Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Maohi Tribune
Paris Tribune
www.maohitribune.com

​Etre cycliste entre Punaauia et Papeete : un défi en 2019

La côte ouest très urbanisée de Tahiti en vélo.

Un parcours touristique à vélo avec l'itinéraire le moins risqué possible.


31 Juillet 2019 - 07:15
Une touriste qui connaît bien Tahiti
     

Je me lance en vélo essayant de mettre en pratique mes convictions antipollution donc en évitant la voiture. Mais comme il est impossible de compter sur les bus dont on ne connait pas les horaires et que je dois me rendre en ville plusieurs fois par semaine pour rencontrer des amis ou participer à des réunions de travail, en juin et juillet 2019 me voilà à cheval sur une selle !

Un vélo de confort bien sûr : je ne veux pas rivaliser avec les mordus du tour de France et à Tahiti il fait chaud, donc le soutien d’un vélo électrique me convient très bien, d’autant plus qu’il y a des côtes ici ou là sur mon parcours dont l’automobiliste que j’étais ne se souciait guère !
En vélo à Moorea, une île à 17 km de Tahiti © DR
En vélo à Moorea, une île à 17 km de Tahiti © DR

Premier constat

Bon prenons la route. Premier constat : pas de piste cyclable en continu. Prenons donc, non la route, mais le trottoir ! Après avoir goûté aux frissons de l’adrénaline lors du frôlement des véhicules 4X4, au souffle de l’air du bus qui vous déroute, au camion qui après avoir gémi, vous crache ses particules de diesel dans les poumons en vous dépassant, j’opte pour le mixte route-trottoir.

Et oui, j’ai bien conscience du danger, je risque ma vie en vélo car rien ne me protège bien que je porte des chaussures, un pantalon, des gants, un gilet jaune sur mon vêtement à manche et un casque de vélo ; tout cela n’est rien en comparaison des grosses roues de mastodontes qui filent sans se soucier de vous laisser les 1,20 cm d’espace bien stipulés sur le code de la route ! J’en connais plus d’un qui seraient recalés pour avoir frôlé un cycliste lors de leur examen et qui pourtant poursuivent égoïstement leur chemin sans respecter leur devoir de partager la chaussée !

Donc après plusieurs frayeurs à vous faire dresser les cheveux sur la tête, j’opte pour le trottoir et je comprends les jeunes cyclistes qui roulent en sens inverse : ils anticipent bien sûr le danger en voyant arriver leur ennemi, ces loubards ! L’inconscience des jeunes qui roulent sans signalisation se conjuguant à celle des conducteurs d’engin motorisés où c’est bien sûr le plus petit qui y perd la vie, me révolte. Mais, comme en tant qu’automobiliste, je pestais contre ces jeunes inconscients qui roulaient sans phare et à vive allure et déboulaient face à vous, inopinément, moi je ne ferai pas comme eux. Sans prêcher la désobéissance à la loi, je maintiens qu’on risque sa vie à cheval sur une selle de vélo à Tahiti mais je poursuis l’expérience.

Deuxième constat

Prenez donc avec moi la route et partagez l’itinéraire le moins risqué que je vous propose. J’ai environ 10km à faire pour aller en ville. Je vois donc un vélo dessiné sur la chaussée et souvent effacé après l’église Saint Etienne de Punaauia et tout à coup, mystère, plus de piste cyclable balisée : faut-il penser que le cycliste a le pouvoir de voler comme dans les films de science-fiction ?

Il me faut continuer, donc je roule sur la chaussée des voitures et c’est cela mon tort car les automobilistes non plus ne comprennent, pas plus que moi, que j’encombre « leur route » sans savoir que je n’ai pas le choix. Les piétons aussi sont en danger sauf à marcher sur les trottoirs protégés de la vieille route qui permettent aux enfants de rejoindre leur école sans se faire écraser ou avoir risqué de l’être. Mais si les enfants sont sauvés du danger mortel, les vélos doivent rouler sur la chaussée devenue plus étroite à leurs risques et péril.

Heureusement pour les chauffards il existe l’autre route, la RT2, où l’on peut atteindre les 90 km/h ou plus sur deux voies à moins que les embouteillages les immobilisent des heures sur la route qui, après le pont de la Punaruu, passe, en comptant la vieille route, de 3 à 1 seule voie : le goulot d’étranglement non encore résolu qui mène vers Paea et plus loin…

Continuez à me suivre, j’ai dépassé le magasin « Week-end », mais au lieu de prendre la chaussée qui enjambe par un pont la RT2, comme le font le flot des automobilistes, je continue la route jusqu’à ce qu’elle se termine, après la quincaillerie Hugues, puis je descends de vélo pour traverser la route et, en sens inverse de la circulation, je roule sur le trottoir, comme la majorité des cyclistes. Je continue mon chemin sur ce trottoir bien large qui ne comporte pas de poteau d’éclairage. Parfois une voiture y est garée ce qui m’oblige à descendre sur la route mais cela est rare.

