Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



16/12/2014 - 23:00
        

L'UMP vote contre le budget 2015 de Paris

Explications de vote au conseil de Paris de décembre 2014.



Juste avant le vote du budget 2015, la présidente du groupe UMP au conseil de Paris explique le vote de son groupe : vote 'contre' et vote 'abstention' pour le budget 2015 de la Préfecture de police.



Les différents budgets 2015 de Paris sont votés à main levée à la majorité des voix par les élus des 4 groupes politiques membres de l'exécutif municipal et départemental. L'UMP vote 'contre', avec quelques 'abstentions' et aussi quelques 'pour'.

Pour la première fois, l'UMP s'abstient sur le vote du budget primitif du budget spécial pour 2015 de la Préfecture de police en raison de la diminution des montants des sections de fonctionnement et d'investissement, y compris au niveau de la ville de Paris dont la participation baisse de 3 millions d'euros par rapport à 2014.
Cigales © legabatch - Fotolia.com
Cigales © legabatch - Fotolia.com

Explication de vote : intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet au conseil de Paris

Merci Madame la Maire.

Votre budget c'est d'abord l'histoire d'un déni devenu un mensonge. L'histoire d'un trou de 400 millions d'euros que vous n'avez pas voulu voir et qu'il a bien finalement fallu combler. La ville, mes chers collègues, a fait la cigale pendant 13 ans : 35 % d'agents en plus, des dérapages de chantiers en série.

Tout ceci a été couvert par la dette, un endettement rendu possible par l'excellente santé financière de la ville en 2001 puisque alors la dette était très faible. Tout ceci a aussi été couvert par des recettes exceptionnelles pendant ces 13 années dues à la conjoncture.

Mais voilà. L'heure de vérité est arrivée. La ville est aujourd'hui devant un effet ciseaux.

Avec une hausse continue des dépenses, et une baisse rapide des recettes, c'est l'heure de vérité et l'heure de vérité c'est l'heure du choix. Vous auriez pu Madame la Maire opter pour la raison, l'effort, le courage. Cette voie existe nous l'avons prouvé, c'est celle du Budget alternatif que nous avons déposé hier et longuement présenté. Et cette voie vous l'avez refusé.

Du coup, ce sont vos faiblesses que les Parisiens vont payer, votre faiblesse Madame la Maire devant l'Etat, tant vous avez mal négocié, tant il est décevant pour les Parisiens qui pensaient être protégé d'une mauvaise négociation, du fait d'avoir un maire de la même couleur politique que celle du gouvernement... Raté.

Ce sont vos faiblesses que les Parisiens vont payer aussi comme faiblesse de votre majorité puisque avec cette majorité composite, avec cette majorité de plus en plus tendue. Ce sont seulement sur les nouvelles dépenses que vous réussissez à vous mettre d'accord, mais les nouvelles dépenses, in fine, il faut bien que quelqu'un les finance. Michel Audiard disait "les bêtises, c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer".

Eh ben les Parisiens vont payer 2 fois ils vont payer les impôts tout de suite avec création de nouvelles taxes, une explosion de tous les tarifs. Et ils vont payer les bêtises demain, par la dette, parce que la dette, il faudra bien la payer aussi. Nous nous élevons contre cette fuite en avant.

Oui il y a un autre budget possible, oui une autre politique est possible. Nous voterons donc contre ce budget. Nous vous appelons à revenir à de meilleurs sentiments concernant notre budget alternatif.

Et puis nous nous abstiendrons aussi sur le budget à la préfecture de police. Le débat hier a bien montré que pour vous la sécurité c'était bon pour le discours le temps d'une campagne. Je ne reprends pas les arguments excellemment développés par Philippe Goujon et Frédéric Péchenard. Cette abstention c'est tout à la fois un appel à plus d'engagement pour la sécurité et un coup de semonce et d'alerte pour la suite.

Je vous remercie.


Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.