Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Rendez-vous littéraire
Lundi 21 Décembre 2009 - 10:00
René-Jean Devatine (c) Les Aventures de Nini la Petite Souris

Cet article cite : noël, polynésien, souris, tahiti

        

Conte de Noël : Les aventures de Nini la Petite Souris polynésienne - Episode 1

Publié sur Paris Tribune.


"Les aventures de Nini la Petite Souris polynésienne" sont des Zistouares de Gran'Pa. Nouveau rendez-vous littéraire proposé par Paris Tribune.fr, il s'agit d'un conte pour grandir, fait de récits pour l'élévation et la promotion des jeunes gens et jeunes filles de bonne famille, se passant sur une île de Polynésie française au milieu de l'océan Pacifique.




Côte nord-ouest de Tahiti, non loin de Papeete
Côte nord-ouest de Tahiti, non loin de Papeete
Il était une fois une Petite Souris et un Petit Tupa*, bien tristes l’un et l’autre. Ils ne se connaissaient pas, occupés qu’ils étaient par leur état. Mais qu’avaient-ils donc de particulier ?

Petite Souris vivait au pied d’un vieux mur, dans une anfractuosité qui ne payait pas de mine de l’extérieur. Mais quel confort dans le logis ! Chacun des nombreux souriceaux de la famille disposait d’une chambre magnifiquement décorée par Maman Souris. Le garde-manger était immense, situé à deux pas de là : la maison d’une famille humaine composée de deux enfants et des parents bien sûr ! Des gens pas très fréquentables ; la preuve : ils avaient un chat nommé Botifule, heureusement trop gras pour courir vite.

Ce matin-là, frères et sœurs de Petite Souris étaient rentrés très excités de leur petit déjeuner et racontaient, les yeux émerveillés :
« Notre garde-manger est mieux garni que d’habitude, et nous avons vu des merveilles. Un arbre a soudain poussé et il est couvert de lumières de toutes les couleurs qui clignotent : quelle fête ! »
Petite Souris, pas plus ce matin-là que les autres jours, n’avait suivi les souriceaux dans leur escapade, triste qu’elle était de son handicap : il manquait une dent à cette pauvre petite ! Comment grignoter le chocolat noir dont elle raffolait avec une dentition pareille ? Comment manger les onctueux fromages se cachant derrière leur croûte épaisse ?

Et elle sortit bien tristement de sa chambre en essuyant une larme. Dehors, les larmes avaient aussi coulé : je veux dire qu’il avait plu. Parmi les herbes humides, Petite Souris déambulait lorsqu’elle entendit un choc sourd. Effrayée, elle se cacha derrière une nouvelle tige de ape** qui venait tout juste de sortir de terre. De son promontoire, elle observa un bien étrange spectacle.
Un tout jeune tupa*, guère plus âgé qu’elle, venait d’entrer en collision avec une pousse d’acacia ! Encore tout étourdi, Petit Tupa - c’était son nom - se frottait le bas du dos avec l’une de ses huit pattes.
- Comme il doit courir vite ! se dit Petite Souris qui, avec ses quatre pattes, perdait toujours quand elle jouait à ‘pere fe’*** avec ses frères et sœurs plus grands qu’elle.
Et, très curieuse comme le sont toutes les souris, elle observait Petit Tupa qui se remit en route. Stupéfaite, elle le vit partir exactement dans le mauvais sens et encore se heurter à un obstacle, un caillou cette fois ! Oubliant sa dent et sa tristesse, elle pouffa de rire puis s’approcha de Petit Tupa pour l’observer de plus près et ne rien perdre d’un spectacle qui s’annonçait rigolo.
Petit Tupa, lui, n’était pas à la fête, empêtré qu’il était dans ses nombreuses pattes qui ne lui obéissaient pas. Et il avait un air si triste que Petite Souris en fut touchée.

- Bonjour Petit Tupa ! fit-elle d’un ton engageant.
Petit Tupa sursauta, puis fondit en larmes. Ainsi, on avait vu sa maladresse ! Il voulait suivre une direction et, à chaque fois, ses pattes le conduisaient dans la direction inverse. Quel malheur d’être un Tupa maladroit !
- Veux-tu jouer à ‘pere fe’ avec moi ? demanda Petite Souris.
- Je veux bien essayer, répondit Petit Tupa.
Et une partie effrénée s’engagea, ponctuée par les ‘aie !’ et les ‘ouille !’ du maladroit. Petite Souris s’amusait follement, oubliant sa tristesse. Petit Tupa, tenant ses pinces en l’air comme des castagnettes, s’étourdissait et jubilait en voyant le rire édenté de sa compagne de jeu. Quel garage !
La fatigue apparaissant, le jeu prit fin ; ils firent plus ample connaissance et retombèrent dans leur mélancolie naturelle. Chacun raconta à l’autre sa triste vie. Au cours de la nuit passée, l’eau avait envahi la chambre de Petit Tupa et il avait eu très peur de se noyer, s’enfonçant dans l’eau alors qu’il voulait se mettre à l’abri.
- Si seulement un magicien pouvait nous exaucer et te donner, à toi une dent et à moi la possibilité de marcher droit, soupira Petit Tupa.

