Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

3 avril 2012 : Gaetano Persechini et Annpôl Kassis font leur mardi littéraire

Le café littéraire de Jean-Lou Guérin au café de la mairie, place Saint Sulpice dans le 6e arrondissement.


Mardi 3 avril 2012 -Gaetano Persechini et Annpôl Kassis - La poétique de Nicolas Dieterle - Souffle et couleur - éditions du Cygne


24 Mars 2012 - 09:32
     

Gaetano Persechini et Annpôl Kassis - La poétique de Nicolas Dieterle - Souffle et couleur -  éd.du Cygne. Écrire, c'est marteler le temps à petits coups précis, patients, amoureux, pour y dessiner une figure invisible à nos yeux de chair.


C'est une gageure que se sont donné les auteurs de cet essai, car quel hommage rendre à un poète qui nous a touchés sinon de se faire l'écho de sa voix, tenter de faire aimer son discours et reconnaître la valeur de son œuvre.


La poétique de Nicolas Dieterle "Souffle et couleur". Écrire, c'est marteler le temps à petits coups précis, patients, amoureux, pour y dessiner une figure invisible à nos yeux de chair.

C'est une gageure que se sont donné les auteurs de cet essai, car quel hommage rendre à un poète qui nous a touchés sinon de se faire l'écho de sa voix, tenter de faire aimer son discours et reconnaître la valeur de son œuvre.

La gageure cependant vient de ce que Nicolas Dieterlé, atypique et peu connu sinon inconnu, peintre en poésie, poète en peinture, inscrivit sa création dans une difficile recherche intérieure, choisissant avec une grande rigueur ses formes d'expression, les travaillant avec foi et détermination, sans suivre de modèle, ni favoriser de technique ou d'école.

C'est ce qui rend unique la beauté de son travail, par ailleurs inclassable. Il s'agissait moins pour nous de présenter quelques textes ou peintures de Nicolas Dieterlé, que de proposer aux lecteurs les réflexions et les émotions qu'ils ont soulevées en nous et aussi en ceux qui ont croisé son chemin de poésie. Simplement, en proposant ces réflexions, nous aimerions devenir passeurs d'une expérience poétique, spirituelle et intellectuelle hors du commun.

3 avril 2012 : Gaetano Persechini et Annpôl Kassis font leur mardi littéraire
Le poète : L'œuvre de Nicolas Dieterlé est une méditation sur la vie, sur la vérité et sur la poésie. En témoigne le début de son livre Ici pépie le cœur de l'oiseau mouche : le toit des voitures est verni par le gel ; les branches des arbres crissent contre le ciel Dans l’allée, en passant, j’ai entendu le chant pointu, pareil à une mince flèche tournoyante, d’un oiseau invisible.
Cette image de l'oiseau, constante dans l'œuvre, se retrouve dès le premier fragment de La pierre et l'oiseau : Au fond de moi, j'ai l'impression d'être immobile, d'une immobilité suspendue, magique, à la façon dont un oiseau planant très haut dans les airs nous semble immobile, à nous qui le regardons depuis la terre.


Un autre thème, tout aussi récurrent est celui du rêve. L'influence du romantisme allemand est ici clairement perceptible, de Novalis à Jean-Paul même si le caractère autobiographique reste toujours évident.

En témoigne, par exemple, le dernier fragment de Ici pépie le cœur de l'oiseau mouche : on m’avait désigné pour une mission exceptionnelle. Je devais partir explorer l’espace grouillant d’étoiles en compagnie d’une jeune amie qui m’était chère. J’étais fier d’une telle distinction : rares étaient ceux qui étaient élus pour une tâche aussi héroïque. J’en étais aussi étonné : je me considérais comme trop peu fiable, trop peu confiant en moi, trop peu armé aussi, trop démuni intérieurement, pour affronter les dangers inhérents à cette entreprise. Et si j’échouais lamentablement ? C’était ma grande crainte inavouée. Je cachais cette peur à mon entourage, à mon amie même. L’angoisse n’en était que plus forte, plus venimeuse.


La poésie de Nicolas Dieterlé est attention au chant d’un oiseau invisible, immobile, planant, mais cette attention n'est pas vaine. Elle engage tout l'être, elle comporte un enjeu vital: Le service de la poésie et celui de l'âme impliquent mon indépendance par rapport à toute confession religieuse, toute profession, tout embrigadement que ce soit. Car le poète, le serviteur de l'âme, est essentiellement un sauvage, un hors-la loi. Dans la droite ligne de Novalis, Nicolas Dieterlé place la poésie au-dessus de tout mode de connaissance : Poésie : puits de silence où luit, tout au fond, l’eau immobile et fériée du
Verbe Qu’est-ce que la poésie ? Une manière de contourner le monde pour voir, derrière, le Monde.


Le peintre :
Nicolas Dieterlé a laissé également une importante œuvre picturale. L'étrange est présent dans chacune de ses compositions, pleines de souvenirs intimes et de symboles indéchiffrables. Comme dans l'œuvre écrite, nombreux sont les dessins et les peintures de Nicolas Dieterlé qui se réfèrent explicitement au monde du rêve, à la fois incompréhensible et prégnant.

 Lectures - Débats - Signatures





D'autres articles / More stories
< >

Actu Paris | Actu Ile-de-France | Actu française | International | Paris Tribune Post | Ils sont cités



Publicité