Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Lundi 26 Novembre 2012 - 13:13


        

François Fillon saisit la justice

La justice met un pied à l’UMP. L’Huissier de Justice repart bredouille selon l'avocat de François Fillon.


Ils y sont tous les deux : Jean-François Copé est président de l’UMP. Il y est. François Fillon a saisi la justice. Il y est.




La nouvelle de l’arrivée d’huissiers de justice au siège de l’UMP dans le 15e arrondissement a fait le tour de Paris et de la France.
L'événement intervient le 26 novembre 2012 dans la matinée, au lendemain de l'échec de la médiation entre Jean-François Copé, Alain Juppé et François Fillon.

Maître François Sureau (c) François Sureau.
Maître François Sureau (c) François Sureau.

Les déclarations de Maître François Sureau

Maître François Sureau est l’avocat de François Fillon. Lors du comptage et recomptage des bulletins de vote les 18 et 19 novembre 2012, il était observateur de François Fillon à la COCOE, aux côtés de Maître Francis Szpiner, avocat également, observateur de Jean-François Copé.

Le 26 novembre 2012 peu avant midi, Maître François Sureau est interviewé par les journalistes de BFM TV. Il déclare : "la COCOE a sciemment oublié 3 fédérations" des propos extrêmement sérieux et qui peuvent être attaqués en diffamation. La situation à l’UMP est explosive.

Maître François Sureau explique que le président du tribunal de grande instance de Paris a été saisi pour délivrer une ordonnance. Sur la base des éléments apportés, il a délivré une décision exécutoire.
L’huissier, muni de cette décision de justice exécutoire, s’est rendu au siège de l’UMP pour "mettre sous scellés le matériel électoral pour permettre aux deux parties d’y avoir accès de manière contradictoire".

Selon Maître François Sureau, la direction de l’UMP "a refusé d’exécuter la décision de justice".
Pour l'avocat de François Fillon, la situation est grave car l’UMP a refusé "une décision judiciaire signé par l’une des autorités judiciaires les plus hautes du pays". Il "laisse imaginer" l’ambiance.
- "Cela veut dire quoi ?" interroge le journaliste.
- "Cela veut dire que ce n’est pas bien, ils sont obligés de se conformer à une ordonnance judiciaire (...) et dans un registre politique (...) c’est le mépris du judiciaire".

- "Faux", a répondu plus tard Jérôme Lavrilleux. "Il n’y a pas eu de demande de saisie de documents, ce n’est pas ce que l’huissier nous a demandé" a-t-il dit. "Le matériel est déjà sous scellés" et "tous les débats de la commission sont sous scellés, sous contrôle d’huissier" . Selon le bras droit de Jean-François Copé, l’huissier a pu le constater.

Selon nos dernières informations, il s'avère que le matériel de vote est tellement important que tout n'a pas pu être mis sous scellés. La guerre de communication fait également rage.

Maître Gérard Ducrey (c) Paris Tribune.
Maître Gérard Ducrey (c) Paris Tribune.

Le point de vue de Maître Gérard Ducrey

Paris Tribune a interrogé Maître Gérard Ducrey, avocat au Barreau de Paris, sur les implications juridiques de la nouvelle situation à l’UMP.

Maître Gérard Ducrey : "Si l’UMP a refusé d’exécuter l’ordonnance, cela peut signifier que l’UMP considère qu’elle excède les pouvoirs du juge judiciaire et que ses termes correspondent à une perquisition civile.

En droit, l’UMP peut demander la rétractation devant le même juge, auteur de l’ordonnance.

En effet, il s’agit d’une ordonnance sur requête c’est à dire qu’elle a été rendue à la demande d’une partie sans débat contradictoire avec l’autre partie.

Le juge peut, après avoir convoqué les protagonistes et leurs avocats soit maintenir, soit retirer, soit modifier l’ordonnance. Un recours contre cette nouvelle décision est encore possible devant la Cour d’Appel".
 

La phase judiciaire a bien commencé

Cet épisode judiciaire sera sans doute au menu de François Fillon et de Nicolas Sarkozy qui est lui-même avocat au barreau de Paris. Ils déjeunent ensemble ce 26 novembre 2012. Ainsi que de la démission-surprise le 26 novembre du trésorier de l’UMP Dominique Dord.

Jean-François Copé, lui aussi avocat, ne s’attendait probablement pas à la saisie de la Justice par François Fillon et en tout cas pas aussi vite. Pour l’instant, il essaye de minimiser la tourmente à l’UMP. Le président élu attend la décision de la commission nationale de recours de l’UMP, la "cour d’appel" interne au parti politique. Elle doit rendre sa décision aujourd’hui ou demain.

Articles :
- 6 décembre 2012 : Téléphone Emailing Telemeeting Relance : les adhérents de l'UMP sollicités par les équipes de Copé.
- 5 décembre 2012 : NKM et Bruno Lemaire : après l'Appel à l'Unité, la Pétition.
- 3 décembre 2012 : Elections internes à l'UMP : Claude Goasguen assume la responsabilité dans le 16e arrondissement.
- 29 novembre 2012 : Les déclarations politiques du RUMP et de l'UMP remises à la présidence de l'Assemblée nationale.
- 28 novembre 2012 : Le groupe UMP au Sénat vote pour de nouvelles élections à l'UMP.
- 28 novembre 2012 : François Fillon Président du Rassemblement - UMP.
- 27 novembre 2012 : Crise à l'UMP : l'étincelle de Copé.
- 27 novembre 2012 : François Fillon annonce la création du groupe "Rassemblement-UMP" à l'Assemblée nationale.
- 26 novembre 2012 : La commission de recours rend son verdict : Jean-François Copé gagne avec 952 voix d'avance.
- 26 novembre 2012 : François Fillon saisit la justice.
- 26 septembre 2012 : Echec de la tentative de conciliation : Jean-François Copé parle d' "un climat extrêmement cordial et sympathique"
- 25 novembre 2012 : Alain Juppé : "Ma mission est achevée"
- 25 novembre 2012 : "L'UMP doit suivre l'avis de ses membres"
- 24 novembre 2012 : Jean-François Copé préside l'UMP, François Fillon tient tête à Paris.
- 23 novembre 2012 : Alain Juppé met François Fillon et Jean-François Copé d'accord.
- 23 novembre 2012 : La COCOE reconnaît son erreur.
- 22 novembre 2012 : Jean-François Copé saisit la Commission nationale des recours.
- 22 novembre 2012 : L'UMP ne reconnaît pas l'outre-mer.
- 19 novembre 2012 : Le nouveau président de l'UMP est Jean-François Copé.
- 19 novembre 2012 : La difficile mission de la commission de contrôle des opérations de vote de l'UMP.
- 19 novembre 2012 : Jean-François Copé abîme l'image de l'UMP en annonçant sa victoire sans attendre les résultats de la commission de contrôle.
- 18 novembre 2012 : Elections à l'UMP : François Fillon attend sereinement la proclamation de sa victoire.
- 18 novembre 2012 : Elections à l'UMP : Jean-François Copé annonce sa victoire.





Et aussi
< >

Dimanche 15 Janvier 2017 - 10:01 Drôles d’amis sur Facebook

Dimanche 15 Janvier 2017 - 10:00 Demande de récusation : le premier arrêt en 2017




Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.