Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



15/02/2010 - 11:31
Samuel Tribollet
        

Les « tours » de Clichy-Batignolles énervent les riverains

Paris Tribune.fr



A l’assemblée annuelle de la concertation Clichy-Batignolles réunie au lycée Balzac le 12 février, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce qu’on aborde le sujet qui fâche.



La hauteur des immeubles

À l’évocation, par la première adjointe de Paris Anne Hidalgo, de la hauteur des futurs immeubles du projet Clichy-Batignolles situé entre le périphérique, l’avenue de Clichy, la rue Cardinet et la rue de Saussure, une bronca retentit.
« Il n’y aura qu’un seul immeuble de grande hauteur avec le Tribunal de grande instance qui fera 150 mètres, les autres ne dépasseront pas 50 mètres, soit quinze étages, pas plus », assure la numéro deux de la capitale.
Une hauteur apparemment trop élevée pour une bonne partie de l’assistance qui ne manque pas de faire savoir son mécontentement à l’idée d’avoir des « tours » dans le paysage. Une hauteur déjà dénoncée par la majorité UMP du 17e, menée par le maire Brigitte Kuster.
« C’est une décision démocratique, se défend Anne Hidalgo, le Conseil de Paris a décidé de déplafonner le PLU [plan local d’urbanisme, NDLR] à un vote très majoritaire », rendant légal le passage à quinze étages au lieu de dix.
« Il faut aussi savoir que c’est le seul quartier de Paris qui se construit autour d’un parc de 10 hectares », ajoute l’élue PS.
De gauche à droite : Annick Lepetit, adjointe au Maire et élue du 17e, Gilles Catoire, maire de Clichy, Anne Hidalgo, 1ère adjointe au Maire de Paris, et Brigitte Kuster maire du 17e et conseiller régional
De gauche à droite : Annick Lepetit, adjointe au Maire et élue du 17e, Gilles Catoire, maire de Clichy, Anne Hidalgo, 1ère adjointe au Maire de Paris, et Brigitte Kuster maire du 17e et conseiller régional

Les transports en question

Mise à part cette confrontation, c’est plutôt le consensus qui règne lors de l’assemblée annuelle où les habitants ayant participé aux ateliers de concertations sont invités à partager leurs réflexions. Que se soit pour l’environnement, les transports, ou les équipements publics, citoyens comme politiques sont sur la même longueur d’onde ou presque.
La « désaturation » de la ligne 13 du métro, déjà considérée comme une nécessité et réclamée depuis de nombreuses années, est désormais une des priorités en parallèle du projet urbain.
« Il y a de l’espoir avec le Stif [Syndicat des transports d’Ile-de-France, NDLR] puisque les lignes de bus ont déjà été renforcées pour dégager la 13 », rappelle Annick Lepetit, adjointe aux Transports et député de la 17e circonscription.
Plusieurs options sont envisagées pour remédier au problème de saturation de la ligne 13 qui risque de s’aggraver avec l’aboutissement d’un projet qui prévoit l’arrivée de 6 500 habitants et l’implantation de 12 500 emplois. Parmi elles, la prolongation de la ligne 14 ou du RER E sont à l’étude. La gare Pont-Cardinet, où, dixit Annick Lepetit, « beaucoup de trains passent mais peu s’arrêtent », pourrait elle aussi être sollicitée pour augmenter son trafic.
Sans aller jusqu’à suivre certains riverains souhaitant supprimer la circulation oo enfouir le périphérique, les élus confirment la possibilité évoquée par les habitants d’instaurer quelques sens uniques. « On pourrait faire de l’avenue de Clichy une voie pénétrante et de l’avenue de Saint-Ouen une voie sortante », précise Brigitte Kuster.

Ecologie tous azimuts

Le caractère écologique du futur quartier ne fait, lui, que peu de débats, même si les habitants tiennent à rappeler leur attachement au respect des engagements pris par les politiques. L’objectif affiché est un bilan carbone nul. Dans le détail, la production de chaleur doit provenir au moins à 85% d’énergies renouvelables, tandis que la consommation électrique devra être limitée à 15 kilowattheures par mètre-carré et par an. Sur le quartier, outre l’utilisation de l’énergie géothermique (chaleur souterraine) et d’électricité produite par des panneaux photovoltaïques (panneaux solaires), un système de collecte pneumatique des déchets va être mise en place (bornes de dépôts reliées à un réseau souterrain « aspirant » les déchets).

Réunissant plus de cent personnes, cette assemblée de la concertation Clichy-Batignolles aura au final permis de faire le point sur un projet dont de nombreux aspects restent à fixer dans les détails. Mais si la population est toujours invitée à donner son opinion en s'inscrivant aux ateliers thématiques en cours, ce sont bien entendu les élus qui auront le dernier mot. Et cela, les « anti-tours » l'ont déjà bien compris.


Informations pratiques :
- Voir le site Internet du projet de Clichy-Batignolles
- La Maison du projet est ouverte le mercredi et le samedi de 14h à 18h et le vendredi de 14h à 20h, au 147 rue Cardinet, 17e.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.