Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



17/06/2011 - 17:30
La rédaction avec la participation de Julie Hammett
        

Bac 2011 : La Philo laissée pour compte

Première épreuve du baccalauréat 2011 : la Philo.



Rencontre avec quelques étudiants du Lycée de Sèvres après l’épreuve de philosophie jeudi 16 juin 2011.



« La liberté est-elle menacée par l’égalité ? », « L’art est-il moins nécessaire que la science ? », « L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ? ». Voilà quelques exemples de sujets sur lesquels les bacheliers ont planché à l’épreuve de philosophie, entre 8h et 12h jeudi 16 juin 2011 au Lycée de Sèvres, dans la ville de Sèvres (92). Sujet de dissertation ou explication de texte, les lycéens ont le choix.

A l’issue de l’épreuve, une lycéenne sort de la salle en larmes. Néanmoins, si elle désarme certains, la majorité des lycéens ne semble pas prendre la matière trop au sérieux. « Je n’ai pas trop révisé, j’y suis allé au talent ! » lance Hugo, 19 ans, étudiant au Lycée de Sèvres en filière Economique et Sociale (ES). Pour les étudiants en filière Scientifique (S), l’épreuve de philosophie n’est que coefficient 3 et compte donc autant que la Langue Vivante 2 (LV2). Magali, 16 ans, terminale S, sort de l’épreuve à 10h50, soit un peu plus d’une heure avant la fin officielle de l’examen. Pour elle, l’enjeu est moindre : « l’épreuve de philosophie ne m’inquiétait pas tant que ça. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment révisé, j’ai surtout appris la méthode ». Elle préfère jouer stratégique. « Je veux tout miser sur le ‘bloc scientifique’. C’est ça qui va vraiment déterminer ma note finale ». Même en filière Littéraire (L), où la philosophie a pourtant un impact considérable sur la moyenne finale (coefficient 7), les étudiants ne semblent pas trop anxieux. « On a commencé à réviser hier soir » confient Audrey et Lou, terminales en série L. « La clé, c’est d’apprendre quelques citations faciles à replacer dans les dissertations ». Charles, étudiant en ES, confirme : « En découvrant les sujets ce matin, j’ai paniqué. Puis je me suis souvenu d’une citation de Kant. Elle m’a sauvé ! Je ne l’ai plus lâchée de toute l’épreuve ! »
Audrey et Lou, 18 ans, en bac L - Photo : Julie Hammett.
Audrey et Lou, 18 ans, en bac L - Photo : Julie Hammett.

Une chose est sûre, les étudiants du Lycée de Sèvres ont déjà l’esprit ailleurs. Ils ont des projets plein la tête : Prépa scientifique à Janson de Sally (16e arrondissement de Paris), fac de droit à Nanterre, écoles de commerce post-bac, écoles d’ostéopathie ou encore études scientifiques à la prestigieuse université de McGill (Canada) : il y en a pour tous les goûts. Une liste encourageante à l’heure où l’on parle beaucoup du grand pessimisme des jeunes.



Les faits | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.