Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



16/11/2012 - 10:20
        

Un Gouverneur de Paris aux enchères à Melun

Vente aux enchères en Seine et Marne à Melun le 17 novembre 2012 à 14 h.



Grand Maître de l’artillerie, Antoine d’Estrées fera-t-il tonner les enchères ?



Au sein d’une vente hétéroclite organisée le samedi 17 novembre 2012 à partir de 14h à Melun en Seine et Marne par l’étude de commissaires priseurs Jakobowicz, le portrait d’un ancien gouverneur de Paris.

Le lot 142 est le portrait d’Antoine IV d’Estrées, marquis de Coeuvres. Il a été également grand maître de l’artillerie du Roi de 1597 à 1599.

Selon Louis Moreri, Prêtre, Docteur en Théologie, dans "Le grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l'Histoire sacrée et profane", tome quatrième, publié en 1759,

"Antoine d’Estrées gouverneur, sénéchal et premier baron du Boulonnais, vicomte de Soissons, Marquis de Coeuvres, Chevalier des ordres du Roi, gouverneur de la Fère, de Paris et de l’Ile de France, fut pourvu au camp de Pas en Artois, l’an 1597, de la charge de grand maître de l’artillerie de France, que son père avait possédée".

L’œuvre est postérieure à son décès en 1609 puisqu’il s’agit d’une école française du XIXe Siècle. Mais elle est dans le style de Franz Pourbus le Jeune (1569-1622), artiste flamand qui lui est contemporain et a peint Henri IV, Roi de France et de Navarre (1553-1610) ainsi que de nombreux princes.

C’est une huile sur toile de 59,5 x 48 cm. Une restauration sera nécessaire car il existe des manques à la toile et au cadre. Le temps a laissé des traces.

Le portrait du Gouverneur est visible sur les lieux de la vente, 746, rue du Maréchal Juin, Zone Industrielle de Vaux le Penil à Melun, parmi les autres lots d’objets d'Art de de décoration de l'époque romane au XXe, Bijoux de marque, Lots d'or & Montres, Tableaux & Dessins anciens et modernes, Mobilier ancien & Moderne du XIVe au XXe, Céramique, Sculpture... le vendredi 16 novembre de 9h à 18h et le samedi 17 novembre de 9h à 11h.

Alors, fera-t-il tonner les enchères ? L’estimation se situe entre 400 et 600 €, augmentée des frais de vente de 23,92 % TTC. C’est un prix abordable.

Rejoindra-t-il les collections de la Ville de Paris ? Peut-être ! Dans le large couloir menant au bureau du Maire de Paris, des vitraux avec les noms et les armoiries de ceux qui ont fait l'Histoire de la ville jusqu'aux plaques munies des noms des précédents Maire de Paris habillent les hautes fenêtres.

A moins qu’un particulier, et pourquoi pas un habitant de la rue d’Estrées du 7e arrondissement de Paris, ne soit adjudicataire.

Toutefois, ce n’est pas Antoine d’Estrées, ni même sa fille, l’irrésistible blonde Gabrielle d’Estrées (1571-1599), aux charmes de laquelle Henri IV, le vert galant, cède avec empressement et avec laquelle il a trois enfants, qui donnent leur nom à la rue parisienne. C’est un autre illustre membre de la famille, l’un de ses petits-fils, le vice-amiral et Maréchal de France, Jean d'Estrées (1624-1707). Pourtant, le nom de la voie honore tous les d’Estrées.


Informations pratiques :
Vente aux enchères hétéroclite de l'étude Jakobowicz et Associés le samedi 17 novembre 2012 à 14h
746, rue du Maréchal Juin
Zone Industrielle de Vaux le Penil 77 000 Melun
Objets visibles sur le lieu de la vente :
- vendredi 16 novembre de 9h à 18h
- samedi 17 novembre de 9h à 11h.

Lot 142 Antoine d'Estrées estimé 400 - 600 euros - Photo : Etude Jakobowicz et Associés.
Lot 142 Antoine d'Estrées estimé 400 - 600 euros - Photo : Etude Jakobowicz et Associés.

Articles liés :




Et aussi
< >

Samedi 25 Juin 2016 - 14:50 Un ours blanc en robe noire

Lundi 12 Octobre 2015 - 13:04 Des cannes pour l’élégance et les passions

Dimanche 27 Septembre 2015 - 19:49 Erotisme masculin pour hommes

Les faits | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.