Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Jeudi 18 Octobre 2012 - 12:28


        

Jean-François Legaret bouscule les élus UMP parisiens

La séance du mois d'octobre du conseil de Paris.


Dans une déclaration d'intention publiée dans le JDD le 14 octobre 2012 et confirmée à Paris Tribune, le chef du groupe UMPPA au conseil de Paris affiche sa stratégie : réunir des éléments de programme stables, organiser un processus démocratique pour désigner les chefs de file UMP dans les arrondissements avant l'organisation de primaires ouvertes à la Mairie de Paris.




Pas de clameur indignée, tout au plus quelques gestes et signes de désapprobation visibles de tous. C'est à une subtile bronca, un terme issu de la tauromachie, que se sont livrés les élus du groupe UMPPA pendant la séance du conseil de Paris le 15 octobre 2012 et en marge de celle-ci.

La veille, le Journal du Dimanche publiait un article intitulé "Des primaires UMP dans chaque arrondissement" avec une citation de Jean-François Legaret qui souhaite mettre en place un processus démocratique dans chaque arrondissement pour désigner les candidats aux mairies d'arrondissement et organiser des primaires ouvertes au niveau parisien pour désigner le candidat à la Mairie de Paris : "Ils savent qu’ils seront réélus quoi qu’il arrive, alors ils ne prennent pas la peine de jouer collectif, ne s’adressent qu’à leurs électeurs, refusent les logements sociaux, se font remarquer par leurs propos déplacés… Je ne vais pas perdre mon temps avec la 'bande des quatre' et me concentrer sur les 12 arrondissements à reconquérir."

La bande des 4 vise Jean-Pierre Lecoq maire du 6e arrondissement depuis 18 ans, Rachida Dati maire du 7e arrondissement depuis 4 ans, François Lebel maire du 8e arrondissement depuis 29 ans et Claude Goasguen maire du 16 arrondissement depuis 4 ans.

La pire des réactions dans une bronca est le silence. Elle n'a pas eu lieu et les élus visés ont bien manifesté leur mécontentement. Jean-François Legaret, élu chef du groupe UMPPA au conseil de Paris le 13 septembre 2012 par 40 votants sur 52 élus, marque un point.

Jean-François Legaret, un président de groupe qui existe

Le lundi 15 octobre, "la Bande des 4"* assiste à la séance du conseil de Paris. Tous sont particulièrement mécontents et essaient de digérer l'estocade avec plus ou moins de succès : piqués au vif, Claude Goasguen et Jean-Pierre Lecoq n'arrivent pas à cacher leur désappointement ; Jean-Pierre Lecoq en profite pour organiser des entretiens avec les uns et les autres ; François Lebel préfère rester de marbre et Rachida Dati passe même un journal à Jean-François Legaret, lequel va serrer la main de François Lebel qui le lui rend bien.

Chez les autres conseillers de Paris, les réactions sont partagées : pour David Alphand, conseiller du 16e arrondissement, "ce qu'a dit Jean-François Legaret est juste" et il le soutient.

Autre son de cloche dans le 17e arrondissement où Thierry Coudert analyse les luttes internes au sein du groupe et pose la question "ça apporte quoi ? (...) c'est absurde (...) ce n'est pas comme cela qu'on fait une opposition".

Ou encore Jérôme Dubus qui pense que Jean-François Legaret "s'est fait piéger" : "Son rôle c'est de faire fonctionner le groupe, tout ce qui relève des élections et des investitures est le rôle de la formation politique".

Dans le 14e arrondissement, Marie-Claire Carrère-Gée est "d'accord avec le fait que la fédération et le groupe se disent qu'ils ont une chose utile à faire : c'est aider ceux qui se battent dans le 14e, le 12e et le 9e" et si l'UMP décide d'organiser des primaires dans chaque arrondissement, "cela me va tout-à-fait".

Contactés par Paris Tribune, les 4 maires cités par Jean-François Legaret n'ont pas tous voulu s'exprimer : si Rachida Dati et Jean-Pierre Lecoq ne prennent pas la peine de répondre, en revanche Claude Goasguen fait savoir qu' "il ne souhaite pas réagir à l'article du JDD" et "souhaite ne pas verser de l'huile sur le feu".

François Lebel n'est pas le plus remonté mais il tient à indiquer sa position : pour le maire du 8e arrondissement, les propos de Jean-François Legaret sont "proprement inacceptables" car il s'agit d' "une attaque nominative" qui pourrait mener "au bord de la rupture" alors qu'on parle de "volonté d'apaisement". Il enjoint Jean-François Legaret à ne pas s'occuper des déclarations des uns et des autres ni à mener la charge contre les électeurs dans les arrondissements : "la Mairie de Paris se joue dans 20 arrondissements et chaque arrondissement à ses propres problèmes".

A la pause déjeuner, Jean-François Legaret transmet à tous les élus un petit papier : un séminaire de réflexion est prévu le 1er décembre. Il expliquera aux élus parisiens les détails de sa "stratégie de la fusée à trois étages" ; une décision partagée par les membres du bureau de l'UMPPA et qui a le soutien de Philippe Goujon, président de la fédération UMP de Paris et député-maire du 15e arrondissement.
Tous les deux seront également reçus par le futur président de l'UMP dont l'élection se tient le 18 novembre, et le 25 en cas de 2nd tour.

A suivre sur Paris Tribune, les grandes lignes de la stratégie de la fusée à trois étages expliquée par Jean-François Legaret en marge du conseil de Paris.


* Autre "Bande des 4" célèbre à Paris : celle constituée par Daniel Vaillant, Lionel Jospin, Claude Estier et Bertrand Delanoë, élus aux élections municipales de 1977 sur la liste de gauche conduite par le député communiste Louis Baillot. Les intéressés n'ont jamais apprécié l'utilisation de ce terme qui fait référence à la 'Bande des Quatre', accusée après la mort de Mao Tsé Toung d'être les instigateurs de la Révolution culturelle chinoise, qui éradiqua les valeurs traditionnelles de la Chine et mena le pays au bord de la guerre civile.

> L'article du JDD du 14 octobre 2012 : Des primaires UMP dans chaque arrondissement.







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.