Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Rendez-vous littéraire
Mercredi 31 Décembre 2014 - 01:10


        

Fin et Postface de la Fille aux yeux de merlan frit

Fin et Postface du tome 2 du roman-fiction "Les Rets de Taramea".


Fin de la Saison 2013-2014, La Fille aux yeux de merlan frit, le rendez-littéraire de Paris Tribune.




Dans le 50e et dernier épisode du tome 2 : 
(...) "La géologie venait de jouer un bien vilain tour à la folle entreprise nordiste et elle avait protégé le Sud.
De plus en plus intolérant au moindre désagrément, le Nord n’était pas à la fête et la moindre rumeur dégénérait. Ainsi, un individu inconnu, décédé dans un accident qui n’avait pas eu lieu, généra trois jours d’émeutes, les délinquants se faisant passer pour des militants" (...)

Postface

La poussière ne retombait pas. Les fumigènes auraient été dispersés par le vent. Alors, que s’était-il passé ? Nul ne le savait et aucune communication ne pouvait être établie avec cette zone. Et cela était extraordinaire.
Le Laboratoire de Géophysique de Pamatai avait enregistré une secousse d’intensité moyenne et se penchait sur le phénomène. 

En effet, les premières constatations mettaient hors de cause activités volcanique et sismique. Mais quoi alors ? Le réseau de veille mondiale n’avait rien détecté, pas plus Hawaï que Bangkok.
Les autorités scientifiques décidèrent donc le survol de la zone en question et un petit avion décolla. Au surplomb de Papeari, la surprise du pilote fut grande : à travers la poussière encore assez dense, il distinguait une masse sombre, sans relief. Il tourna longtemps, jusqu’à la limite de son carburant et finit par donner un avis :
- Je survole un trou ! Il est à peu près ovale mais ça n’est pas un ovale parfait. Je ne vois pas ce qu’il y a dedans : c’est sombre.

L’état des lieux fut donné par le radar d’un satellite qui indiqua : un ovale de 300 mètres pour une profondeur de 100 mètres. La disparition soudaine d’un millier d’hommes en armes avait stupéfié. Taramea avait aussitôt interrogé ses ordinateurs : « qu’est-ce qui a 300 mètres de diamètre et 100 mètres de profondeur ? »
La réponse tomba en un mot, que personne n’avait appris : « doline ».

Dans les jours qui suivirent, les géologues venant du monde entier débarquèrent à Tahiti pour étudier le phénomène de la doline d’effondrement. Sur place, après plusieurs heures de stupeur et d’indécision, les secours s’organisèrent. Impatients, les secouristes ruaient dans les brancards. De puissants projecteurs fouillaient le vaste trou. Les appels par haut-parleur se perdaient dans ce qui apparaissait insondable. Les engins de travaux publics commencèrent à tracer une route en colimaçon pour descendre dans une dépression où régnait un silence de cimetière. Les lugubres appels par haut-parleur continuaient à résonner dans le vide. Et chacun de penser : mieux vaut être un bon vivant qu’un mauvais mort.
Une nuit à lémures commençait …

Il fallut se rendre à la double évidence :
- il y avait environ un millier de morts,
- le District Autonome de Taiarapu était sauvé.

La géologie venait de jouer un bien vilain tour à la folle entreprise nordiste et elle avait protégé le Sud.

De plus en plus intolérant au moindre désagrément, le Nord n’était pas à la fête et la moindre rumeur dégénérait. Ainsi, un individu inconnu, décédé dans un accident qui n’avait pas eu lieu, généra trois jours d’émeutes, les délinquants se faisant passer pour des militants.
- Les dirigeants des Taramea sont aveuglés par le pouvoir jusqu’à un point de non retour, se dit Mekter. Lorsque, dans un accès de lucidité, l’écran se déchire, il ne reste qu’une seule issue : la mort. Ce fut le cas du ‘révérend Jones’ au Guyana. Le danger est donc pour les adeptes, non pour la société, et cela le rassura à demi. Qu’allait faire la Secte ? Marie-Jeanne avait-elle été placée en liste d’attente par un destin contraire ?

Dehors, c’était une nuit d’encre ; le ciel était couvert, rendant la Voie Lactée aphone. Il faisait un temps à ne pas mettre une goutte dehors car elle se serait aussitôt noyée. L’atmosphère était bizarre, suspecte, délétère, comme éventée. On entendait dans la nuit noire le bruit lancinant des limes avec lesquelles les moustiques aiguisaient leurs dents en prévision du retour du soleil et de sa bienfaisante chaleur.

Cette extraordinaire journée du 7 janvier 2107 touchait à sa fin. Mekter et Patiri restaient tendus, Ounife pesait des figues. Cette expression très imagée signifiait qu’elle dodelinait de la tête, courte séquence préludant au sommeil. On utilisait une autre expression : la tante d’Ounife disait, il y a longtemps, lorsqu’elle était petite, en la voyant bayer aux corneilles :
- « Toi, tu fais des yeux de merlan frit ! »
FIN

L’auteur - et ses équipes d’enquêteurs et de documentalistes - est navré d’apposer le terme FIN à ce récit. Mais que les fidèles lecteurs se rassurent ; cette FIN n’est que provisoire et se transformera vraisemblablement en fringale.
 
Déjà pointe au loin un tiers tome, affectueusement désigné sous le nom de ‘Petit Tome’ : « Le Gars qui soufflait dans la Trompe d’Eustache ».

Rien n’est inscrit.
Tout est à comprendre.
Qui est derrière l’événement ? Taiarapu avait-elle une chance face
aux forces du Mal ? Et pourtant, la fragile Taravao, toujours debout, 
apparaît désormais indestructible, prête à prendre en mains le destin
de la Polynésie.

 
Cette trilogie en deux volumes mériterait-elle de devenir
quadrilogie ? Nous nous posons la question avec acuité.




Et aussi
< >

Mercredi 24 Juillet 2013 - 11:50 La fille de Mekter €

Infos livres | Le Gars qui soufflait dans la Trompe d'Eustache | La Fille aux yeux de merlan frit | L'Homme au sourire en tranche de pastèque | Les aventures de Nini la Souris polynésienne




Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.