Connectez-vous S'inscrire
Menu

Campagne présidentielle : what's up ? *

* Campagne présidentielle : quoi de neuf ?


Gêné par les propos de François Hollande, un citoyen hollandais a voulu adhérer à l'UMP pour parler d'économie dans la campagne présidentielle française. Il écrit à Paris Tribune.


par j. ottow
12/03/2012 - 16:55

        

Un courriel en anglais puis en français, rédigé depuis le pourtour du Parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement de Paris.

En anglais

Just as Bill Clinton used to say (while having a go at the election to the highest office in the land) : “It’s the economy stupid!”, I am convinced that the French will vote with their wallet. And after having seen Francois Hollande declare that he will instate a 75% income tax bracket, I rushed to become a member of the UMP. As a Dutch national residing in France, I have no right to vote here, but I would like nevertheless express some campaign tips for Nicolas Sarkozy.

It seems to me Mr. Hollande hates the rich, as he himself confessed in a televised debate with Michelle Alliot-Marie (“Oui ! Je deteste les riches”), and he has several fiscal policy proposals to prove it. Such rhetoric should provoke a direct and clear outrage from the UMP : “You sir, you hate the rich. Fine ! We on the other hand, we hate poverty !”

Let’s consider the following things:
1. President Sarkozy, the executive branch under Fillon and the UMP party itself did a pretty good job sailing though 2 severe economic crises, without as much as a scratch (2008 and 2010)

2. Despite several years of economic downturn in Europe, France registered a low but respectable growth rate, where several European trading partners have fallen into a recession without precedent

3. Ok, let’s face it: joblessness has gone up as a percentage. But as an absolute, France has been putting a considerable amount of people back to work since the end of 2009. France HAS created jobs!

4. The government’s industrial policy is part of the bigger scheme of economic policy. Admittedly, there are less jobs in “industry”, but such has been compensated by more jobs in other sectors.

5. Sarkozy and his government have a clear policy tradition of supporting industry in France. Take Alsthom for instance. This “giant” would have been dead and buried, if it weren’t for Sarkozy. Look where they are now: a French industry champion.

So, here is my thing: let’s talk about the economy! This is “the” Hollande blind spot. Let’s not concentrate on who did what to who. And let’s forget whether we like or dislike Francois Hollande. It’s the economy, stupid ! Let’s put on the table what has been done to make this economy tick, when Europe just seemed to be the world’s economic black hole. Lost in their party rhetoric, The Socialist Party does not have the answers. Ultimately, the French (like the Americans) will get the point : money talks !

J. Ottow.
Rue Manin, Paris.

En français

Madame, Monsieur,

Comme disait le president Bill Clinton : "It's the economy, stupid !" *... Bref, je suis convaincu que le vote des francais passe par le portefeuille. Après avoir vu Francois Hollande déclarer vouloir instaurer une tranche d'impôt de 75%, j'ai voulu adhérer a l'UMP pour exprimer quelques idées de campagne, même si, étant de nationalité hollandaise, je n'ai pas le droit de voter en France.

Il me semble clair que F.Hollande (comme il l'avait avoué à la télévision en débat avec MAM) "déteste les riches", et sa politique ficale en est la preuve. Il faut une réponse forte et argumentée : "Vous detestez les riches, nous en revanche, nous détestons la pauvreté !"

1. Le President Sarkozy, son exécutif sous Fillon et l'UMP ont pu mener la France à bon port à travers 2 crises extrêmement grave (2008 et 2011).

2. Malgré plusieurs années de crise, la France inscrit une croissance respectable dans une Europe, ou plusieurs de nos partenaires économiques européennes tombent dans une récession sans précédent.

3. Le chômage en pourcentage a augmenté, mais ne faudrait-il pas mettre en avant le nombre absolu d'employés en France, qui a considérablement augmenté depuis la fin de 2009 ? On a créé des emplois !

4. La politique industrielle du gouvernement s'inscrit dans une politique économique globale. Ca veut dire que même si le nombre d'emplois en industrie a baissé, on tache de les faire augmenter dans d'autres secteurs.

5. Le President Sarkozy a une ligne directrice claire en soutien de l'industrie en France. Pour preuve, on vous offre le sauvetage de Alsthom, aujourd'hui un des champions de l'industrie francaise.

A mon avis, il faut parler plus de l'économie. Ceci est LE point faible de l'equipe Hollande. Arrêtons de se concentrer sur la personne d'Hollande. Mettons en avant les preuves économiques d'un travail bien fait. Le camp inverse se perdra dans ses propres arguments. Les francais comprendrons, comme les américains : "Money talks ! **"

Cordialement,
J. Ottow.
Rue Manin, Paris.

* : C'est l'économie, idiot !"
Propos utilisé par Bill Clinton pendant la campagne présidentielle de 1992 contre George Bush.

** C'est l'argent qui décide de tout.

Une expression dit également "Money talks, bullshit walks, that is how life goes."
"L'argent sait persuader, pas les promenades, c'est ainsi que va la vie.
© frenta - Fotolia.com
© frenta - Fotolia.com


Les faits dans le 17e arrondissement | Les opinions dans le 17e arr.


Publicité


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com