Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



31/01/2014 - 16:07
Nicolas Stoquer Secrétaire Général du Rassemblement
        

Démolition de l’Eglise Sainte Rita : une conspiration du silence ?

(Association Le Rassemblement)



Le devenir de l'Eglise Sainte Rita, 27 rue François Bonvin 75015 Paris. La destruction de l’église catholique gallicane, Sainte Rita, située dans le 15ème arrondissement, dont la disparition est programmée, ne semble guère émouvoir le personnel politique, pas même dans la période électorale actuelle.



Malgré ses fonctions de première adjointe chargée de l’urbanisme et de l’architecture, madame Anne Hidalgo, candidate dans cet arrondissement, ne trouve rien à redire à cette décision, prise en sous main par le maire de Paris. Comme à leur habitude, les Verts s’occupant et parlant de tout sauf d’écologie sont absents d’un débat engageant pourtant la cause animale. Quant à madame Nathalie Kosciusko-Morizet, elle est trop occupée à séduire les milieux bobos parisiens pour s’attarder à pareilles trivialités et le maire UMP du 15ème arrondissement, après des protestations d’usage, est aux abonnés absents.
 

Même le Front national, si prompt d’habitude à défendre les symboles de la chrétienté, n’a pas jugé utile d’enfourcher le cheval de bataille de la défense du patrimoine. Notons à titre de notoire exception l’engagement contre la démolition de Sainte Rita de Madame Catherine Margueritte, élue du 15ème Arrondissement de Paris, déléguée auprès du 1er adjoint à l’Architecture, candidate avec Géraldine Poirault-Gauvin sur les listes de Charles Beigbeder, « Paris libéré ».

Nous assistons dans cette affaire à une sorte de conspiration du silence ou l’aspiration du pouvoir actuel (municipal comme national) à faire disparaître de notre monde, toute trace de spiritualité, rencontre l’égoïsme sacré de clochers d’églises officielles qui loin de la prière pour l’unité de tous les chrétiens ne jugent pas la cause de l’église gallicane (Rituel catholique mais refus de la tutelle du Pape et de la curie romaine) comme suffisamment digne d’être défendue.

Le Rassemblement défend lui l’église parisienne des causes perdues. Le patrimoine français sous toutes ses formes doit être protégé dont le patrimoine religieux, serait-il néo-gothique, non classé au patrimoine national, mais dont la destruction en tant que lieu de culte est un sacrilège. L’originalité que constitue la bénédiction des animaux dans cette église, unique en France, est un facteur supplémentaire de notre soutien.

Après le succès de sa manifestation du 29 janvier à Sainte Rita, le Rassemblement conduira une délégation des habitants du quartier avec les associations de restauration de l’église gallicane au Conseil d’arrondissement qui doit se tenir le 03 février à 19h00 en mairie du 15ème. Le Rassemblement appelle à une mobilisation en masse pour briser le mur de l’indifférence entourant cette démolition avec comme premier objectif la protection de l’édifice au titre des monuments historiques par son inscription sur l’inventaire supplémentaire.
 

L'Eglise gallicane Sainte Rita organise chaque année une bénédiction des animaux. Ci-dessous : la réunion publique en l'Eglise de Sainte Rita le 29 janvier 2014 à 18h -  Crédit photo : PR / Le Rassemblement.
L'Eglise gallicane Sainte Rita organise chaque année une bénédiction des animaux. Ci-dessous : la réunion publique en l'Eglise de Sainte Rita le 29 janvier 2014 à 18h - Crédit photo : PR / Le Rassemblement.

Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita - Crédit PR / Le Rassemblement
  • Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita - Crédit PR / Le Rassemblement
  • Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita - Crédit PR / Le Rassemblement
  • Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita  - Crédit PR / Le Rassemblement
  • Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita - Crédit PR / Le Rassemblement
  • Réunion publique dans l'Eglise Sainte Rita - Crédit PR / Le Rassemblement

Note de la rédaction de Paris Tribune à propos du texte participatif :
L'église est actuellement occupée par l'Eglise gallicane Sainte Rita. Le propriétaire de la chapelle, à nef unique de style néogothique construite en 1900 pour la société des Chapelles catholiques et apostoliques, a mis en vente l'édifice en 2010. Un promoteur immobilier souhaitait construire un programme de logements sociaux et un autre proposait le lieu à l'UNESCO dont l'une des entrées donne sur un espace vide qui jouxte une façade de l'église.
La Commission du Vieux Paris a rendu un avis le 19 novembre 2010 : elle ne s'oppose pas à la démolition de l'édifice, l'église étant selon elle d'"une architecture néogothique très tardive et sans qualité particulière, spatiale, décorative ou constructive".
Un permis de démolition a été publié en 2012 et depuis, aucune échéance n'a été communiquée à Mgr Dominique Philippe. L'Eglise gallicane Sainte Rita souhaite acheter le lieu. Montant : 3.3 millions d'euros. L'église continue d'accueillir une messe quotidienne, 3 messes le dimanche et entre 200 et 300 mariages et baptêmes par an
.
 

En savoir plus




Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.