Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



07/07/2009 - 17:55
Mariam Slimani
        

J-F Legaret s'oppose au budget supplémentaire de la ville de Paris

Première Tribune



L'UMPPA représentée par Jean-Fançois Legaret et Jean-François Lamour montent au créneau en défendant vainement la cause des contribuables.



Leur voeu est celui de l'UMPPA (l'UMP de Paris et Apparentés) : l'élaboration d'un audit du budget de Paris par un cabinet indépendant . Ce ne sera qu'une fois ses résultats rendus que lui et ses collègues prendront l'engagement moral de voter les réajustements budgétaires nécessaires pour le budget 2009 de la capitale.

Dénonçant la critique récurrente du Maire de Paris sur le désengagement de l'Etat, Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement de Paris et président de la commission des finances de l'Hôtel de Ville reprend les comptes administratifs pour mettre en avant le seul réel changement de gestion marquant de 2009: la hausse de l'imposition.

Et dénonce l'insoutenable pression fiscale exercée sur les contribuables parisiens qui "paieront et découvriront l'ampleur du matraquage" si ce budget est voté.

Oubliant cependant, rappelle Christian Sautter l'adjoint au Maire de Paris, chargé du développement économique, des finances et de l'emploi, que le vote d'un budget supplémentaire n'est destiné qu'à faire face aux dépenses sociales, c'est-à-dire profitant à ces mêmes contribuables.

M. Legaret a le mérite d'avoir fourni un vrai travail d'économiste en prouvant que le désengagement de l'Etat n'est pas si flagrant. Avec, de 2001 à 2008, une augmentation de 25% dans ses subventions à l'Etat pour une inflation cumulée de 14,7%.

Toujours selon lui, la demande d' "ajustement du buget primitif de la Ville de 23 millions d'euros", n'est qu'une conséquence dommageable d'une mauvaise gestion de la majorité. Il rejoint alors la thèse de M. Lamour sur le gaspillage des recettes par l'exécutif parisien soit 125 millions de recettes perdues en 2007.

Son voeu ne parvient cependant pas à avoir un écho. La faute au temps sans doute étant donné que 500 délibérations doivent être votées en 3 jours. En réalité, faute de majorité au Conseil de Paris, aucun voeu des élus UMPPA ne remportent l'adhésion.

Face aux critiques acerbes de la droite parisienne, Bertrand Delanoë a beau jeu de répliquer : "Pendant 24 ans la droite était au pouvoir, maintenant les parisiens ont compris. Soyez majoritaire et on vous écoutera !"

Preuve que même un travail de fond n'a aucune chance d'être récompensé quand il s'agit de politique.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.