Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



Cet article cite : france, hamas, monde, palestine, unesco, wasatia
14/05/2009 - 20:44
        

Rapport choc sur la politique éducative du Hamas

Huitième Tribune



Invités par l'Institut Jean-Jacques Rousseau au Press Club de France, Wasatia et l'Impact-SE présentent leur projet : la paix par l'éducation.



Wasatia et Impact-SE coopèrent dans le domaine de l'éducation en vue de développer une éducation à la paix et à la tolérance dans la région. Dans la ligne de mire des deux organisations non-gouvernementales palestinienne et israélienne : les documents scolaires du Hamas. Le rapport produit par Impact-SE (l'Observatoire pour la paix et la tolérance dans l'éducation scolaire) présente la politique en matière éducative du mouvement Hamas, dont des députés ont été élu démocratiquement à Gaza pour un mandat de quatre ans tout comme les 132 députés du Parlement actuel de l’Autorité palestinienne, et plus particulièrement l’examen du contenu de 145 numéros du magazine en ligne destiné à la jeunesse, Al-Fateh ("Le Conquérant").
Rapport choc sur la politique éducative du Hamas

« Le Conquérant » (Al-Fateh qui désigne également le surnom donné au Sultan ottoman Mehmet II après sa conquête en 1453 de Constantinople, jusque là capitale de l’Empire chrétien de Byzance) est une animation présentant un enfant sur un cheval brandissant un sabre. Rubriques et colonnes diffusent animations, messages et dessins évocateurs comme « Sykes et Picot » , les deux ministres du mauvais roi juif planifiant la division du monde arabe et la rupture de son harmonie, ou encore une mère disant à son enfant « ils disaient qu’ils veulent la paix, ils mentent, dans le passé ils ont tué les prophètes qu’Allah a envoyé pour la justice et la paix ». Des dessins à colorier montrent un juif venant d’assassiner un arabe ou en train de brûler une mosquée. De nombreuses photos d’enfants munis d’armes parsèment les pages web assorties de commentaires, ceux d’un père : « aujourd’hui Mahmoud, tu es devenu un homme », ou bien « l’ennemi est toujours l’ennemi, l’ennemi ne sera jamais un ami » ou encore « quiconque aide un traître est un traître ». Au sujet des kamikazes : « sois assuré qu’au moment de leur martyre, ils ne ressentent aucune douleur » ou « empruntez la voie de la guerre jusqu’à la victoire ou la mort au combat ». On a même droit à la photo de la tête décapitée de la jeune fille de 18 ans, Zaynab, qui a activé sa ceinture d’explosifs à Jérusalem en septembre 2004, tuant deux policiers et blessant 17 civils et devenue depuis une « chahida » (martyre).

Le contrepoint sur l’étude du contenu des manuels scolaires en Israël ne fait pas partie de la conférence. Répondant à une question en ce sens posée par Sufyan Ramahi, journaliste jordano-palestinien basé à Paris, le professeur israélien Yohanan Manor, co-président de l'ONG israélienne Impact-SE depuis 1997 déclare que juste avant la 2è Intifada (« Le soulèvement »), le contenu des manuels scolaires israéliens indique que Israël reconnait le conflit entre israéliens et palestiniens. Certains mentionnent même la légitimité du mouvement national palestinien. En 2001, un manuel parle de l'invention par les arabes des hôpitaux publics. En 2008, un manuel sur la géographie humaine et l’urbanisation au Moyen-Age consacre 46 pages au rôle joué par Bagdad en tant que civilisation motrice. Or les palestiniens ayant le passeport israélien affirment que le simple mot de « palestinien » n'existe pas et qu'Israël préfère parler d' c arabe israélien ».
Mais les efforts conjoints du professeur palestinien Dajani Daoudi et du professeur israélien Yohanan Manor, ne portent pas sur le passé mais sur l’avenir. « Le Centre » (Wasatia) représente les modérés et préfère parler de l’Islam, des versets du Coran et des paroles du Prophète Mahomet (Mohammed). « Parler de l’Islam est plus important que le conflit israélo-palestinien » explique le professeur Mohammed Dajani Daoudi, fondateur de l'ONG palestinienne en 2007 qui souhaite que la religion musulmane devienne la seule loi des palestiniens.

Il faudra du temps avant que les ennemis d’hier n'arrivent à la paix, à l’image des européens en 1945 et à la création de l’Union européenne depuis 1949. Pour obtenir durablement la paix, le ministre français des affaires étrangères de l’époque, Robert Schuman, propose une solidarité économique rendant tout affrontement impossible entre la France et l’Allemagne. C’est la première étape d'une Europe unie que l’idée même faisait frémir ceux qui, en grande majorité, excluaient cette possibilité, en dépit des violences, des souffrances, des morts et des vies brisées. Wasatia propose l'étude et la mise en application de l'Islam modéré pour contrer la violence. Impact-SE propose la mise en conformité des manuels scolaires du Hamas aux standards internationaux de l’UNESCO. Alors même que l’UNESCO ne peut obliger un Etat à se mettre en conformité avec ces standards. Alors même que les pays en paix ont tendance à prôner des politiques éducatives nationalistes et non pas axées sur des valeurs humaines comme l’acceptation de la différence.

Parmi les standards éducatifs internationaux fondées sur les déclarations et résolutions de l’UNESCO :
1. Les programmes et manuels scolaires développent-ils la capacité à résoudre les conflits de façon non violente ?
2. Préconisent-ils la paix et soutiennent-ils les processus de paix ? Conduisent-ils les élèves à comprendre et à assumer leurs responsabilités pour le maintien de la paix ?
3. Les manuels scolaires sont-ils dénués de formulations, d’illustrations ou d’idées pouvant créer des préjugés et des conceptions erronées, des stéréotypes, des incompréhensions, de la méfiance, de la haine raciale, du fanatisme religieux, et de la haine envers d’autres nations ainsi que haine et mépris envers d’autres peuples et groupes ?
4. Comprennent-ils toutes les données objectives et appropriées et l’analyse critique des facteurs historiques et contemporains sous-jacents aux contradictions, disputes, conflits et tensions entre les pays et les groupes, ainsi que l’étude des voies et moyens pour surmonter ces contradictions ?



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.