Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



12/05/2016 - 01:00
        

La Préfecture de police de Paris se prépare à une nouvelle mobilisation contre le projet de loi Travail El Khomeri

Les syndicats espèrent une forte mobilisation pour la cinquième journée de manifestation prévue le 12 mai 2016



Le Préfet de police Michel Cadot a rencontré les organisateurs pour fixer avec eux les modalités de sécurité "dans le but d’assurer le déroulement normal de la manifestation".



Les CRS à pied d'oeuvre lors des manifestations anti Loi Travail à Paris © Paris Tribune
Les CRS à pied d'oeuvre lors des manifestations anti Loi Travail à Paris © Paris Tribune
Le 1er mai 2016, la tête de cortège contre la loi Travail affichait des slogans anti-police. Quarante-cinq minutes après le début de la manifestation, les premiers gaz lacrymogènes fusent. La police vient à bout du "groupe de 300 individus violents (...) de l'ultra-gauche (...) des quartiers" auxquels se seraient joints "des lycéens instrumentalisés", en prenant en sandwich la tête du cortège. La manifestation s'est poursuivie avec une escorte de CRS et de gendarmes mobiles ; du jamais vu.

Plus de 150 fonctionnaires blessés lors des manifestations

Pour la 5e journée de mobilisation, et alors que l'annonce de l'utilisation du 49-3 pour faire voter la loi Travail El Khomeri pourrait exacerber les tensions, la préfecture de police se prépare. Le Premier ministre Manuel Valls le reconnaît :
 
" (...) La campagne lancée contre les forces de l’ordre (...) est choquante, car les fonctionnaires s’exposent (...) Ces dernières semaines, plus de 150 fonctionnaires ont été blessés dans l’exercice de leur mission de protection des manifestations (...)".
Manuel Valls devant l'Assemblée nationale, Questions au Gouvernement, Violences à l'encontre des forces de l'ordre, 10 mai 2016.

Pour le Premier ministre, le plus important est de continuer "à (se) battre pour que, dans ce pays, on puisse manifester – manifester contre un projet de loi du Gouvernement, manifester son opinion".
 
"Mais il appartient aussi aux organisateurs de ces manifestations de faire preuve de sens des responsabilités et de dénoncer les attaques contre les forces de l’ordre ou contre les permanences de parlementaires qui soutiennent le projet de loi travail, car c’est inacceptable".
 Manuel Valls devant l'Assemblée nationale, Questions au Gouvernement, Violences à l'encontre des forces de l'ordre, 10 mai 2016.

Policiers et gendarmes, un métier à risque

Dans un "contexte caractérisé par de fréquentes tensions lors des précédents cortèges", la préfecture de police de Paris communique et annonce avoir précisé avec les organisateurs "les modalités les plus adaptées pour (le bon) déroulement" de la manifestation du 12 mai 2016 "afin d’apporter le maximum de sécurité".

Le parcours a été fixé de la place Denfert-Rochereau aux Invalides, avec un départ du cortège à 14 heures. Il a aussi été décidé de "positionner une partie des forces de l’ordre en amont du cortège".
 
"Les personnes souhaitant participer à la manifestation sont invitées à se positionner derrière les organisateurs, qui ouvriront la marche, afin de permettre le travail des forces de l’ordre en cas de nécessité d’isoler d’éventuels casseurs. Tout au long de la progression une liaison étroite sera maintenue entre les forces de l’ordre et le service d’ordre des organisateurs dans le but d’assurer le déroulement normal de la manifestation".
Préfecture de police de Paris, communiqué du 11 mai 2016.

La stratégie établie par le Préfet de police et les organisateurs sera visible au moment de la manifestation. 




Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.