Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



22/11/2013 - 14:10
        

Philippe Dominati retire sa candidature, Marie-Laure Harel affronte seule Pierre Aidenbaum

75003 : Elections municipales dans le IIIe arrondissement de Paris.



Philippe Dominati, sénateur de Paris et fils de l'ancien maire du 3e arrondissement, renonce à présenter une liste contre Marie-Laure Harel, conseillère de Paris UMP du 16e arrondissement, désignée la tête de liste dans le 3e par Nathalie Kosciusko-Morizet, face au maire PS Pierre Aidenbaum.



Philippe Dominati prudent ? Deux jours après le 20 novembre 2013 et la transformation par la commission d'investiture de l'UMP des chefs de file de Nathalie Kosciusko-Morizet en têtes de liste, c'est officiel : Philippe Dominati, n'ayant pas été désigné tête de liste, vient de se retirer de la course à la mairie du 3e arrondissement.

Le 3e arrondissement au centre des débats de la commission d'investiture

Deux arrondissements préoccupent l'état-major UMP parisien : le 3e et le 8e. Dans le 3e, la situation est maintenant apaisée.

Nathalie Kosciuko-Morizet a convaincu Martine Weill-Raynal, seule conseillère d'arrondissement d'opposition dans le 3e, de renoncer à se présenter contre Marie-Laure Harel. Bien qu'élue dans le 16e arrondissement en 2008, celle-ci porte au conseil de Paris les problématiques du 3e arrondissement où elle réside. Une place est proposée à Martine Weill-Raynal sur la liste de Vincent Roger dans le 4e arrondissement voisin, ce qu'elle accepte.

Avec le repli de Philippe Dominati, une épine dans le pied de l'UMP est retirée ; c'est une menace de candidature dissidente en moins à Paris. Roger Karoutchi doit se frotter les mains, lui qui évoquait le sujet, sous forme de boutade en marge de la commission d'investiture. Pour le sénateur des Hauts-de-Seine, c'est "une tradition" d'avoir des dissidences, quitte par la suite à ce qu'elles se "dégonflent au fur et à mesure" pour faire place à l'union. Actuellement, l'UMP compte 7 candidatures dissidentes officielles, dans les 5e, 8e, 10e, 14e, 15e, 16e et 20e arrondissement, nonobstant quelques velléités en germe dans d'autres arrondissements.

Des candidats que tout oppose

Sans Martine Weill-Raynal et sans Philippe Dominati, Marie-Laure Harel affrontera seule l'actuel maire socialiste du 3e arrondissement Pierre Aidenbaum. Marie-Laure Harel la junior, 30 ans fin mars 2014, et Pierre Aidenbaum le senior, 72 ans en 2014. Deux façons de s'adresser aux électeurs du 3e arrondissement. La plus jeune des têtes de liste de Nathalie Kosciusko-Morizet contre le plus âgé des têtes de liste d'Anne Hidalgo. Deux cautions, l'une pro-jeune à l'UMP, affichant le renouvellement, et l'autre pro-ancien au PS, respectant les doyens.

Pierre Aidenbaum serait tenté de faire comme Daniel Vaillant, 64 ans. Le député-maire du 18e a réussi à imposer à Anne Hidalgo sa tête de liste dans l'arrondissement en échange de son départ de la mairie. Fort de ses nombreux soutiens, Pierre Aidenbaum souhaiterait assurer également sa succession s'il devait quitter la mairie. Ce fidèle soutien de la député Seybah Dagoma, qui ne cache pas ses ambitions d'entrer au gouvernement avant 2017, est son suppléant. Si la jeune député, ancienne conseillère de Paris du 1er arrondissement, est nommée dans le prochain gouvernement, Pierre Aidenbaum rentrerait à l'Assemblée nationale.

Marie-Laure Harel ne l'ignore pas. La deuxième position sur la liste de Pierre Aidenbaum, adoptée lors du scrutin socialiste du 21 novembre 2013, aurait été attribuée à Christine Frey, conseillère d'arrondissement du 3e et conseillère régionale d'Ile-de-France ; à moins que les accords non finalisés à ce jour entre le PS et le PRG ne modifient la liste. Les militants PS ont par ailleurs votés pour Pervenche Bérès, résidant également dans le 3e arrondissement, pour devenir député européenne d'Ile-de-France en 2014.

Dans un contexte difficile, Marie-Laure Harel serait prête à payer le prix du renouvellement, selon l'entourage de Nathalie Kosciusko-Morizet. Si la benjamine ne réussit pas à arracher un poste de conseiller de Paris sur les 3 actuellement détenus par les socialistes, Marie-Laure Harel devra dire adieu au conseil de Paris où elle siège depuis 2008 grâce à son élection à 24 ans dans le 16e arrondissement. LUMP n'a rien à perdre dans le 3e arrondissement et en cas de défaite, Marie-Laure Harel pourrait figurer sur les prochaines listes aux élections régionales d'Ile-de-France.

Un risque de défaite en revanche que Philippe Dominati, 59 ans en 2014, aurait jugé utile de ne pas prendre, afin de pouvoir se représenter au Sénat en 2017 ?

La mairie du 3e arrondissement donne sur le square Casimir Perree - Photo : EC / PT.
La mairie du 3e arrondissement donne sur le square Casimir Perree - Photo : EC / PT.




Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.