Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



15/12/2014 - 16:50
        

Rémi Féraud, Anne Hidalgo et le PIM

Discours au conseil de Paris de décembre 2014.



Rémi Féraud, maire du 10e arrondissement et président du groupe Socialiste et Apparentés au conseil de Paris, s'exprime sur le Plan d'Investissement de la mandature d'Anne Hidalgo.



Rémi Féraud ne tarit pas d'éloges sur le PIM parlant de "qualité (...) avenir ambitieux pour Paris et pour la métropole (...) fera date en matière d'investissements publics et de volontarisme politique"Aucune remarque ni proposition n'est faite pour améliorer le PIM avant son vote. 
© tashatuvango - Fotolia.com
© tashatuvango - Fotolia.com

Intervention de Rémi Féraud au conseil de Paris

Madame la Maire chers collègues je voudrais d'abord tout d'abord vous remercier de nous permettre de débattre aujourd'hui d'un document très important pour l'avenir de Paris c'est à dire le plan d'investissements de la mandature.

La séance de décembre est en effet traditionnellement consacrée au budget mais l'occasion nous est donnée ce matin de mettre ce budget annuel en perspective avec l'ensemble de la feuille de route qui structurera pour toute la mandature notre action au service des Parisiens qui nous ont élu en mars dernier.

Discuter de l'investissement pluriannuel lors de la séance budgétaire c'est non seulement cohérent et transparent mais c'est également responsable. Car ce PIM nous pouvons le projeter et le financer grâce à un budget rigoureux et à des perspectives financières saines dans un contexte qui est difficile pour le l'économie européenne et nationale.

Je voudrais saluer tout particulièrement le geste courageux de notre municipalité qui porte l'effort d'investissement à près de dix milliards d'euros somme sans précédent pour Paris qui en même temps, qu'elle permettra de mettre en oeuvre nos engagements d'Indre à soutenir la création d'emplois et renforcer l'économie locale comme nationale. les collectivités assurent en effet aujourd'hui plus de 70 % de l'investissement public en France.

Cet acte va donc produire des effets très concrets sur l'économie en engendrant près de 200.000 emplois sur la mandature. Je note d'ailleurs qu'il a été très favorablement accueilli par les commentateurs et à laissé l'opposition municipale de droite à peu près sans voix.

Lors de la campagne, Madame la Maire, vous vous étiez engagée à investir 8.5 milliards d'euros jusqu'en 2020. Si vous avez choisi avec nous de porter ce montant à près de 10 milliards, c'est d'abord parce que la situation financière de la ville de Paris est particulièrement saine qu'elle le permet grâce à une gestion rigoureuse au cours des années précédentes.

Je voudrais rappeler que notre niveau d'endettement comme vous l'avez fait vous même en le rappelant, est très en deçà des autres collectivités françaises puisqu'il est de 51 % contre 85 % en moyenne pour les autres grandes villes françaises de plus de 100.000 habitants.

Notre taux d'endettement est par exemple 2.25 fois inférieur à celui de Marseille. De plus les efforts de saine gestion, conjugués à une maîtrise de la fiscalité depuis 2001, font de Paris une collectivité bien notée qui peut à ce titre bénéficier de taux d'intérêt particulièrement bas.

Notre capacité d'emprunt est donc importante et en plus elle ne peut être utilisée que pour notre investissement comme c'est la règle pour toutes les collectivités. Il est logique d'utiliser l'emprunt pour le financement d'une part des investissements qui serviront à plusieurs générations sans en faire exclusivement supporter le coût aux Parisiens aujourd'hui.

Le choix raisonnable et responsable que nous assumons donc aujourd'hui en toute transparence, c'est de poursuivre la construction d'une capitale moderne adaptée aux besoins de son temps, de ses habitants, mais aussi qui préparent l'avenir avec détermination et confiance. Et la confiance elle passe d'abord par le respect de la parole donnée et ce plan d'investissement c'est la concrétisation des engagements de la campagne que nous avons menée et que nous ne trahirons pas.

Le respect de la parole donnée, c'est pour nous une feuille de route impérieuse. Nous réaliserons donc les investissements utiles et nous leur donnerons les moyens nécessaires pour qu'ils puissent fonctionner correctement et tout cela, vous l'avez rappelé, sans augmenter les impôts des Parisiens.

C'est une équation exigeante mais que nous savons résoudre, avec des chiffres exacts et vérifiés, et non avec des approximations voire des chiffres bidons. Je ne vais pas ici détailler les priorités nombreuses contenues dans ce plan d'investissement ; mes collègues notamment du groupe socialiste y reviendront ensuite.

Mais je souhaiterais relever quelques axes dont nous pouvons être collectivement fiers. Je pense évidemment à la dimension métropolitaine présente d'emblée dans votre communication et qui traverse à juste titre beaucoup de nos programmes.

Depuis 2001, Paris ne se pense déjà plus qu'avec ses voisins partenaires ; bientôt le Grand Paris sera une réalité à l'échelle de laquelle il faudra réaliser tous les grands investissements. Ce PIM l'anticipe déjà, que ce soit en matière de transports publics, d'urbanisme ou de végétalisation par exemple.

Je pense ensuite au grand défi que nous avons choisi de relever, comme la priorité au logement pour laquelle nous consacrerons 3 milliards d'euros sur la mandature pour atteindre 30 % de logements sociaux en 2030 permettant à toutes les classes sociales, à toutes les familles, d'avoir accès au logement à Paris.

Je pense encore à l'effort sans précédent qui sera engagée pour bâtir des transports plus propres, plus performants bénéficiant à tous les usagers franciliens. je salue notamment le doublement programmé des pistes cyclables qui fera de Paris une des capitales mondiales du vélo.

Les efforts en faveur de l'éducation seront également renforcés avec plus de 900 millions d'euros d'investissements pour le primaire le secondaire et le supérieur. Le plan crèche permettra de créer 5.000 places d'accueil supplémentaires avec 300 millions investis en faveur de la petite enfance c'est également la place de l'enfant à Paris qui est une de nos priorités.

Et je pourrais encore saluer les efforts importants en faveur d'une ville plus propre, plus sûre, plus écologique, mais je laisserai mes collègues y revenir tout à l'heure. Madame la Maire, mes chers collègues, je voudrais conclure en saluant la qualité de cette feuille de route qui est fidèle à nos engagements devant les Parisiens, qui tracent un avenir ambitieux pour Paris et pour la métropole et qui fera également date en matière d'investissements publics et de volontarisme politique.

Je vous remercie.




Les faits à Paris | Les opinions | Flash


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.