Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



28/06/2013 - 01:28
Elodie Châtrain et Vaea Devatine
        

Candidature de NKM à Paris : le FN et le SIEL désapprouvent

IIIe arrondissement : débat politique pendant une opération de tractage organisée au moment de la pause déjeuner du conseil de Paris le 11 juin 2013.



NKM peut-elle gagner Paris ? Paris Tribune a posé la question à Wallerand de Saint-Just, candidat FN dans le XVIIe, et à Christian Vauge, candidat SIEL dans le XIIe, au cours d'une opération de tractage organisée devant la mairie du IIIe arrondissement.



La désignation de Nathalie Kosciusko-Morizet pour faire gagner la droite à Paris n'est pas du goût des deux responsables à Paris du Front National et du SIEL (Souveraineté, Indépendances et Libertés) qui critiquent le choix fait par l'UMP face à la candidate de la gauche Anne Hidalgo.

Le rassemblement du FN et du SIEL au sein du RBM

Les politiques des deux formations étant "parfaitement convergentes sur les grands problèmes de la capitale" le rassemblement du FN et du SIEL aura bien lieu au 1er tour et au 2e tour... "et plus si affinités avec d'autres personnes".

Wallerand de Saint-Just est le responsable départemental de Paris depuis 2012, trésorier du Front National et candidat à la Mairie de Paris, tête de liste du FN dans le XVIIe arrondissement.

Christian Vauge est le responsable pour Paris du SIEL investi dans le XIIe arrondissement. Deux autres membres de la formation politique pourraient être désignés tête de liste dans d'autres arrondissements.

Seul parti ayant passé à ce jour un accord électoral avec le Front National au sein du Rassemblement Bleu Marine, le SIEL prône une stratégie d'alliances à droite. La question d'un ralliement au 2nd tour entre les listes SIEL et UMP dans certains arrondissements n'a pas été tranchée. Pour l'UMP qui le souhaite, ce n'est pas certain ; pour le SIEL non plus. Celui-ci devra aussi convaincre le FN pour qui la question n'est pas à l'ordre du jour.

Ce qui semble sûr : il n'y aura pas d'accord de parti à parti, entre d'un côté le FN ou le SIEL qui ont chacun leurs candidats, et de l'autre l'UMP. En revanche, il pourrait y avoir des accords de personne à personne.

5 questions au FN et au SIEL

Paris Tribune : Nathalie Kosciusko-Morizet a-t-elle des chances de rassembler la droite et de gagner Paris en 2014 ?

Wallerand de Saint-Just : Elle ne rassemblera pas la droite puisqu'elle a commencé, et depuis très longtemps, par cracher sur les électeurs du Front National en les traitant avec beaucoup de mépris et ça pour un 2e tour c'est quand même très ennuyeux. Deuxièmement c'est la pâle copie d'Anne Hidalgo et je pense que les électeurs vont préférer l'original à la copie.

Christian Vauge : C'est une erreur de casting qui va faire perdre la droite. Vraiment. Parce que je ne sens pas l'électorat UMP adhérer à Nathalie Kosciusko-Morizet, ce n'est pas du tout le profil dans mon arrondissement, et elle va faire perdre la droite. On se rallierait peut-être pour le 2e tour. Moi je prêche pour une liste de droite rassemblée.

Paris Tribune : Le FN n'a pas fait un bon score à Paris... Pensez-vous que le FN inquiète Nathalie Kosciusko-Morizet ?

Wallerand de Saint-Just : Je ne sais pas... pour le 2e tour par arrondissement ? C'est très particulier... c'est difficile de donner quelque chose de très complet.

Christian Vauge : Madame Kosciusko-Morizet, de part les positions qu'elle a prise jusqu'à présent et le mépris voire l'insulte qu'elle a adressé au Front National et à ses partenaires lors des élections législatives, ne peut pas être notre candidate, ce n'est pas possible.
On ne recherchera aucun soutien de cette dame qui a été parfaitement parachutée, qui ne correspond pas à la démographie parisienne.
Comme le lui a dit Guillaume Peltier, il ne pourra pas y avoir d'accord de parti à parti mais peut-être des accords de personne à personne... si elle change d'avis...


Paris Tribune : Vous mettez dans le même sac l'UMP et le PS ?