Ce trottoir n’est aucunement protégé : beaucoup de chemins ou de portails privés peuvent brutalement laisser échapper une grosse cylindrée donc prudence, je roule à petite vitesse presque au pas parfois me sachant en infraction au code la route, et j’atteins la mairie. Je traverse à pied la chaussée en poussant mon vélo. C’est alors que les voitures s’arrêtent et mettent leur « warning » pour signaler que, sur le passage clouté, un individu ne veut pas risquer la mort. Je monte sur l’autre trottoir plus étroit qui est rarement équipé de bateau : il faut alors que je fasse monter puis descendre à mon engin les 15 cm qui nous  séparent de la route des quatre pneus et qui mènent ces derniers vers leur résidence côté montagne.

Il n’est pas bon non plus de promener bébé en poussette sur ce genre de trottoir qui parfois est protégé par des plots ou des piliers qui empêchent les fous de traverser puisque des passerelles sans rampe d’accès pour les véhicules à roue existent pour les piétons seulement. Vous serez tout de même surpris de voir un passage zébré pour piétons qui les obligent à escalader des plots de béton placés au milieu des deux voies de circulation : un oubli sans doute !

Troisième constat

Au cours du voyage vous pourrez admirer les bas-côtés remplis de détritus sur au moins 2 km entre la mairie  de Punaauia et Outumaoro car de larges fossés récupèrent les ordures et ne sont jamais visités par les éboueurs !

A Outumaoro vous pouvez prendre le carrefour qui conduit vers la route de ceinture de Faaa. Voilà enfin une commune soucieuse du vélo qui a osé  banaliser une piste cyclable et faire installer des dos d’âne pour faire respecter le vitesse de 40km/h environ. Ce n’est pas parfait non plus, mais en tant que cycliste, on apprécie. Pas parfait parce qu’il y a des ornières genre nid de poule sur votre piste ou bien la chaussée y est très dégradée ce qui vous oblige, soit à sursauter sur votre selle en risquant de dérailler, soit à contourner l’obstacle en faisant un écart donc à sortir de la piste. Il se trouve aussi qu’on perde la piste effacée mais cahin-caha vous arrivez au carrefour de la grande surface à l’entrée de Papeete. 

Je vous fais à présent traverser à pied la chaussée et longer la mer : un magnifique point de vue, cela vous permettra non pas de respirer l’air marin mais des odeurs chargées d’ammoniac car quelques squats insalubres sont installés avant la piscine municipale. Vous continuez après la piscine toujours sur le trottoir, vous entrez place To’ata et vous allez longer le parc Paofai même s’il n’est pas prévu que le vélo y ait une place. Si vous circulez à 10km/h vous pourrez profiter de cet espace public à l’ombre de nombreux cocotiers ou autres variétés d’arbres tropicaux.

Ce projet d’aménagement touristique fort agréable vous permettra de gagner la gare maritime des ferry qui vous font traverser l’océan pour rejoindre Moorea. Un seul problème, la place du carrefour Bruat est encore en travaux et vous devrez descendre de vélo pour le pousser. Puisque vous avez navigué avec moi dans le sens Punaauia Papeete, vous pourrez par le même chemin rentrer chez vous en suivant mes conseils de prudence. Mais sachez qu’il vous faudra trouver un arbre pour y attacher votre engin avec un bon cadenas sinon il risque, en quelques minutes, de se retrouver sur une benne de camion, en route vers un autre utilisateur… et adieu vos balades…

Quatrième constat

Le vélo est le mal aimé des pouvoirs publics même si les enfants sont principalement leurs usagers : ils n’ont pas le droit de vote. Mais leurs parents au lieu de considérer « la voiture polluante » comme la seule manière de circuler, devraient interroger les conseillers municipaux et leur demander, au nom de l’enfance en danger et aussi de la planète en surchauffe (dont il est urgent de se préoccuper) de faire réaliser des pistes cyclables correctes. 

On m’a dit que le responsable des voies routières était le service de l’équipement sur le territoire. Mais comment se fait-il qu’il n’y ait pas de projet clair et net concernant la circulation des vélos sur l’île de Tahiti ? Allez à Moorea pour voir que la cohérence est possible en matière d’aménagement : la piste cyclable est bien entretenue sur l’île dont j’ai fait le tour avec plaisir et sans stress.

Je ne sais pas exactement comment les communes autres que celles que j’ai citées (Punaauia, Faaa, Papeete) ont aménagé leur pistes cyclables mais je redoute encore de prendre mon vélo pour aller de Punaauia à Papara même s’il est marqué sur les panneaux que l’on doit limiter sa vitesse à 60 voire à 50km/h ? Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai des appréhensions. J’ai surtout peur des bennes à ordures qui ont une remorque pour mener nos déchets jusqu’à Taravao, de ces jeunes bien éméchés ou allumés au paka qui foncent causant des accidents invalidant tous les jours. 

Tahiti, qu’on se le dise, n’est pas encore le paradis des vélos et pourtant le vélo c’est l’avenir, il faudra bien y passer : les énergies fossiles que sont l’essence et le diésel se raréfient et ont un coût de plus en plus cher, de plus ils polluent la planète et, surtout nos poumons ! Il ne faut pas rêver, le métro tour de l’île ne verra jamais le jour, prenons, en tant que citoyen, d’autres dispositions…

 


Cet article cite : outre-mer, papeete, punaauia, tahiti, vélo



Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 31 Juillet 2019 - 06:00 L'affaire Gallerneau Loiseau Mestre crée le débat

Mercredi 10 Juillet 2019 - 23:45 Rugy se goinfre mais ne rougit pas

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique