Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



07/12/2009 - 07:51
        

La France retrouve petit à petit sa mémoire face aux Harkis

Septième Tribune



La 6ème commémoration en mémoire aux soldats français et Harkis tués en Afrique du Nord aide la France à faire face à son passé.



Son discours était attendu. Il n'a pas déçu. En exhortant les Français à un nécessaire devoir de mémoire juste et équitable, le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants Hubert Falco, qui vient d'accepter le 26 novembre de conduire la tête de liste UMP pour les régionales dans le Var, tente de ramener la sérénité dans le coeur des Harkis, les français d'origine algérienne qui ont choisi de rester français contre le FLN, et les "Pieds-Noirs", les français d'origine européenne vivant en Algérie. Il espère également que le regard des français métropolitains sur les français d'Algérie change, à la faveur d'une meilleure connaissance de leur histoire qui fait partie intégrante de l'histoire de la France.
Gerbe de fleurs déposée devant le mémorial en mémoire des soldats tués en Afrique du Nord et des civils tués en Alger
Gerbe de fleurs déposée devant le mémorial en mémoire des soldats tués en Afrique du Nord et des civils tués en Alger

Bon nombre des décisions annoncées samedi matin lors de la 6ème Commémoration au Momunent aux Morts du quai Branly figurent dans la loi du 23 février 2005 :
- la création de la Fondation de la Mémoire de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie
- La reconnaissance du drame des Harkis et la condamnation des injures dont ils sont encore l'objet
- la Mémoire et le reconnaissance morale
- l'officialisation de l'association des victimes civiles aux cérémonies du 5 décembre
- l'attribution de la mention "Morts pour la France" aux victimes civiles, notamment celles du 26 mars 1962.
Le monument national érigé quai Branly en 2003 va désormais conserver le nom des victimes civiles du massacre de la rue d'Isly le 26 mars 1962 à Alger.

Lire l'article Hubert Falco : Les Harkis et ce que veut dire l'identité nationale

La cérémonie présidée par Hubert Falco, Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants,
a débuté samedi un peu avant 11 heures par l'inspection du dispositif militaire par le Général de Corps d'Armée, Gouverneur militaire de Paris : un dispositif inter-armées comprenant la musique de la Garde Républicaine, le drapeau de la région de gendarmerie Ile-de-France portant sur ses plis l'inscription "AFN 1952-1962", une section d'honneur du 2ème RI de la Garde Républicaine, une section d'honneur de l'armée de terre appartenant au Régiment d'Infanterie Chars de Marine (RICM) de Poitiers, une section d'honneur de la Marine nationale détachée de la base aéronavale de Dugny, une section d'honneur de l'Armée de l'air détachée de la BA 279 de Chateaudun, et le choeur de l'Armée française.

Les parisiens découvrent le Chant des Africains entonné par le Choeur de l'Armée française.

Revue militaire par Hubert Falco.

La version instrumentale du Chant des Africains jouée par la Garde républicaine.



Les faits | Les opinions | Flash


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.