Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Jeudi 31 Mars 2011 - 14:34


        

La propriété intellectuelle de la Foire Saint Germain

Le conseil de Paris entérine la convention d'occupation domaniale pour l'occupation de la place Saint Sulpice par la société Joël Garcia Organisation.


Geneviève Bertrand, conseiller de Paris et adjointe au maire du 6e arrondissement, s'étonne du "pillage intellectuel" de l'association Foire Saint Germain.




Une quarantaine de conseillers de Paris sont présents dans la salle du conseil le 28 mars 2011 pour l'examen de la délibération donnant l'autorisation au Maire de Paris de signer avec la société Joël Garcia Organisation une convention d'occupation domaniale pour l'occupation de la place Saint Sulpice du 30 mai 2011 au 3 juillet 2011. Un projet de délibération présenté par la délégation générale à l'Evénementiel et au Protocole, Secrétariat Général de la Mairie de Paris et non pas par la commission culture. Geneviève Bertrand, conseillère de Paris du groupe Centre et Indépendants, présidente de la 9e commission au conseil de Paris (culture, relations internationales, affaires européennes et francophonie, patrimoine, mémoire et monde combattant) prend la parole. Lyne Cohen-Solal, adjointe au Maire de Paris chargée du commerce, de l’artisanat, des professions indépendantes et des métiers d’art, lui répond.

La Foire Saint Germain attire "400.000 visiteurs par an" rappelle Geneviève Bertrand encore abasourdie d'apprendre la disparition du village Saint Germain, organisée par l'association Foire Saint Germain, au profit d'une entreprise commerciale. Parmi tous les souvenirs que laissent derrière lui un festival unique à Paris, la présidente de la commission culture cite celui de Christophe Girard, adjoint au Maire chargé de la Culture et absent lors du vote de la délibération, déambulant aux côtés de Son Excellence l'Ambassadeur d'Inde à Paris. Ou encore ceux laissés par l'édition 2010 qui a accueilli "le salon du Théâtre, le salon de la culture et des jeux mathématiques avec plus de 5.000 scolaires, une foire aux antiquaires, le marché de la poésie, le marché de la bibliophilie, les journées de la céramique, la nuit de la gravure contemporaine et la nuit de la photographie contemporaine". Selon l'adjointe au maire du 6e arrondissement, l'appel à projet résulte d'une "politique politicienne" où 4 candidatures, "pas toutes spontanées", ont été mises en compétition pour reprendre en main l'événement. Joël Garcia Organisation remporte le marché. "Il ne propose aucun projet culturel" déclare Geneviève Bertrand qui parle d'un "pillage intellectuel qui tourne au plagiat". Le lauréat de l'appel à projet doit reprendre le contenu de la Foire Saint Germain et il dispose de moins de 2 mois pour organiser un événement enrichi et amélioré depuis 33 ans.
Geneviève Bertrand, présidente de la commission culture au conseil de Paris.
Geneviève Bertrand, présidente de la commission culture au conseil de Paris.

"Pourquoi un appel à projet dans ces conditions ?" demande-t-elle, "et pourquoi un seul candidat sur les Champs-Elysées ?"
Geneviève Bertrand "fait un rêve : où et en quel lieu à Paris voir Molière, le mime Marceau ?" Dans un silence pesant qui ne devait rien à l'heure tardive, elle pleure doucement la mort du festival, terminant son intervention par des mots forts : "On tue l'initiative culturelle la plus belle."
Sans rejeter ces termes, Lyne Cohen-Solal apporte à sa façon du baume au coeur des amoureux du village Saint Germain en rappelant les moments clés de ce que Paris Tribune a appelé l'affaire Foire Saint Germain.
"Durant 35 ans, la Foire Saint Germain a organisé le festival jusqu'en 2007 puis les relations se sont détériorées avec le maire du 6e arrondissement". "Face aux accusations très graves", un rapport à été confié en 2009 à l'Inspection générale des services qui a relevé quelques irrégularités mais rien de nature à l'interdire.
"Tout aurait pu en rester là. Contre l'avis du maire d'arrondissement, nous avons du autoriser la Foire Saint Germain en 2010. Pour calmer les emportements, le Maire de Paris a demandé un appel à projet avec une mise en concurrence." Suite à une étude comparative lancée en janvier 2011 basée sur 3 critères (l'intérêt culturel, les conditions d'installation et le montant de la redevance), la société Joël Garcia Organisation est la mieux placée. "Si cela avait été la Foire Saint Germain, cela n'aurait posé aucun problème". Le contenu de l'événement, lui, ne change pas.
Démontage des cabanes du village Saint Germain en juillet 2010, identiques à celle de la Foire de Chatou (92).
Démontage des cabanes du village Saint Germain en juillet 2010, identiques à celle de la Foire de Chatou (92).

En conclusion, Lyne Cohen-Solal rappelle ce que s'est proposé d'organiser Joël Garcia Organisation, accepté par le Maire de Paris. A un détail près : le salon des jeux mathématiques, prévu dans la convention du lundi 20 juin au mercredi 22 juin inclus, n'aura pas lieu place Saint Sulpice mais place Jussieu. Ainsi en ont décidé les organisateurs des Jeux Mathématiques, conclut-elle.
La convention prévoyait initialement un salon du Théâtre et de la Poésie (du mardi 31 mai au jeudi 2 juin inclus), un salon des Antiquaires (du vendredi 3 juin au lundi 13 juin inclus), un salon de la Bibliophilie (du mardi 14 juin au dimanche 19 juin inclus), (feu le salon des Jeux Mathématiques entre le 20 et le 22 juin), un salon d'art contemporain (du jeudi 23 juin au dimanche 26 juin inclus), une nuit de la photo (le lundi 27 juin), une manifestation de street art (le mardi 28 juin) ainsi qu'un salon de la Céramique et de l'Artisanat (du mercredi 29 juin au samedi 2 juillet inclus).
"Je reconnais et je comprends que vous ayez de la peine" s'adresse Lyne Cohen-Solal directement à Geneviève Bertrand, "si la proposition de la Foire Saint Germain avait été la meilleure, nous l'aurions accepté."
Un silence de mort emplit la salle du conseil de Paris. Il est 22h05. Les rares élus UMPPA présents votent "pour" la délibération, d'une même voix avec les socialistes, communistes et écologistes. Les élus du groupe Centre et Indépendants votent "contre".
Jean-Pierre Lecoq maire du 6e arrondissement est absent. Il apprend le vote par téléphone.
La façade extérieure en 2010 du village Saint Germain.
La façade extérieure en 2010 du village Saint Germain.

L'occupation de la place Saint Sulpice va rapporter à la Ville de Paris une part fixe de 30.000 € H.T au titre de l'occupation du domaine public et une part variable de 5% du chiffre d'affaires H.T, montant qui ne peut être inférieur à 20.000 € H.T. En 2e position : la société CMO. Elle proposait une part fixe de 50.000 € HT et une part variable de 50% du chiffre d'affaires réalisés lors des journées d'art contemporain. Elle remporte la contre-allée de l'avenue des Champs-Elysées (ndlr : la majorité des élus parisiens ont autorisé, sans mise en concurrence, la signature de la convention d'occupation du domaine public pour l'organisation d'un salon d'antiquaires et galeristes sur la contre-allée de l'avenue des Champs-Elysée, à la société CMO, candidate malheureuse pour la place Saint Sulpice).
Joël Garcia, l'organisateur de la foire antiquités brocante à la Bastille, a 2 mois pour relever le défi place Saint Sulpice : le 34e festival transdisciplinaire à vocation culturelle de la rive gauche, la fameuse "plongée culturelle".







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.