Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



26/08/2010 - 08:53
        

La fête du MLF à l'Esplanade des droits de l'Homme

Il y a 40 ans, le MLF apparaît publiquement à l'Arc de Triomphe.



Rassemblement sur l’esplanade des Droits de l’Homme à Paris, 40 ans après le 26 août 1970 sous l'Arc de Triomphe.



(c) Re-Belles - Le MLF sous l'Arc de Triomphe le 26 août 1970
(c) Re-Belles - Le MLF sous l'Arc de Triomphe le 26 août 1970
Le Mouvement de Libération des Femmes (MLF), composé de groupes et de courants différents, veut continuer de jouer le rôle d’une "avant-garde" dans la lutte contre les discriminations homme-femme.
Un MLF à qui se pose aussi la question de la relève, car les combats remportés par le MLF (le libre choix de la maternité, l’IVG, le droit des femmes au travail, la reconnaissance du libre choix de la sexualité, ...) semblent aujourd'hui évidents. Le MLF se bat aujourd'hui pour la grossesse pour autrui.

Un rassemblement est prévu à 11h sur l’esplanade des Droits de l’Homme, Esplanade du Trocadéro dans le 16ème arrondissement.
- Lecture de la Déclaration des Droits de la Femme d’Olympe de Gouges : alors que le 1er article de la Déclaration des Droits de l’Homme, adopté officiellement le 26 août 1789 (« Tous les hommes naissent libres et égaux en droit »), Olympe de Gouge fait remarquer que si les femmes ont le droit de monter à l’échafaud, elles devraient bien avoir celui de monter à la tribune.
- Lecture de textes féministes pour rappeler le combat des femmes pour leur libération à travers l’histoire : le suffrage universel masculin est institué en 1848 ; les femmes attendront près d’un siècle pour avoir le droit de voter.
- Rappel de l’action du 26 août 1970 à l’Arc de Triomphe pour faire le lien entre la renaissance du féminisme en France dans les années 1970 et les actions du MLF : pour créer l’évènement, le MLF rappelle qu'« un homme sur deux est une femme » et dépose une gerbe à la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe portant l’inscription « ce qui est plus inconnu que le soldat inconnu c’est la femme du soldat inconnu ».- Célébration des contemporaines qui sont poursuivies à travers le monde pour avoir réclamé leur liberté : liberté de circuler, de s’associer, de faire de la politique mais aussi de s’habiller comme elles veulent ou d’aimer qui elles veulent : Aung San Suu Kyi, Taslima Nasreen, et toutes les autres.
- À l’issue de la manifestation, dépôt d'une demande officielle auprès de la Mairie de Paris pour obtenir le changement d’appellation de la place jusqu’ici consacrée aux seuls droits des hommes : "Place du Droit des Femmes et des Hommes du monde entier".


Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.