Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



Cet article cite : france, ile de france, paris, sénatoriale
02/10/2014 - 21:00
        

Bruno Retailleau : "le Sénat était mis en coma institutionnel depuis 3 ans"

Bruno Retailleau élu président du groupe UMP au Sénat.



Paris, le 2 octobre 2014 (Paris Tribune) : Bruno Retailleau, élu président du groupe UMP de la chambre haute du Parlement veut "réveiller le Sénat".



Le résultat des votes, en provenance de la salle Médicis au Sénat où se tient un huis-clos, tombe en tout début d'après-midi le jeudi 2 octobre 2014 : Bruno Retailleau l'emporte au premier tour avec 79 voix, Roger Karoutchi obtient 39 voix et Gérard Longuet 25 voix. Le résultat est sans appel : pas d'ancien ministre à la présidence du groupe UMP sénatorial.
Interrogés par Paris Tribune, les trois candidats réagissent aux scores : Bruno Retailleau est "content", Roger Karoutchi ne souhaite pas s'exprimer et Gérard Longuet déclare "Je suis déçu".

Lire le décryptage d’un résultat inattendu : Pas d’ancien ministre à la tête du groupe sénatorial UMP.

Bruno Retailleau (extraits) :



Bruno Retailleau : "(...) Mon élection à la tête du groupe c'est un signal, il est clair (...) Les arguments que j'ai employé c'était les arguments de ceux qui voulaient un Sénat qui puisse se réveiller parce que il était mis en coma institutionnel depuis 3 ans. C'était un coma institutionnel depuis 3 ans et aujourd'hui, voilà, c'est un Sénat nouveau. Et il ne suffit pas d'une victoire, il ne suffit pas de le dire, il faut maintenant le faire vivre. (...) Je serai très présent. Vous savez je suis un passionné de l'ère numérique donc il y a aussi des outils qui permettent, comment dirais-je, une forme d'ubiquité, mais non, non, je ne négligerai ni la Vendée et surtout pas le Sénat. Parce que j'aime le Sénat (...)".


Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.