Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



27/02/2013 - 13:24
        

La carte scolaire s'invite dans le débat des rythmes scolaires et périscolaires

XIIIe arrondissement : annonce de fermeture de classe à l'école Glacière, 100 rue Glacière 75013 Paris.



L'intervention d'une mère d'élève pendant la réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires et périscolaires à la Halle Carpentier le 25 février 2013.



Désordre supplémentaire suite à une question du public sélectionnée parmi d'autres lors de la 4e et dernière réunion publique d'information sur les rythmes scolaires : le nombre idéal d'élèves dans une classe mis en relation avec l'allègement des rythmes scolaires n'a fait qu'ajouter de la confusion dans l'esprit des participants. Pas dans celui du Maire de Paris.

Les parents contre la fermeture d'une classe à l'école Glacière

Il n'y avait pas que les syndicats à s'exprimer lors de la dernière réunion publique d'information sur la mise en oeuvre à Paris, en septembre 2013 ou 2014, de la réforme Peillon sur les rythmes scolaires et périscolaires.

La question d'une mère d'élève est sélectionnée par les animateurs. La représentante des parents d'élève de l'école Glacière dans le XIIIe arrondissement prend la parole.

"Monsieur le Maire, je suis très contente de pouvoir avoir cette tribune, très contente aussi que le Recteur soit là pour nous entendre et que vous aussi Monsieur le Maire du XIIIe vous soyez là...
Je représente les parents d'élève de l'école Glacière.
Nous avons beaucoup travaillé ensemble ces derniers temps, travaillé avec les enseignants, essayé de comprendre cette réforme, je pense que nous sommes tout-à-fait partant pour vous accompagner dans ce projet mais nous sommes extrêmement attachés, malgré ce que vous avez rappelé, sur les efforts que vous avez fait, au fait que ça se passe dans de bonnes conditions avec les moyens nécessaires pour la mettre en oeuvre.
Au moment où nous sommes en train d'essayer de convaincre les parents de l'intérêt de la réforme et de la façon dont on peut travailler tous ensemble, on nous annonce cette semaine une fermeture de classe dans notre école...
La troisième en 6 ans qui va avoir des conséquences très importantes et très néfastes sur un groupe scolaire qui est aujourd'hui équilibré, au prix de l'effort de tous, et qui du coup devient fragile.
Au moment où les rythmes doivent être effectivement allégés, je pense que nous en sommes convaincus, au moment où tous ici nous voulons travailler pour le bien de nos enfants, cette fermeture est complètement antinomique avec la réforme que vous proposez : alléger les rythmes, surcharger les classes, ça n'est pas cohérent, nous avons besoin de moyens, nous avons besoin de vous pour nous soutenir"
.

Le Maire de Paris descend de l'estrade et intervient : "Attendez !"
Il déclare être d'accord "avec tout ce que vous avez dit, du 1er au dernier mot, et je le dis clairement à Monsieur le Recteur".

Jérôme Lambert, représentant du syndicat SNUIPP-FSU à Paris, bondit également : "J'en ai assez que le Maire de Paris s'adresse de cette manière au rectorat ou au Recteur de Paris... Parce que entre les injonctions de la semaine dernière sur les RASED (les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté, NDLR) et là sur ce qui vient dit sur l'ouverture de Glacière, je suis d'accord avec la mère d'élève, j'aurais aimé qu'il y eut autant de virulence dans l'instance réglementaire qui débattait de la carte scolaire où le Maire de Paris est largement représenté".


Intervention d'un parent d'élève du XIIIe arrondissement.
Intervention d'un parent d'élève du XIIIe arrondissement.

Postes RASED ou ouverture de classe ?

Depuis 2006, l'école élémentaire Glacière dans le XIIIe arrondissement a connu 2 fermetures de classe.
L'effectif prévu à la rentrée 2005-2006 oscillait entre 246 –et 248 élèves. A la fin de l'année scolaire 2004-2005, le seuil de fermeture d'une classe dans l'école était de 244 élèves. Les parents d'élève se disaient très vigilants et les enseignants "pas opposés à l’'occupation de leurs classes par les parents, si cela s’'avérait nécessaire".

Pour l'année scolaire 2012-2013, l'école Glacière compte 243 élèves, soit en-dessous du seuil de 244 élèves posé en 2006. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les règles d'ouverture ou fermeture de classe ont été modifiées : la moyenne départementale des effectifs par classe à Paris s'applique de façon plus souple.

Rendue moins stricte pour pouvoir accentuer les efforts de l'Education nationale en zones d'éducation prioritaires (ZEP), la règle est appliquée à Paris par le Recteur de l'académie et les dotations donnent lieu à des discussions avec les élus parisiens qui interviennent pour demander le maintien d'une classe dans leur arrondissement, parfois au détriment de postes RASED.

Une opportunité que le Maire de Paris saisit lors de la réunion publique à la Halle Carpentier pour exprimer publiquement au Recteur de Paris son intention de demander le maintien de la classe de l'école Glacière ; une façon de soutenir également les parents d'élèves de l'école Glacière qui essayent de ["convaincre les parents de l'intérêt de la réforme"]i dès la rentrée 2013.

Pour autant, le maintien de la classe à l'école Glacière ne semble pas acquis : le Maire de Paris, qui rappelle le domaine d'intervention de l'Etat (le scolaire) et le sien (le périscolaire), fait partie de ceux qui demandent au Recteur la création de postes d'enseignants en RASED pour les élèves du primaire en grande difficulté à Paris. En lieu et place du maintien de la classe à l'école Glacière ?

A suivre sur Paris Tribune...

- Voir les vidéos sur la 1ere, 2e, 3e et 4e réunion publique sur Dailymotion : www.dailymotion.com/agencepresse

Articles :
- 4 mars 2013 : Le Rectorat de Paris confirme les résultats du vote du CDEN.
- 3 mars 2013 : La FCPE Paris a-t-elle voté à la place de la PEEP ?
- 2 mars 2013 : Vote du CDEN : le Rectorat de Paris et la FCPE Paris publient des résultats différents.
- 1er mars 2013 : Malaise au Rectorat de Paris.
- 27 février 2013 : La création d'école s'invite dans le débat des rythmes scolaires et périscolaires.
- 25 février 2013 : Europe Ecologie à la peine avec son groupe de travail sur les rythmes scolaires.
- 25 février 2013 : Problème de son pour le groupe de travail sur les rythmes scolaires.
- 21 février 2013 : Rythmes scolaires et périscolaires : un enseignant fait des propositions.
- 18 février 2013 : La troisième claque à l'Hôtel de Ville revient en boomerang.
- 18 février 2013 : Ecoles primaires : la spécificité parisienne, un frein ou un outil ? La situation du périscolaire.
- 18 février 2013 : Ecoles primaires : la spécificité parisienne, un frein ou un outil ?
- 18 février 2013 : Vincent Peillon et l'hystérie parisienne.
- 12 février 2013 : Rythmes scolaires et périscolaires : Bertrand Delanoë et Jean-François Fontana.
- 11 février 2013 : La deuxième claque de l'Hôtel de Ville de Paris.
- 9 février 2013 : La claque de l'Hôtel de Ville de Paris.
- 6 février 2013 : Vincent Peillon maintient son projet de loi sur l'école.
- 6 février 2013 : Rythmes scolaires, la question du groupe UMP au Gouvernement.
- 29 janvier 2013 : Confidentiel.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.