Wallerand de Saint-Just : C'est pas nous, c'est eux ! Kosciusko-Morizet par ses différentes réactions, par ses différentes attitudes, elle nous montre bien qu'elle est la copie d'Anne Hidalgo !

Paris Tribune : Vous avez des exemples ?

Wallerand de Saint-Just : A peu près sur toutes les questions, d'abord de politique générale, c'est une dame qui a craché manifestement sur tous les électeurs du Front National et qui prend des positions quasiment identiques à celle du Parti Socialiste.
On pense par exemple à l'affaire du mariage pour tous. Elle n'a pas voté pour, elle s'est abstenu courageusement. Voilà qui la rapproche des socialistes sur un grand nombre de sujets.
Et en ce qui concerne la politique parisienne, sur des sujets principaux, sur la sécurité, le sujet de l'immigration, du montant des impôts, elle ne se démarquera certainement pas d'Anne Hidalgo.
Elle n'a pas cette préoccupation véritable de la sécurité, l'immigration elle n'en parle jamais, et les impôts elle est d'accord avec la pression fiscale actuelle, peut-être même qu'elle sera amené à l'augmenter... ça, ce n'est pas un problème pour elle.


Paris Tribune : Allez-vous créer des accords de personne à personne ?

Christian Vauge : On ne peut pas imaginer des accords de parti à parti, qui de toute façon seraient inutiles puisque l'enjeu n'est pas de constituer un parti au niveau national mais bien d'emporter, de remporter, d'arracher des municipalités à la gauche et de les remplacer par des électeurs légitimes, puisque ces municipalités ont très souvent, et c'est le cas du XIIe, ont été remportées par une division de la droite qui au total était majoritaire.
Donc nous essayerons de ne pas recommencer cette erreur qui nous a fait perdre le pouvoir pour de nombreuses années avec les conséquences que l'on constate maintenant tous les jours dans l'évolution catastrophique dans les arrondissements en question, et du XIIe en particulier qui va gentiment vers la clochardisation. Je le dis haut et fort.

Débats politiques

Selon des observateurs, le Front National connaîtrait actuellement "une dynamique", due aux résultats des élections législatives partielles de Villeneuve-sur-lot et dans l'Oise et à des succès et des échecs judiciaires.

Suite aux résultats électoraux des candidats du FN, Marine Le Pen estime que cela "montre que l'UMPS n'arrive plus à mobiliser son électorat pour empêcher le Front national de gagner des suffrages".

Du côté des tribunaux, Marine Le Pen a été relaxée le 25 juin 2013 dans le procès en diffamation intenté contre elle par Yannick Noah.
Le même jour la Cour de Cassation a cassé un arrêt de la Cour d'Appel de Paris qui avait débouté la présidente du FN dans une affaire où elle poursuivait Eva Joly, candidate écologiste, avant le 1er tour de l'élection présidentielle.
Marine Le Pen poursuit également pour diffamation Raquel Garrido, avocate du candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon, suite à une déclaration qu'elle aurait faite à l'AFP à propos d'une procédure en cours au sujet de tracts qui auraient été distribués à Hénin-Beaumont pendant la campagne des élections législatives.

En revanche, Marine Le Pen a été déboutée en appel le 26 juin 2013 de son action en diffamation contre le fondateur du Cran, Patrick Lozès, pour des propos tenus dans le cadre d'un "débat politique". Les motivations de l'arrêt de la Cour d'Appel n'ont pas encore pu être consultées. En première instance, le tribunal avait jugé le 11 septembre 2012 que les propos poursuivis "ne dépassent pas les limites autorisées par la libre expression de la polémique politique et du débat démocratique opposant des adversaires et s’exerçant dans des conditions où la vivacité du ton et l’excès des termes peuvent être réciproquement admis".

Des débats politiques liés à des débats publics pendant la campagne des municipales à Paris, il y en a déjà et il y en aura de plus en plus. La campagne à Paris de tous les partis politiques en lice se fera-t-elle aussi à travers des procès ? Seul l'avenir le dira.



VIDEO : Le pronostic de Wallerand de Saint-Just (FN) tête de liste dans le XVIIe arrondissement candidat à la mairie de Paris et de Christian Vauge (SIEL) tête de liste dans le XIIe arrondissement. Depuis le IIIe arrondissement, ils donnent leur avis sur la désignation de Nathalie Kosciusko-Morizet par l'UMP.





Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.