Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



15/01/2013 - 18:05
        

Chapelle Laennec : Allianz et le Comité Laennec-Turgot

VIIe arrondissement : rebondissements au 42 rue de Sèvres 75007 Paris.



Le Comité Laennec - Turgot et le groupe Allianz : deux conceptions différentes du patrimoine imprescriptible et inaliénable.



La bataille est-elle relancée entre Allianz et des riverains, associations et membres des familles des Hommes ayant fait l'Histoire de France dont les sépultures sont réunies au sein de la chapelle Laennec ? Paris Tribune fait le point avec Arlette Vidal-Naquet l'une des membres les plus actives du Comité Laennec-Turgot.

Cogedim, AGF puis groupe Allianz

Fermé en 2000, l'Hôpital Laennec, 4 hectares au beau milieu de Paris dont la moitié en espaces verts, devait laisser la place au projet immobilier intitulé en 2005 "Laennec Rive Gauche". En 2010, le projet s'intitule "Paris Rive Gauche".

La chapelle fait l'objet de contestations sérieuses : si elle peut passer du domaine public au domaine privé, son affectation est inaliénable et imprescriptible arguent les défenseurs du patrimoine réunis dès 2006 au sein du Comité Laennec - Turgot. Il s'agit de permettre au public de pouvoir continuer de jouir de leur patrimoine alors que le Groupe Allianz prévoit une affectation de la chapelle en équipements collectifs privés.

Le groupe PPR Pinault Printemps La Redoute, actuellement basé avenue Hoche dans le VIIIe arrondissement, souhaite y installer son siège à l'horizon 2014. Parmi les membres du conseil d'administration du groupe : Jean-Philippe Thierry, PDG d'Allianz France depuis 2001. En 2002, la vente par l'APHP de l'Hôpital Laennec à la Cogedim est effective. Celle-ci en appelle aux AGF, rachetées par le Groupe Allianz, pour porter financièrement le projet jusqu'à son terme.

Promis en 2000 à la Cogedim par l'APHP pour 530 millions de francs (80,8 millions d’euros) pour 38 173 m² , soit 13 884 francs / m² (2 117 euros / m²), le projet immobilier va subir plusieurs contestations et s'arrêter à de nombreuses reprises.

En 2001, le tribunal administratif donne raison aux plaignants de l'association des riverains de l’hôpital Laennec, et annule le plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du VIIe arrondissement élaboré par l'État. Les propriétaires doivent refaire un PSMV. La Mairie de Paris reprend les discussions avec la Cogedim.
En 2002, la Cogedim acquiert tous les lots pour le total promis en 2000 de 80,8 millions d’euros.
En 2005, 3 permis de construire sont déposés par la S.A.S. COGEDIM et la S.A. AGF Vie. Le projet est présenté aux riverains.
En 2006, lancement du Comité Laennec-Turgot et d'une pétition pour la "restitution au culte et au public de la chapelle Laennec". Il informe régulièrement les riverains sur le devenir de la chapelle Laennec.
Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) élaboré par la Ville de Paris n'est pas non plus respecté. Nouveau succès de l'association des riverains de l’hôpital Laennec qui demande "que le plan Masse (ndlr : le plan d'aménagement du sol) permette aux habitants de circuler facilement entre les nouveaux immeubles, et que le plan Volumétrie ne dépasse pas la hauteur du monument historique". Elle a depuis été dissoute après avoir trouvé un accord financier avec Allianz en 2009. C'est la fin de 8 années de procédures coûteuses. Les travaux vont pouvoir démarrer.

En janvier 2011, l'Evêché de Paris confirme que la chapelle n'a pas été désacralisée.
En mars 2011, les familles des Hommes qui ont fait l'Histoire de France dont les sépultures reposent dans la Chapelle Laennec envisagent d'ester en justice.
En juin 2011, les travaux démarrent.

Les derniers rebondissements

Début décembre 2012, les familles remarquent que la sacristie du XVIIe siècle a été démolie. "Une erreur humaine" reconnaît Allianz qui daterait de la fin 2011 et qui était jusque-là passée inaperçue.
Le 11 décembre 2012, un accident de chantier braque de nouveau les feux de l'actualité sur le site.
Fin décembre 2012 : le dernier-né des permis de construire modificatif, accordé par la Mairie de Paris et autorisant la modification de "l'aspect extérieur" de 2 bâtiments totalisant 2 000 m², est découvert par les riverains.
Janvier 2013 : La Cogedim demande à rencontrer les associations de patrimoine et les familles.
Les associations et les familles demandent également à être reçues par le groupe Allianz pour évoquer la restitution au public de la Chapelle Laennec, un bien imprescriptible et inaliénable.
Les travaux du site Laennec doivent durer jusqu'à la fin 2013.

Laennec : l'actualité 2013 promet d'être riche.
La Chapelle Laennec et un nouveau bâtiment construit dans l'esprit architectural du XVIIe siècle.
La Chapelle Laennec et un nouveau bâtiment construit dans l'esprit architectural du XVIIe siècle.

