Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



11/11/2017 - 18:00
        

Marcel Campion, Anne Hidalgo et la grande roue

Quid de l'exploitation de la grande roue, place de la Concorde à Paris ?



Qui peut, à ce jour, installer et faire fonctionner une grande roue dans un état neuf devant l'entrée du Jardin des Tuileries, place de la Concorde ?



Anne Hidalgo, Maire de Paris depuis 2014, connaît la réponse. Moins d'un an après son élection, un premier appel à projet naît. Deux sociétés postulent. Aucune d'elles ne donne satisfaction à la municipalité.
 

1er appel à projet : la Mairie demande 1,5 millions d'euros

Les demandes de la Mairie de Paris sont salées : le chiffre d'1,5 millions d'euros de redevances annuelles minimales garanties se murmure, au titre de l’occupation temporaire du domaine public sur le site de la chaussée devant l'entrée du jardin des Tuileries, côté place de la Concorde. Trop cher, voire excessif pour une entreprise qui, quelle que soit sa taille, ne peut reverser entre 20 % et 30 % de son chiffre d'affaire annuel en redevances, alors que la moyenne à Paris est comprise entre 8 % et 12 % du chiffre d'affaire.

L'un des candidats ne maîtrise pas les critères exigés pour siéger sur la place de la Concorde classée au titre des monuments historiques. Une grande roue de 80 mètres de hauteur serait impossible à installer compte-tenu des contraintes techniques. Mais l'emplacement exact ne figure pas dans l'appel d'offres. 

Envoyé sous pli fermé avec la mention « ne pas ouvrir » au Service des Activités Commerciales sur le Domaine Public, Bureau des Kiosques, aucun des dossiers n'a fait l'affaire : l'un pour des raisons économiques (il proposait 800 000 euros de redevances annuelles minimales), et l'autre pour des raisons techniques (il ne connaissait pas précisément le site). La Mairie de Paris fait choux blanc et l' « appel à proposition pour l'exploitation d'une grande roue et de trois structures de vente annexes » est « déclaré sans suite pour motifs d’intérêt général ».
 

Convention de gré à gré : la Mairie demande 1,2 millions d'euros

Aucun dossier ne répondant en tout point à ce premier appel à projet, la Mairie de Paris passe un accord de gré à gré avec la société Fêtes Loisirs de Marcel Campion, l'opérateur présent sur les lieux depuis 1994 pour les fêtes de fin d'année. L'objectif pour la municipalité est d'avoir une grande roue pendant 8 à 10 mois pour l'année 2015-2016 en raison de l'organisation par la France de l'Euro 2016. La Mairie a demandé 1,2 millions d'euros à la société gestionnaire de la grande roue, précise un élu du 8e arrondissement, pour une durée de 323 jours.

Sitôt la convention signée au début juillet 2015, le Canard Enchaîné dénonce l'accord de gré à gré entre la Mairie de Paris et la société Fêtes Loisirs de Marcel Campion. La justice s'empare alors de l'affaire et met en examen l'exploitant historique du site pour « recel de favoritisme ». La Maire de Paris n'est pas entendue. Ce n'est que le 10 novembre 2017 que, non pas Anne Hidalgo mais la commune de « Paris » est convoquée par le juge Renaud Van Ryumbeke. Un fonctionnaire de la ville est chargé de répondre aux questions du magistrat instructeur. Défendue par Maître Alexis Gublin, avec une plainte avec constitution de partie civile visant Marcel Campion, la Mairie de Paris est aussi mise en examen pour « favoritisme » aux côtés de Marcel Campion :
« La Ville de Paris a entièrement confiance dans le fait que l'information judiciaire en cours, qui a conduit à la mise en examen de Marcel Campion pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux, démontrera l'absence complète de favoritisme par la collectivité ».
Communiqué de l'Hôtel de Ville de Paris, le 10 novembre 2017.

Marcel Campion dénonce également une accusation erronée et sans fondement.

Par ailleurs, l'arrêt de la Fête Foraine au Grand Palais, du Marché de Noël sur les Champs-Elysées, du Marché place de la Bastille, de la réduction annoncée en 2019 de la moitié de la Foire du Trône qu'il a fait renaître sur la Pelouse de Reuilly après la fermeture à Nation et Porte de Vincennes, et enfin, la construction d'un futur parc d'attractions du groupe LVMH dans le Bois de Boulogne sur une concession détenue par un Forain âgé de 74 ans à qui les manèges ont été confisqué, lui font dire que c'est la survie même des Forains qui est en cause.
 

