Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



21/01/2015 - 17:24
        

Michel Dumas l'homme qui a offert la permission du Maréchal n'est plus

Michel Dumas est mort le 14 janvier 2015.



Les funérailles ont été célébrées à l'église Sainte Colombe de Chevilly Larue (Val de Marne) le 20 janvier 2015.



Michel Dumas (1932-2015).
Michel Dumas (1932-2015).
Michel Dumas, un homme hors du commun, s’est éteint d’une longue maladie le 14 janvier 2015. Sa vie a été pleine et intense. Sa joie de vivre et son effervescence laissent des traces, une présence. Paris Tribune évoque ici quelques aspects du parcours d’un homme accompli.

Michel Dumas offre une permission de trois jours au Maréchal Pétain

Pendant la campagne des élections législatives, le 19 février 1973, cinq hommes investissent nuitamment le cimetière de l’Ile d’Yeu. Leur but, prendre le cercueil du Maréchal Pétain et le conduire à Douaumont pour que le vainqueur de Verdun, ainsi qu’il l’a souhaité, repose en paix, parmi ses soldats. Michel Dumas, marbrier funéraire, est le technicien de l’opération. Si la première partie se déroule parfaitement, en dépit de la proximité de la gendarmerie et du mausolée, la seconde ne peut aboutir car rapidement l’alerte est donnée. Toutes les forces de l’ordre sont sur les dents. C’est une chasse à l’homme d’un genre inédit, une chasse à l’homme mort, un Maréchal de France.Trois jours plus tard, le cercueil est récupéré à Saint-Ouen dans la Seine Saint Denis. Michel Dumas et les autres participants passent une journée à la maison d’arrêt de la Santé à Paris. Ils sont ensuite remis en liberté. L’affaire se termine par l’abandon des poursuites du Parquet. Le cerveau de cette opération serait l’avocat parisien engagé Jean-Louis Tixier-Vignancour. Il aurait indiqué à Michel Dumas que le Président Georges Pompidou était favorable à ce transfert. Info ou intox, il est certain que le climat politique, trente ans après la libération, rend difficile la décision d’inhumer l’ancien dirigeant de l’Etat Français à Douaumont. En revanche, s’il est mis en terre, conformément à sa volonté, parmi ses hommes, les morts pour la Patrie à Verdun, l’autorité politique pourrait-elle revenir en arrière ? Pas sûr. Les faits acquis sont finalement souvent validés. C’est la conviction de l’avocat et de l’équipe. N’ayant pu aller au bout de la mission, le cercueil du Maréchal retourne à l’Ile d’Yeu.
Michel Dumas.
Michel Dumas.

« La permission du Maréchal » chez Albin Michel

Michel Dumas n’est pas un militant politique. Doté d’un solide bon sens, cet autodidacte, à l’esprit sagace et sarcastique, s’est nourri au dictionnaire depuis l’enfance pour acquérir du vocabulaire et utiliser le mot juste. Né en 1932, c’est un auvergnat, ses racines sont en Lozère. Il est terrien. Son père est professeur de gymnastique. Il a un côté Astérix, gaulois. Il est prêt à s’engager par amitié. Il prend des risques. Il a le goût de l’aventure, celui de l’écriture vient après. Il publie « La permission du Maréchal » chez Albin Michel. Il raconte avec sa truculence  ses trois jours de maraude avec le cercueil du Maréchal Pétain qu’il grave de ses initiales, MD, avec son « Laguiole » authentique qui ne le quitte jamais. Elles y sont toujours, mais pour les voir il faudrait de nouveau exhumer le Maréchal. Ce sera peut être le cas, un jour, si on lui accorde de reposer parmi les « Poilus » en signe de réconciliation nationale et d’hommage à la victoire de Verdun qui a sauvé la France. 
La permission du Maréchal par Michel Dumas © Albin Michel
La permission du Maréchal par Michel Dumas © Albin Michel

Le parcours d’un homme accompli

Petit patron, commerçant, Michel Dumas réussit aussi bien dans la marbrerie funéraire, que dans la vente et l’installation de cheminées décoratives, dans la carterie, le cadeau, les œuvres d’art (lithographies, ouvrages) ou encore comme marchand de jouets. Il pressent au début des années 1970 que le commerce est en pleine mutation et que les centres commerciaux représentent l’avenir immédiat. Il s’implante. Il gagne son pari. Gestionnaire rigoureux, il contrôle de manière bénévole les comptes d’un groupement d’intérêt économique. Son honnêteté, son désintéressement et sa rigueur sont reconnus par tous. Il se rend aux Etats Unis d’Amérique pour découvrir les méthodes américaines à une époque où les petits commerçants sont centrés sur le franco-français. Il visite l’Union soviétique puis, quelques années plus tard, après la chute du mur de Berlin, il accueille un député de la Lituanie indépendante et une délégation russe pour transmettre son expertise.

Basile le révolté

Basile, c’est son second prénom. Prémonition de ses parents ? N’a-t-il pas avec l’âge, un profil comparable à un empereur romain ? Sérieux dans ses analyses mais ne se ne prenant pas au sérieux, préoccupé par l’avenir de la France, Michel, Basile Dumas est un homme de passion.

