Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



29/03/2014 - 00:22
        

Anne Lebreton séduite par Christophe Girard, Vincent Roger soupirant déçu

Municipales dans le 4e arrondissement, 1 élection sur 20 à Paris.



Vincent Roger n'a pas su négocier le ralliement d'Anne Lebreton. Elle rejoint la liste de Christophe Girard.



Femme pragmatique, Anne Lebreton rejoint celui qui lui a proposé une position éligible au conseil du 4e arrondissement en cas de succès.

Anne Lebreton : "Je suis une liste indépendante, on a été à la négociation. On s'est toujours bien apprécié avec Vincent Roger et je m'entends bien avec Christophe Girard.
Vincent n'a pas pensé un instant qu'il était en train de négocier. Quand on négocie, on évalue une situation, on voit ce que l'autre peut vous apporter et je suis retournée au charbon trois fois. Je me suis dit "ce n'est pas possible, je vais le rappeler". Je lui ai dit "on doit, il doit y avoir un moyen de s'entendre" parce que notre tendance naturelle c'était plutôt d'aller chez lui. Avec lui, j'étais éligible en cas de victoire mais il n'a pas les chiffres en sa faveur donc il fallait qu'il nous propose des places éligibles même sans victoire. Cela a été une négociation qui n'a pas abouti.

J'ai vraiment envisagé de n'appeler à voter pour personne. J'ai appelé Christophe Girard pour le lui dire et il a eu une réaction extrêmement courtoise, à l'écoute, en disant qu'il espérait dans ce cas là qu'on pourra faire quelque chose ensemble dans la prochaine mandature, il a dit que c'était dommage parce qu'il avait en tête quelque chose qu'on pourrait faire ensemble... et qu'est-ce que vous voulez, voilà. Lui a pris un risque parce que chez lui, ce n'était pas évident, il y a quand même une transgression, cela ne se passe pas si facilement vis-à-vis de ses alliés"
.

Anne Lebreton, candidate aux législatives en 2012 - Photo : VD.
Anne Lebreton, candidate aux législatives en 2012 - Photo : VD.
Vincent Roger : "Anne Lebreton n'a pas la même conception de l'éthique et de la morale que moi. C'est moi qui lui ait mis le pied à l'étrier. Pour moi c'est un épiphénomène, la politique ce n'est pas ça. La politique c'est défendre des projets, des valeurs et des convictions. Madame Lebreton a eu 4 partis politiques, 4 étiquettes en 2 mois. Elle défend sur ses tracts un projet que je défends et que le maire sortant dénigre et maintenant elle le rejoint. Tout ça est assez ubuesque. Elle est allée au plus offrant, mais ce n'est pas ça la politique.
Je lui ai proposé d'être sixième sur ma liste. Madame Faugeron qui a fait 9%, 3 points de plus qu'elle, est sixième sur la liste de Monsieur Girard"
.

Paris Tribune : Vous avez voulu faire la même chose qu'au PS ?

Vincent Roger : "Oui. Je lui ai proposé d'être sixième et Madame Faugeron qui a fait 9% est sixième sur la liste de Christophe Girard. Mais après, je ne suis pas rentré dans plus de négociations puisqu'elle ne partage pas mes valeurs. On ne donne pas la deuxième place à quelqu'un qui a fait 5 %. Je n'allais pas faire exploser mon équipe pour Madame Lebreton. J'assume totalement, je vis cela très sereinement".

Rien de Talleyrand chez Vincent Roger. En tête avec 37.6 % des suffrages exprimés au 1er tour dans le 4e arrondissement, il se dit confiant pour remporter la 2nde et dernière manche. La réponse le 30 mars 2014.


Article du 31 mars 2014 :
- PS Europe Ecologie PC PRG et Anne Lebreton gagnent le 4e arrondissement.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.