La maquette du site présentée au public en 2010 - Photo : TDP.
La maquette du site présentée au public en 2010 - Photo : TDP.

Interview d'Arlette Vidal-Naquet du Comité Laennec - Turgot

Paris Tribune : Bonjour Madame Arlette Vidal-Naquet *
Arlette Vidal-Naquet : Bonjour Paris Tribune

Paris Tribune : Vous faites partie du Comité Laennec-Turgot...
Arlette Vidal-Naquet : Oui !

Paris Tribune : Quelle est l'actualité de ce comité en 2013 ?
Arlette Vidal-Naquet : L'actualité est en plusieurs chapitres...

On peut démarrer sur la démolition de la sacristie : le groupe Allianz reconnaît qu'il y a eu erreur humaine. Elle sera reconstituée, réhabilitée comme au XVIIème.
Nous sommes également interpellés par un bâtiment qui est à la Croix du Sud, tout en bout, qui doit être réhabilité comme au XVIIème, qui sera reconstruit et là nous sommes très étonnés parce que déjà la construction est plus élevée que la Croix de Jérusalem.
Et nous avons aussi, si vous voulez, l'accident sur le chantier, en mi-décembre, où il y a eu un ensevelissement d'ouvriers, dont un ouvrier très grièvement blessé, et on ne sait pas, nous ne savons pas s'il est décédé ou pas.
Nous avons la Cogedim qui s'est..., qui nous a contacté pour que justement nous puissions nous rencontrer.
Et nous souhaiterions également, puisque cette chapelle est la chapelle de la discorde, que le groupe Allianz puisse également rencontrer les familles, rencontrer l'ensemble des associations qui s'intéressent au devenir de cette chapelle qui est toujours cultuelle. Cela nous a été confirmé par l'Evêché en janvier 2011.
Elle a été vendue par erreur, encore une erreur, et des sépultures existent, ce sont les hommes qui ont fait l'Histoire de France qui y reposent.
Et nous n'acceptons absolument pas l'idée qui nous semble intolérable que pour des manifestations culturelles, ces sépultures soient piétinées.
Donc il y a un problème.
Et nous souhaiterions que le groupe Allianz ait conscience que dans toute la France, les nouveaux propriétaires respectent le droit du patrimoine inaliénable et imprescriptible, que ce soit à Avignon, à Marseille, à Dôle, à Lille où il y a l'Hôtel-Dieu Gantois **... les propriétaires savent et respectent le droit du public.
Et ça il faut absolument que ce groupe, qui est un groupe important, puisse entendre et écouter ce que représente le droit du patrimoine.
Nous sommes toujours arc-boutés, nous avons plus de 12 000 pétitionnaires qui sont intéressés, non seulement en France, en Europe mais dans le monde entier.
Nous avons un comité de soutien avec des personnalités fantastiques, aussi dans le monde entier. Il y a un comité de soutien au Brésil.
Que doit-on faire de plus pour pouvoir faire entendre raison à ce groupe Allianz, qui est un groupe, le groupe Allianz connu et reconnu dans le monde entier, qui fait des choses somptueuses, mais le droit du patrimoine le groupe Allianz devrait savoir ce que c'est !
Voilà, je pense que j'ai fait le tour de la question. C'est David contre Goliath, c'est le pot de terre contre le pot de fer, mais sachez que nous sommes arc-boutés et que nous ne lâcherons pas ce combat.
C'est un combat patrimonial pour les générations futures, le patrimoine veut dire quelque chose.
Même ce groupe, ou le pouvoir, l'argent, la politique, le profit, aient ce mépris du patrimoine... Non, ce n'est pas possible.


Paris Tribune : Vous parliez d'exemples en métropole, en France, dans ces villes il s'agit de la même situation ? La vente d'un hôpital, d'une chapelle...
Arlette Vidal-Naquet : La vente... la vente... la vente d'hôpitaux et par exemple à Lille ** c'est un hôtel qui a été construit et à la place justement d'un hôpital. Il y a vraiment de magnifiques réalisations qui ont été... le droit du patrimoine, le droit du public a été respecté...
Donc c'est tout à fait normal que ce soit en plein coeur de Paris par un groupe aussi important qu'Allianz... c'est... c'est... nous ne... nous n'arrivons pas à comprendre.
Pour nous, cette situation est intolérable et insupportable.


Paris Tribune : Bon, bien, écoutez, merci beaucoup Madame Vidal-Naquet
Arlette Vidal-Naquet : Je vous en prie... la suite au prochain numéro...


*Arlette Vidal-Naquet est par ailleurs présidente de l'association Cherche-Midi Qualité de Vie dans le VIe arrondissement.

**L'ancien hospice Gantois à Lille a été transformé en hôtel de luxe : la reconversion de l'hôpital en hôtel préserve la lisibilité de l'ancien bâtiment, et la chapelle, totalement réhabilitée, est accessible aux visiteurs et aux clients de l'hôtel. Des séminaires sont organisés dans l'ancienne salle des malades.

Chantier Laennec 42 rue de Sèvres 75007 Paris (c) Paris Tribune - janvier 2013.


Les faits | Les opinions | Flash


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.