Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



05/10/2010 - 16:40
        

Vol à la tire : les méthodes changent

Arrestation de voleurs à la tire dans le 6ème arrondissement de Paris.



Deux hommes et deux femmes ont été arrêtés pour des vols à la tire d'un genre nouveau.



La façade de l'Eglise Saint-Germain-des-Prés côté boulevard Saint-Germain
La façade de l'Eglise Saint-Germain-des-Prés côté boulevard Saint-Germain
Samedi 2 octobre 2010, deux hommes de 43 et 37 ans et deux femmes de 54 et 22 ans sont interpellés par la Brigade anti-criminalité du 6ème arrondissement alors qu’ils viennent de commettre des "vols à la tire".
La méthode du vol à la tire ("pickpocket" en anglais, ndlr) est connue : opéré par deux complices, le vol à la tire permet à l'un deux complices de faire les poches de la victime avec une grande dextérité. Le complice fait diversion pour ne pas éveiller l'attention de la victime qui s'ignore. Une méthode similaire consiste à voler pendant une bousculade, appelé parfois "vol à l'esbroufe".
Une autre méthode plus radicale a fait son apparition dans le 6ème arrondissement. Les principaux protagonistes ont utilisé une méthode plus radicale, hésitant pas à découper le sac latéralement, très certainement au moyen d’un cutter, afin d’y glisser la main et dérober son contenu.
Lors de leur interpellation, les mis en cause sont trouvés en possession d’un smartphone volé et de la somme en numéraire de quelques 3.500 euros et dollars dissimulés dans la doublure de leurs sacs.
Ils ont été déférés au parquet de Paris.

Source : Service de la communication de la Préfecture de Police de Paris.




Et aussi
< >

Jeudi 15 Juin 2017 - 23:12 La lapidation de train

Mercredi 14 Juin 2017 - 15:10 Coups de couteau à la station Ranelagh à Paris

Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.