Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



Cet article cite : europe, france, monde, OCM vitivinicole, paris, vin
01/08/2009 - 08:43
        

Entrée en vigueur de la nouvelle OCM vitivinicole

Septième Tribune



La nouvelle réforme de la filière vinicole a pour objectif de mettre fin à une surproduction chronique et de faire face à la concurrence des nouveaux pays producteurs de vin.



L'Organisation Commune de Marché (OCM) de la production du vin consiste en des aides en vue de stabiliser le marché et de privilégier la production européenne. Elle connaît de nombreuses adaptations et modifications depuis sa mise en place progressive depuis 1962. Une dernière OCM vitivinicole est entrée en application le 1er août 2000 suite à l'accord de Berlin entre les quinze Chefs d'Etat et de gouvernement en 1999. Une nouvelle réforme en discussion depuis 2006, entre en vigueur aujourd'hui 1er août 2009.

L'organisation commune de marché (OCM) est l'un des deux outils clés de la politique européenne en matière agricole. En 1962, date de la création de la Politique Agricole Commune (PAC), l'agriculture est au centre des préoccupations économiques et politiques. Le deuxième outil est le Feogan, l'outil de financement de la PAC. Chaque production agricole bénéficiant d'une OCM, la filière vinicole a son OCM. De plus en plus de pays produisant du vin (du Vin de Corail produit sur les atolls de la Polynésie française en passant par le vin chilien, australien, néo-zélandais, marocain, algérien,...), la réforme de ce secteur présentée par la Commission européenne en juin 2006 a pour objectif d'une part, faire face à la concurrence des nouveaux pays producteurs de vin et d'autre part, mettre fin à une surproduction chronique en Europe.
Entrée en vigueur de la nouvelle OCM vitivinicole

Le remède : 400.000 hectares de vignes à arracher en 5 ans, les aides à l’arrachage étant limitées à 2,4 milliards d’euros. Autre mesure préconisée : la suppression des subventions communautaires pour la distillation et le stockage des surplus. Avec l'argent économisé, davantage d'actions de promotion à l'exportation doivent être organisées.
La France et les organisations professionnelles font rapidement connaître leur opposition. La Commissaire européenne à l'agriculture annonce en mai 2007 que la surface de vignes promise à l'arrachage serait divisée par deux, tout comme le budget alloué à l'arrachage. Par contre, la proposition maintient la suppression de la distillation de crise.
Ce plan de réforme est annoncé en juillet 2007 aux eurodéputés. Le Parlement européen rend une nouvelle copie en décembre 2007 et les débats se poursuivent jusqu'en 2008 entre les ministres de l'Agriculture des 27 pays de l'Union européenne. Ils viennent de trouver un accord.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.