Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



27/07/2009 - 16:13
Marie Haddad
        

Gaylib fait le guet au ministère du Budget, des Comptes publics, et de la Fonction publique

A côté de chez vous



Eric Woerth, ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État, a reçu aujourd’hui à 15 heures dans son bureau les dirigeants de Gaylib, association homosexuelle rattachée à l’UMP.



L’objet de cet entretien privé concerne une des failles du Pacte civil de solidarité (Pacs) qui ne prévoit pas jusqu’à présent de versement de capital décès au survivant pacsé d'un fonctionnaire.
Eric Woerth et les dirigeants de Gaylib
Eric Woerth et les dirigeants de Gaylib

Ce système inégalitaire est un des chevaux de bataille des associations homosexuelles.

Les couples pacsés aimeraient pouvoir jouir des mêmes avantages que les couples mariés en cas de décès du partenaire fonctionnaire. "Gaylib travaille sur ce dossier depuis cinq ans", nous confie Jean-Michel Durand, président de l'association. Un nouveau décret concernant le capital décès a donc été rédigé, et les dernières modalités fixées d’ici un mois, incluant la fameuse disposition pour les fonctionnaires pacsés du secteur public.

A la sortie du bureau d’Eric Woerth, Stéphane Dassé, porte-parole et ancien président de Gaylib, déclare qu'ils ont été écoutés par le ministre, à défaut d’être sûrs d’avoir été entendus. Au cas où le message ne serait pas bien passé, dès 18h30, les leaders de l’association Lesbienne Gaie Bi Trans (LGBT) ont sollicité une audience privée avec le ministre portant sur le même sujet. Eric Woerth a cependant fait la sourde oreille auprès des journalistes.

Le nouveau décret devrait être étudié en même temps que la réforme globale des retraites prévue pour 2010.


Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.