Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



29/09/2014 - 21:30
        

Faut-il augmenter le nombre de séances du conseil de Paris ?

Conseil de Paris, 19 septembre 2014.



Un été long comme 82 jours sans conseil de Paris.



© Richard Villalon - Fotolia.com
© Richard Villalon - Fotolia.com
Pour Eric Azières, conseiller de Paris du 14e arrondissement et président du groupe UDI - Modem au conseil de Paris, la réponse est oui. Il compte le nombre de jours qui le sépare du précédent conseil : "82 jours". Il veut en finir avec "ce marathon et ce clafoutis 'inavalables' de 892 délibérations". Faisant référence au nouveau règlement intérieur, il propose que le conseil de Paris adopte, à l'exemple des nouveaux rythmes scolaires, "de nouveaux rythmes de travail".

Sa démonstration est mathématique : si les élus de son groupe intervenait sur chaque projet de délibération et voeu, "il y en aurait pour sept cents heures (...) et encore je ne compte pas les autres groupes et je ne compte pas le temps de réponse de l'exécutif".

Elle est aussi politique avec l'absence de deux adjoints au Maire de Paris à la 5e commission Urbanisme, Logement, Grand Paris et Développement économique le 22 septembre. "Ni Monsieur Missika ni Monsieur Brossat n'était présent alors que la totalité des délibérations qui devait se traiter en commission dépendait de leurs délégations. Du coup, pas d'adjoint, pas de débat (...) quel mépris pour le débat démocratique et pour l'opposition en particulier (...) quels que soient les bons ou les mauvais motifs, leur absence en commission est inexcusable après 3 mois d'attente".

Elle est enfin d'ordre économique : une réduction cumulée de l’indemnité de fonction de - 10 % dès la première absence au conseil de Paris est appliquée aux conseillers de Paris dès la séance du mois de septembre. Ces derniers sont tenus d'assister à la totalité du conseil sous peine d'être réputés absents sur la totalité du conseil à partir d'une seule demi-journée d'absence. Le président des Centristes demande à ce qu'il y ait chez les adjoints au Maire "la même obligation de présence en conseil de Paris, et en commission où leur présence est impérative".

Dans sa réponse, Anne Hidalgo dit respecter "la tradition" de l'interruption des travaux "au mois d'août", soit une pause entre les séances de juillet et de septembre.
S'agissant de Ian Brossat et Jean-Louis Missika, elle précise : "il se trouve que ce sont mes adjoints (...) c'est à moi de décider. Si j'ai besoin d'avoir mes adjoints à mes côtés (Ian Brossat à New-York, ndlr) ou s'ils doivent me représenter (Jean-Louis Missika à une réunion, ndlr), la vie ne s'arrête pas s'ils ne sont pas présents à une commission puisque tout est fait pour que ces commissions puissent se tenir de bonne façon".

La Maire de Paris en profite pour remercier Eric Azières, lui donner raison et rappeler les principes : "En dehors de motifs comme ceux que je viens d'exposer, les adjoints doivent être présents dans les commissions et animer avec les élus le travail qui s'y déroule (...) Donc en dehors de ces 2 cas où il y avait non pas des excuses mais des raisons objectives à ne pas être présent lors des commissions, vous avez raison. Pour les commissions, les adjoints doivent être présents et animer le travail qui les concerne".

Dura règlement, sed règlement.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.