Connectez-vous S'inscrire
 
Menu
paristribune.info paristribune.fr
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     


Actualités 75001 Paris
Vendredi 17 Juillet 2009 - 08:00
Marie Haddad

Cet article cite : 1er arrondissement, harry potter

        

UGC Halles : Le Prince de Sang Mêlé ne s’emmêle pas les pinceaux !

Première Tribune


Au 2ème jour de la sortie nationale du 6ème volet de la saga Potter, l’UGC des Halles fait salle comble dès la séance en Version Originale du matin. Les adeptes de la saga cinématographique retrouvent les ingrédients inhérents à la formule des films précédents : action, humour, et le trio magique Radcliffe, Grint et Watson. En revanche, les lecteurs les plus fidèles ne sont peut-être pas tous envoûtés.




Ce nouvel opus s’inscrit dans la continuité d’un univers plus sombre qui va de paire avec l’évolution des personnages. La griffe de la romancière Rowling est de ce point de vue bien présente à travers la réalisation de David Yates. Il s’attache à mieux dépeindre la psychologie des adversaires par rapport aux films précédents.

Helena Bonham Carter en Bellatrix Lestrange arbore un jeu à la fois perfide et enfantin à la limite de la folie. Coiffée de sa tignasse de sorcière, elle chante la mort de Sirius Black, son cousin, comme elle susurrerait une comptine. Sur les tables du réfectoire de Poudlard, elle ricane et exécute une danse païenne, renversant tout sur son passage. On ne peut que saluer la performance de l’actrice qui n’en est plus à faire ses preuves dans le même registre.

Malefoy fils, alias Tom Felton, se fait également remarquer en versant ses premières larmes à l’écran, il en viendrait presque à rendre les armes. C’est sous une autre lumière que nous apparaît ce jeune arrogant de bonne famille, pressionné de toutes parts et pathétique. On aperçoit la ruine de sa famille en première page de La Gazette du Sorcier, et il doit prouver sa loyauté à Voldemort pour racheter la conduite de son père, absent du casting.

Drago, aux côtés de sa mère, fait office de mâle de substitution pour redorer le blason familial. Mais l’homme ne fait pas illusion et c’est un adolescent, fragile et apeuré face à la mort, qui nous apparaît dans de nombreuses scènes solitaires et quasi silencieuses.

Bien que l’hémoglobine ne caractérise pas ce film, ni les films Harry Potter en général, les plus jeunes d’entre nous auront peut-être été marqués par la noirceur de ce sixième volet, parfois violente. On pense à Drago baignant au cœur d’une marre de sang dans les toilettes ; à Ron les yeux révulsés faisant une overdose de potions, ou encore à Katie Bell possédée, suspendue inanimée dans les airs, puis prise de convulsions au sol.

Il y a aussi et surtout la courte scène des Inferi, ces cadavres préalablement envoûtés par Voldemort, tapis sous l’eau de la grotte obscure, et qui déclenchent quelques sursauts dans l’assistance : les fauteuils tressaillent
UGC Halles : Le Prince de Sang Mêlé ne s’emmêle pas les pinceaux !

Mais tout n’est pas noir dans cette adaptation, le jeune sorcier et ses camarades de Poudlard qui ont maintenant seize ans, sont confrontés aux premières rivalités amoureuses. Les quiproquos adolescents ne manquent pas de déclencher l’hilarité générale. Au fond des fauteuils, le public est enchanté.

Harry et Ginny finissent par se trouver tandis qu’Hermione et Ron se cherchent encore, parfois désespérément. Lebalai amoureux de nos apprentis sorciers est parasité par une Lavanda Brown hystérique, groupie de Ron, et un Cormac McLaggen d’une virilité ridicule.

UGC Halles : Le Prince de Sang Mêlé ne s’emmêle pas les pinceaux !
Les lecteurs passionnés regrettent peut-être la brièveté de la scène de la grotte ainsi que d’autres passages charnières du film (et du livre) comme la révélation de Severus Rogue comme étant le fameux Prince de Sang Mêlé, éponyme de l’œuvre littéraire et cinématographique. L’information passe inaperçue, sans que les spectateurs non-avertis ne puissent en saisir l’enjeu.

Il n’est pas expliqué que le père de Rogue est un moldu, autrement dit un être humain dénué de capacités magiques, et que sa mère est dite de « sang pure » parce qu’elle descend d’une lignée de sorciers. Nous ne disposons pas non plus du contexte du livre où les alliés de Voldemort défendent l’idéologie de sang pur et veulent exclure puis exterminer les moldus et leurs enfants.

Autant d’imprécisions qui maintiennent les aventures du jeune Potter et de ses amis au niveau du divertissement familial coté au Box Office, loin d’éventuels parallèles historiques.

La perspective manichéiste du film des bons contre les méchants tente de se nuancer dans les portraits plus précis de certains personnages comme Drago ou Voldemort enfant. On déplore pourtant les liens trop superficiels à l’écran entre Harry et Dumbledore, père spirituel et à la fois grand-père de cœur du jeune-homme (par le grand âge souligné du Mage).

Cette perte pour Harry, précédée par celle de son parrain Sirius Black dans le tome précédent, ne semble donc pas si marquante. Si les lecteurs purs et durs peuvent trouver à redire sur la précision émotionnelle de cet opus clé de la saga, les âmes plus cinéphiles sont peut-être plus sensibles aux effets spéciaux et aux décors spectaculaires rythmés par les thèmes musicaux originaux de John Williams.

Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé reste donc fidèle au genre populaire et efficace de la Warner Bros, et ne s’emmêle pas les pinceaux avec les détails du livre : difficile de faire mieux en deux heures et demie de bobine !



Nouveau commentaire :
La loi interdisant certains types de commentaires, un contrôle est effectué avant publication. Avant d'écrire et poster les mots "arnaque, corruption, imposture, malversation, raciste, homophobe" etc..., veuillez auparavant nous transmettre vos preuves pour vérification. Merci de votre compréhension, la rédaction.

Et aussi :
< >

Samedi 22 Avril 2017 - 12:25 Stéphane Gisclard magnifie la femme libre

Actu Paris 1e | Infos Paris 1e | Autres actus Paris 1e | Autres infos Paris 1e


Publicités


Paris Tribune : Océanie : un nouveau site d'actualités sur le portail Paris Tribune via https://t.co/0BaTXr1mUQ https://t.co/BBymn4Ieu6
Paris Tribune : Après @paristribune_ l' #outremer est aussi publié dans @maohitribune 'Aita atu ai * https://t.co/YbxgV6aPX6 https://t.co/EQRUeF8UnO
Paris Tribune : Score du premier tour de la #Présidentielle2017 à @paris : @Anne_Hidalgo en difficulté rejoint @EmmanuelMacron https://t.co/ycQbCICGqU

Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.