2e appel à projet : la Mairie demande 900 000 euros

Pour l'année 2016-2017 et les suivantes, les services de la Ville revoient leur copie et leurs prétentions financières sont à la baisse : les dossiers doivent prévoir
« un minimum garanti de 900 000 euros TTC et 5 % du chiffre d’affaires TTC compris entre 6 000 000 euros et moins de 7 000 000 euros, et 10 % du chiffre d’affaires TTC à partir de 7 000 000 euros. La redevance correspond à l’occupation en l’état de la place de la Concorde pour six mois d’exploitation par an et 12 jours de montage et 8 jours de démontage ».

Pour remporter la « convention d’occupation temporaire privative du domaine public pour l’exploitation d’une grande roue et trois points de vente annexes en lien avec le tourisme et les fêtes de fin d’année sur la place de la Concorde à Paris (8ème arrondissement) »
« la grande roue devra présenter une belle qualité esthétique, rappelant l’héritage forain du site et la tradition foraine séculaire à Paris. Les structures de ventes annexes fournies par l’exploitant devront être visuellement et qualitativement en adéquation avec l’attente des visiteurs et des Parisiens sur les sites prestigieux de la Capitale. La liste des articles qui feront l’objet de la vente dans les structures de vente sera annexée à la convention et s’imposera au titulaire de l’autorisation sur toute la durée de l’exploitation. Toute autre catégorie de produit ne pourra, le cas échéant, être vendue qu’avec l’autorisation écrite de la Ville de Paris ». 
Extrait du 2e appel à proposition de la Direction de l'attractivité et de l'emploi.

Lors de cette deuxième consultation, un seul candidat est en lice : la société Fêtes Loisirs de Marcel Campion. Il maîtrise le sujet. Le précédent deuxième soumissionnaire, une entreprise basée au Liechtenstein porteur de banques ayant déjà financé une soixantaine de programmes de grandes roues dans le monde, ne semble pas lui-même disposer d'une grande roue correspondant aux critères exigeants de la place de la Concorde. 

Fêtes Loisirs de Marcel Campion remporte le marché.

Comme en septembre 2015 (voir vidéo), deux mois après l'accord de gré à gré et l'article du Canard EnchaînéBruno Julliard défend en 2016 le résultat de l'appel à projet attribué à la grande roue de Marcel Campion :
« D'abord, sur le fond, nous assumons notre volonté que la grande roue soit présente plusieurs mois dans l'année place de la Concorde parce que nous considérons que, dorénavant, la grande roue fait partie de l'identité de Paris et participe de son attractivité. Elle est devenue un marqueur fort des fêtes de fin d'année. Je peux comprendre qu'il y ait des réserves d’ordre esthétique sur la grande roue. Considérez tout de même que la plupart des grandes villes d’Europe, et même du monde, ont une grande roue, souvent de manière pérenne et pendant la totalité de l'année, parfois, comme à Londres, dans des endroits très identitaires et très riches d'un point de vue patrimonial, et que les roues ne sont pas démontées dans l'année. Ce n'est pas ce que nous avons choisi à Paris puisque nous proposons de maintenir la grande roue place de la Concorde pour une durée de six mois ».
Bruno Julliard, conseil de Paris de juillet 2016.
 

La Mairie obtient 900 000 euros

Le premier adjoint au Maire, en charge des affaires foraines de 2014 à 2015, rappelle le critère le plus important pour la municipalité : l'argent.
« Bien évidemment, le critère principal d'attribution reposait sur le montant de la redevance fixée, qui est donc un minimum de 900.000 euros, ce à quoi s'ajoute la part variable en fonction du chiffre d'affaires sur proposition du candidat ».
Bruno Julliard, conseil de Paris de juillet 2016.
 

La place des amis

Pour le conseil de Paris de novembre 2017, la majorité socialiste et ses alliés écologistes, radicaux de gauche et peut-être communistes soumettra une délibération pour abroger la convention d'occupation du domaine public accordée à Fêtes Loisirs de Marcel Campion. Anne Hidalgo et d'autres le fuient désormais comme la peste, sans comportement rationnel.

Serein, Marcel Campion, la seule personne à Paris ayant une grande roue de grande hauteur dans un état neuf et sachant la faire fonctionner pour le plus grand bonheur des touristes et des Parisiens, attend la suite des événements. Avec son conseil Maître Jérémie Assous, plusieurs actions sont en cours devant les tribunaux.

L'inauguration officielle de la Roue de Paris, en présence des célébrités Alain Delon et Jean-Paul Belmondo est prévue le vendredi 17 novembre sur la place de la Concorde. Une place qui n'aura jamais aussi mal porté son nom, excepté pour les vrais amis.
 

Un contrat de gré à gré notamment pour permettre à Paris d'accueillir dans une ambiance festive la finale de l'Euro 2016 © VD / PT.
Un contrat de gré à gré notamment pour permettre à Paris d'accueillir dans une ambiance festive la finale de l'Euro 2016 © VD / PT.

En savoir plus




Les faits dans le 8e arrondissement de Paris | Les opinions dans le 8e arrondissement de Paris | Flash


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.