Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



24/07/2009 - 17:22
Iman N.J.E
        

Gustave Eiffel ou le magicien du fer

Quatrième Tribune



A l'occasion des 120 ans de la dame de fer, une exposition gratuite des travaux qui ont conduit à la naissance de la Tour Eiffel est proposée à l'Hôtel de Ville tous les jours sauf dimanches et fêtes de 10h à 19h jusqu'au 29 août.



S'il y a bien une oeuvre de Gustave Eiffel qu'on ne peut pas louper, c'est bien la Tour Eiffel : située en plein coeur de Paris, sur l'esplanade du Champ-de-Mars, elle culmine culmine à pas moins de 324 mètres (en comptant son antenne), et accueille près de 6 millions de visiteurs par an.

Cependant, lors de son édification entre 1887 et 1889, la Tour Eiffel s'attire plus les foudres que les louanges... Elle est qualifiée de "suppositoire géant" par l'écrivain Joris-Karl Huysmans. De même, "la Pétition des artistes" ouvertement opposés au projet, est signée le 14 février 1887 par des artistes tels que Guy de Maupassant, Alexandre Dumas Fils et tant d'autres qui la qualifient "d'odieuse colonne de tôle boulonnée". Inaugurée en 1889 comme porte monumentale de l'Exposition universelle, la Dame de Fer accueille près de 2 millions de visiteurs et fait ainsi taire les hostilités.

Durant l'exposition universelle de 1900, les architectes sont libres de détruire, conserver ou transformer la tour ; d'extraordinaires projets sont alors présentés. Finalement, c'est son intérêt pratique et stratégique qui sauve la tour de la destruction, puisque l'on y installe la télégraphie sans fil en 1905 ainsi qu'un laboratoire d'études aérodynamiques.
 
Gustave Eiffel ou le magicien du fer

Gustave Eiffel marque toute la seconde moitié du 19ième siècle. Réputé être un ingénieur audacieux, et même un constructeur infatigable, il perfectionne les techniques de l'architecture métallique en construisant des ponts d'une habileté sans précédent comme le pont de Bordeaux en 1860, le viaduc Maria Pia sur le Douro au Portugal en 1876, le viaduc de Garabit en 1884 et des structures peu banales comme la structure interne de la statue de la Liberté (1884) ou encore la coupole de l'observatoire de Nice (1885). Et depuis le XXe siècle, la Tour Eiffel devient le symbole même de la modernité et de la poésie parisienne.
 
Gustave Eiffel ou le magicien du fer




Et aussi
< >

Samedi 22 Avril 2017 - 12:25 Stéphane Gisclard magnifie la femme libre

Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.