolium et Jean-Jacques Jegou, sénateur du Val-de-Marne (Modem)

Sa marionnette aux « Guignols »

L’emploi constitue d’ailleurs le thème fort de sa campagne. « Parce qu’il y a 500 000 chômeurs en Ile-de-France et 120 000 bientôt en fin de droits ». Ce réalisme affiché, renforcé par l’image d’un entrepreneur issu de la société civile, peut jouer en faveur d’Alain Dolium. Mais maîtriser son dossier ne suffit pas pour peser dans la bataille électorale en Ile-de-France. Cela tombe bien : quoiqu’il se défende férocement de faire de la « politique politicienne », le candidat du MoDem se montre à l’aise devant le public et face à la presse. « Il est très bon pour un novice ! » se permet l’un de ses colistiers, qui se réjouit par ailleurs qu’Alain Dolium ait déjà sa marionnette aux « Guignols de l’info ». « C’est plutôt sympa » note l’entrepreneur à ce sujet.
« Sympa »… voire crucial, tant le passage chez les petits bonshommes de Canal Plus est synonyme d’intronisation dans la vie politique. Suffisant pour atteindre un score à deux chiffres dans les sondages ? Et pour jouer un rôle d’arbitre au second tour, comme l’a souhaité le sénateur du Val-de-Marne Jean-Jacques Jégou lors du lancement de la campagne d’Alain Dolium dans le 94 ? Le candidat tête de liste se targue en tout cas de mettre toute son énergie dans la campagne : « Je dors trois à quatre heures par nuit, c’est une nature. » Il assure par ailleurs ne pas courir après plusieurs bâtons de maréchal. « Quand on a un mandat, on s’y tient. » Reste à obtenir au moins celui-là.

SPECIAL "Elections régionales" du 14 et 21 mars :
- L'axe central de la campagne du MoDem

- Un candidat de l'UMP : lire l'article d'Olivier Guérin du 10 février Patrick Karam : Un bulldozer en politique


Les faits | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.