Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



24/11/2009 - 07:00
        

Videoprotection : Le bras de fer des Verts au Conseil de Paris

Quatrième Tribune





En déposant un amendement pour chaque future caméra, les écologistes ont voulu imposer 1009 amendements aux conseillers de Paris qui ont siégé jusqu'à 22h38 hier soir.

Il est 22h 18 lorsque François Dagnaud, Adjoint au Maire de Paris, chargé de l'organisation et du fonctionnement du Conseil de Paris, de la propreté et du traitement des déchets, qui mène les débats en lieu et place de Bertrand Delanoë demande aux élus écologistes d'accepter la main tendue visant à grouper les 1009 amendements en un vote unique.
François Dagnaud, Conseiller de Paris du groupe Socialistes et Radicaux de Gauche et apparentés ( PS RG - 73 élus)
François Dagnaud, Conseiller de Paris du groupe Socialistes et Radicaux de Gauche et apparentés ( PS RG - 73 élus)

-" C'est plutôt un bras d'honneur" réplique Sylvain Garel l'élu Verts. Selon les écologistes, rien ne peut s'opposer au droit d'amendement des conseillers. La majorité de l'Hôtel de Ville ayant refusé leurs propositions de débat sur le plan de vidéo protection et l'organisation d'un Conseil de Paris spécial sur le sujet, les Verts deviennent procéduriers. 1009 amendements sont déposés, soit un amendement par nouvelle caméra. L'ambition affichée est de permettre à chaque conseiller de Paris de se prononcer sur chaque caméra. Plusieurs d'entre eux ont demandé la suppression de caméras dans certains endroits de leur arrondissement, demande parfois refusée mais parfois acceptée par le Préfet.
Sylvain Garel, Conseiller de Paris, Co-Président du groupe Les Verts (9 élus)
Sylvain Garel, Conseiller de Paris, Co-Président du groupe Les Verts (9 élus)

Or, à 3 minutes de temps de parole par amendement, le Conseil de Paris risque de durer au moins 5 jours. Impensable et inacceptable pour les 163 conseillers de Paris qui siègent sans interruption depuis 14h45 sur le sujet (à 21h54, la seconde série de sandwich est annoncée par le maître des débats). Ils dénoncent d'une même voix, tout parti confondu, "un simulacre de démocratie", "une caricature", "une prise d'otage", "un spectacle désolant", "une image ridicule". Jean-François Lamour livre sa pensée : "l'exécutif municipal s'est laissé berné par sa majorité". Yves Pozzo di Borgo remercie les Verts et les Socialistes : la mésentente qui éclate au grand jour "donne de l'espoir à l'opposition". A moins qu'il ne s'agisse d'une "tactique", expose Sylvain Garel, qui trouve étonnant que les socialistes poussent son groupe à brandir la menace d'un recours en annulation devant les tribunaux : sans doute pour que la décision soit déclarée illégale par un tribunal ?
Ian Brossat, Conseiller de Paris, Président du groupe des Communistes et des Partis de Gauche (PCF PG - 10 élus)
Ian Brossat, Conseiller de Paris, Président du groupe des Communistes et des Partis de Gauche (PCF PG - 10 élus)

A 22h22, François Dagnaud soumet le principe d'un vote groupé sur les 1009 amendements. Voté et accepté par la majorité des élus. Après 2 minutes de suspension de séance pour organiser le vote électronique, les conseillers votent à 112 voix "pour" le groupement des 1009 amendements (16 voix contre et 4 abstentions).
Au premier plan : Jean-François Lamour, Conseiller de Paris, Président du groupe UMP de Paris et Apparentés (UMPPA - 54 élus).                         A droite : Jean-François Legaret, maire du 1er. Au centre à droite : François Lebel, maire du 8è
Au premier plan : Jean-François Lamour, Conseiller de Paris, Président du groupe UMP de Paris et Apparentés (UMPPA - 54 élus). A droite : Jean-François Legaret, maire du 1er. Au centre à droite : François Lebel, maire du 8è





Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.