Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



04/10/2011 - 07:01
        

Un Ti'i du Centre des Métiers d'Art au musée du quai Branly

Une sculpture polynésienne du centre des métiers d'art de la Polynésie française au musée du quai Branly.



La fin de la réalisation d'une sculpture polynésienne par le centre des métiers d'art de la Polynésie française pour le musée du quai Branly coïncide avec la cérémonie maorie avant l'exposition "Maori, leurs trésors ont une âme".



Il a rejoint les collections du musée du quai Branly. "Il", c'est TuFenua Atea (prononcez 'Tou-Fé-nou-a A-té-a', NDLR), 2 mètres de haut, 180 kg environ, en bois d'essence européenne, le frêne.

La sculpture polynésienne anthropomorphe à la taille élancée a été remise par Viri Taimana directeur de l'établissement public, les 2 professeurs et les 6 élèves du Centre des Métiers d'Art de la Polynésie française le 2 octobre 2011 peu après 14h à Stéphane Martin, président de l'établissement public du musée du quai Branly.

Heureuses coïncidences, traditions et bons présages : cinq ans après son renouveau amorcé en juillet 2006, le centre des métiers d'art de la Polynésie française vient de réaliser le premier Ti'i des îles de la Société du musée du quai Branly ; cinq ans après son inauguration en juin 2006 , le musée du quai Branly, à qui il manquait un tel objet dans ses collections, vient de recevoir son premier Ti'i polynésien des îles de la Société.

Le Ti'i TuFenua Atea a également été remis le jour de la cérémonie maorie invoquant les Ancêtres, en ouverture de l'exposition grand public "Maori, leurs trésors ont une âme" ; à sa clôture fin janvier 2012, le musée du quai Branly restituera à la Nouvelle-Zélande les 7 têtes tatouées et momifiées de chefs maori du XIXème siècle qu'il a en sa possession, les Ta Moko, direction le musée "Te Papa Tongarewa" de Wellington.

Autre clin d'oeil, les lointains ancêtres des Maori, partis il y a environ 1 000 ans de l'actuelle Polynésie française pour s'installer dans l'actuelle Nouvelle-Zélande, sont les Tahitiens des îles de la Société, leurs Aînés ; le Ti'i, réalisé in situ par les élèves du centre des métiers d'art de la Polynésie française et offert au musée du quai Branly, s'inspire des Ti"i du début du XIXème siècle des îles de la Société. Il grandit désormais avec les collections du célèbre musée.
Les Maori posent avec les Tahitiens aux côté du Ti'i nommé TuFenua Atea, un nom choisi pour ses sonorités tahitienne et maorie, faisant référence à la terre, au pays - Photo : Vaea Devatine.
Les Maori posent avec les Tahitiens aux côté du Ti'i nommé TuFenua Atea, un nom choisi pour ses sonorités tahitienne et maorie, faisant référence à la terre, au pays - Photo : Vaea Devatine.

Retour en images

Les finitions terminées, le Ti'i est levé pour être conduit au théâtre Levi-Strauss où l'attend Stéphane Martin, président du musée du quai Branly.

Le Ti'i fait le tour du propriétaire, passant par les monte-charge et sous-sols du musée pour être acheminé sans encombre vers le lieu de réception : le théâtre Levi-Strauss.

Les derniers mètres se font à dos d'hommes, par les élèves du Centre des Métiers d'Art de la Polynésie française.

Respectant les traditions maories, Stéphane Martin, président de l'établissement public du musée du quai Branly, demande un chant aux Tahitiens. Sous la direction de Viri Taimana, directeur de l'établissement public du centre des métiers d'art, les 9 membres de la délégation (6 élèves, 2 professeurs et le directeur) entonnent un "himene ruau" (prononcez "hi-mé-né rou-aou, NDLR) chant traditionnel tahitien polyphonique.

Un Ti'i du Centre des Métiers d'Art de la Polynésie française au Musée du Quai Branly - Photo : Vaea Devatine.




Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.