Homme d’audace, l’Egypte l’attire. Il s’y rend à de nombreuses reprises. Il étudie la construction des pyramides, il lit Champollion, il admire Hatchepsout qui règne 1.500 ans avant JC. Il projette de monter une expédition pour rechercher et ramener un obélisque égaré dans le Nil à l’époque des pharaons. Forcément des navires ont coulé et leur précieux chargement a été englouti. Il s’enquiert de cartes, de l’évolution du fleuve et songe à une technique pour localiser un obélisque endormi. Faute de fonds, l’expédition n’aura pas lieu.
Michel Basile Dumas (1932-2015).
Michel Basile Dumas (1932-2015).

« Pays de cons »

En perpétuelle lutte contre les abus et absurdités administratives, il les combat à sa manière. Souvent provocateur, original dans les idées et démonstrations, bienveillant, coléreux parfois, il est un interlocuteur de journalistes. Des articles de la presse écrite reprennent ses bons mots. Il a les honneurs de la presse audiovisuelle, pas seulement pour le Maréchal Pétain. Il correspond avec des hommes politiques. Il met l’accent sur la richesse de la France : « les petites entreprises ». Elles et elles seules créent de l’emploi durable. Il faut les aider en n’alourdissant pas leurs charges. Et surtout, il est impératif d’inverser la tendance en allégeant toutes les formalités, « la paperasserie » qui détourne les chefs d’entreprise de leur travail c’est à dire développer leur affaire et embaucher. Il est un chantre de l’accord entre petits patrons et salariés travaillant main dans la main pour réussir ensemble. Il y a quelques années, pour pointer certains errements, il fait fabriquer un tampon sur lequel est gravé « Pays de cons ». Il use de son message pour retourner des questionnaires ou répondre à ce qu’il considère comme stupide. Il compte le nombre pléthorique de lignes et de questions sur les formulaires fiscaux ou de l’Insee et appose son message récurrent. C’est une manière d’interpeller. Mais, en vérité, c’est un homme sensible.
Tampon © Richard Villalon - Fotolia.com
Tampon © Richard Villalon - Fotolia.com

Homme de cœur, troublé par toutes les injustices, il accompagne l’avocat d’un militaire, interné à tort et libéré par décision de Justice en 2005. Il le réconforte, lui offre un remontant issu des vignes de France, du blanc, une appellation de Bourgogne, avant de l’emmener à Connentray. Le véhicule du militaire était resté près de la base militaire où il s’était enfermé dans un dépôt d’armes. Cinq minutes après, contrôle de l’Armée qui s’inquiétait d’une possible évasion de l’adjudant turbulent. Michel Dumas se met à rire, rire, rire parce qu’il aime tout ce qui est drôle. Il confie volontiers que son expédition, « transférer les cendres du Maréchal Pétain, il en a été par amitié et parce que c’était marrant ». Michel Dumas, c’est une vie riche, pleine d’anecdotes, d’insolences, de liberté car de ce côté, il exerce sa capacité à tout oser au risque de déplaire.

Ouvert aux autres, il apporte secours à des clochards à proximité de l’esplanade de Thiais dans le Val de Marne, nourriture et même lors d’événements joyeux, champagne. Il entretient des relations avec les autorités locales. Il a un vif sentiment d’appartenance à la communauté nationale. Il pratique une authentique fraternité. Mais il est exigeant et revendique que la France ne doit pas restreindre la liberté individuelle.

A ses funérailles, une centaine de personnes se recueillent au sein de l’église Sainte Colombe de Chevilly Larue en mémoire de ce catholique inclassable, de cet homme épris de Justice, de ce trublion toujours prêt à pointer du doigt ce qui ne va pas et à proposer des solutions. Le député-maire UMP de Thiais, Richard Dell’Agnolla, l’ancien maire communiste de Chevilly-Larue, Guy Pettenati, des policiers, des gendarmes, des personnes de tous horizons, de toutes professions, de tous milieux, sa famille et ses amis, sont venus. La cérémonie est émouvante. Il repose dans un superbe cercueil et est couvert de fleurs. Parmi elles, un coussin porte un bandeau « A mon père spirituel ». A l’évidence, Michel Dumas porte aussi l’esprit de Sparte. Puis, il part au cimetière parisien de Thiais. Pas pour longtemps, du moins logiquement. Il doit retourner en Lozère, à Recoules-de-Fumas, si le Maire accepte de lui réserver une place dans son cimetière. Et s’il s’y refuse, peut-être que nuitamment, Basile lui réservera sa dernière facétie.

Michel Dumas (1932 - 2015)

Pour en savoir plus sur l’affaire de la disparition du cercueil du Maréchal Pétain :
  • « La permission du Maréchal » - Auteur Michel Dumas - Editeur Albin Michel - 2004.
  • « On a volé le Maréchal » documentaire de Jean-Yves Le Naour réalisé par Cédric Condom Une production Kilaohm Productions et l’INA avec le soutien du CNC et de la Région Pays de loire - 2012 - On peut voir et entendre Michel Dumas commenter ses trois jours de maraude avec le Maréchal Pétain.



Et aussi
< >

Samedi 22 Avril 2017 - 12:25 Stéphane Gisclard magnifie la femme libre

Les faits | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.