C’est alors que Petite Souris se rappela de ce que ses frères et sœurs lui avaient raconté le matin même. Tout près de chez elle, un arbre avait soudain poussé. A-t-on jamais vu pareil prodige ? Si prodige il y a, magicien aussi.
- Allons voir ce magicien, décida-t-elle.
Et les voilà partis dans une marche chaotique l’une aidant l’autre, vers la demeure du magicien. Il faisait nuit quand ils arrivèrent à destination.
Il faisait nuit mais, que de lumières ! Intimidés, ils regardaient le spectacle et n’en perdaient pas une miette. Quel prodige ! Un arbre avait effectivement poussé dans la maison. Autre prodige : des lumières multicolores et scintillantes étaient apparues et ornaient cet arbre, portant des guirlandes dans tous les sens.
Petit Tupa déambulait maladroitement au milieu de ces merveilles, bousculant des objets que Petite Souris remettait en place aussitôt en étouffant de petits rires, des rires de souris.
- Mais où est donc le Magicien ? se demandait-elle en courant de-ci de-là.
Soudain, un bruit terrible les figea sur place, Petite Souris le nez sur une lampe clignotante, Petit Tupa cambré, les deux pinces à la verticale. C’était le Magicien, Vieux Monsieur immense, qui venait d’enjamber la fenêtre !

Il les vit tout de suite dans leur posture rigolote, et son rire étonna. On aurait pensé à un rire énorme, roulant en cascade, se répercutant de branche en guirlande, d’étoile en angelot, de bougie en boule colorée. Non ! C’était un rire silencieux, un bon gros rire silencieux qui les mit à l’aise.
- Comment t’appelles-tu ? fit Petite Souris d’un ton effronté. Le rire du magicien redoubla : elle était à peine plus grosse que son petit doigt et osait lui parler.
- On m’appelle « Père Noël » fit le bon géant.
- Ah ! fit-elle, dépitée. Je croyais que vous étiez un magicien. Et ... à quoi sert un Père Noël ?
- Un Père Noël sert à réaliser les désirs des petits d’homme.
- Quel dommage, fit maladroitement Petit Tupa qui, tout aussi maladroitement, emboutit le pied d’une chaise en voulant se déplacer.

Cette fois-ci, ce n’est pas un rire, mais deux rires qui fusèrent le plus silencieusement possible : il ne fallait à aucun prix que les petits d’homme se réveillent et se trouvent nez à nez avec le Père Noël. Une fois encore aux prises avec son handicap, Petit Tupa fondit en larmes. Petite Souris en était sincèrement désolée et le Bon Géant tout ému de voir cette détresse.
- Ecoute, fit-il. Je ne suis pas magicien, mais j’ai cependant certains pouvoirs. Je peux remplacer certaines choses par d’autres. Que voudrais-tu ?
- Marcher droit fit Petit Tupa et ses pleurs redoublèrent tandis que le rire de Petite Souris s’amplifiait.
De plus en plus ému, le Père Noël se pencha. Petit Tupa rangea respectueusement ses pinces et attendit, la tête baissée, vaguement inquiet.
- Désormais, tu n’avanceras plus à reculons mais tu marcheras de travers.
Et, aussitôt, Petit Tupa se mit à avancer de côté. Quel progrès soudain ! Voir les obstacles permettaient de les éviter. Petit Tupa fonçait à travers tables et chaises, évitant les pieds des meubles, virevoltait, repartait aussitôt dans une autre direction, ivre de vitesse et d’espace.
- Merci, Père Noël ! dit-il avec effusion.
- Quant à toi, fit le Grand Bonhomme en s’adressant à Petite Souris, tu m’as l’air bien délurée. Nullement intimidée, Petite Souris demanda avec aplomb à avoir toutes ses dents pour grignoter du chocolat noir.
- C’est accordé, annonça Père Noël, mais je remarque que tu es bien impertinente. En échange, tu porteras des moustaches.
Petite Souris fit la moue puis, très vite, se précipita sur une tablette de chocolat noir.
- Merci, Père Noël, fit-elle, la bouche pleine et les moustaches déjà enduites de sa friandise préférée.
Fou de joie, Petit Tupa était déjà parti vers son terrier pour y déguster quelques bonnes feuilles. Avant de partir, Père Noël donna ses derniers conseils :
- Méfie-toi de Botifule : ce chat est gras, mais leste.
Et il repartit vers d’autres missions, non sans avoir garni le sapin de Noël de cadeaux à l’intention des petits d’homme.

La lune se levait, superbe, lorsque Petite Souris regagna sa jolie chambre.
Et c’est depuis ce temps-là que les souris ont des moustaches et que les tupas marchent de travers.
Sacré Père Noël !

* « tupa » (prononcez ‘toupa’) : nom en tahitien d'un crabe de terre.
** Tige de « ape » (prononcez ‘apé’) : plante de la famille des arums.
*** Jouer à « pere fe » (prononcez ‘péré fé’), c’est jouer à « touché ! »




Infos livres | Le Gars qui soufflait dans la Trompe d'Eustache | La Fille aux yeux de merlan frit | L'Homme au sourire en tranche de pastèque | Les aventures de Nini la Souris polynésienne




Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.