Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



16/03/2010 - 07:38
Olivier Guérin
        

L'Hôtel-Dieu dessine son l'avenir

Quatrième Tribune



Les équipes médicales de l'Hôtel-Dieu ont mis au point un projet à même de pérenniser l'établissement. Les urgences seraient secondées par un service de post-urgences et la chirurgie ambulatoire et l'ambu-hôtel permettraient de reconquérir des parts de marché abandonnées au secteur privé. Un projet en partie en place, que la Sécurité sociale voit d'un bon oeil.



Urgences et post-urgences

"Il y a une grande fluidité en matière d'urgences à l'Hôtel Dieu, explique Jean-Louis Pourriat, chef de services des urgences de l'Hôtel Dieu, 80% des patients restent moins de 4 heures". Une compétence historique qu'il continue de développer. "Je demande à tous les médecins qui postulent ici de savoir parler au moins deux langues car on a une forte population étrangère, avec beaucoup de touristes".

Mais surtout le soin n'est plus limité au problème immédiat. L'Hôtel-Dieu constitue une référence pour les urgences mais aussi pour le dépistage du diabète. "Le diabète est une maladie en voie de développement, une conséquence de notre mode de vie, signale le professeur Pourriat, pour exemple, 5 à 10 diabètes sont diagnostiqués chaque jour chez des gens venus pour un bras cassé ou autre chose". Le dépistage est donc pratiqué systématiquement, ainsi que des tests épidémiologiques. Un dépistage que le projet entend développer grâce à un service de post-urgences ou le patient peut rester jusqu'à 48h pour réaliser un bilan complet.
 
L'Hôtel-Dieu dessine son l'avenir

Chirurgie ambulatoire et ambu-hôtel

Le projet porté par les équipes médicales de l'Hôtel-Dieu souhaiterait également développer la chirurgie ambulatoire. Le patient entre le matin et sort le soir. "A l'heure actuelle, l'ambulatoire s'exerce à 80% dans le privé, relève Jean-Louis Pourriat. Il faut reconquérir des parts de marché. Cela permettra aussi de l'enseigner aux futurs chirurgiens, sinon ils l'apprendront dans le privé". Autre aspect crucial, cela donnera un accès à la chirurgie ambulatoire en secteur 1 (remboursé à 100% par la Sécurité sociale), ce que ne fait pas le secteur privé.

La médecine ambulatoire serait complétée par des plates-formes d'hôpital de jour, pour la gynécologie médicale, l'hypertension ou la lutte contre le Sida. Basculer vers l'hôpital de jour permettrait de soigner autant voire plus de patients sans risquer l'engorgement. "En termes d'efficience économique, c'est important" note Jean-Louis Pourriat. Autre originalité de la chirurgie ambulatoire, le patient aurait accès, le soir, à l'ambu-hôtel. Un hôtel hospitalier où il passerait la nuit avec sa famille. "12 chambres existent déjà, explique t-il, mais il faudrait l'étendre encore". Une extension tout à fait envisageable, car la Sécurité sociale s'est montrée intéressée par le projet.
 
L'Hôtel-Dieu dessine son l'avenir

Lire l'article d'Olivier Guérin du 10 mars 2010 L'Hôtel-Dieu ne devrait pas fermer
Lire l'article de Vaea Devatine du 10 février 2010 www.paristribune.fr/L-Hotel-Dieu-reunit-la-gauche-et-la-droite_a2725.html" title="http://[www.paristribune.fr/L-Hotel-Dieu-reunit-la-gauche-et-la-droite_a2725.html">L'Hôtel-Dieu réunit la gauche et la droite
Lire l'article de Samuel Tribollet du 3 février 2010 [Inquiétudes sur le devenir de l'Hôtel-Dieu
 



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.