Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Charlie Hebdo, victime d'un attentat contre la liberté d'expression

Attentat à Paris contre la liberté.


La journée meurtrière du 7 janvier 2015.


8 Janvier 2015 - 18:58
     

Lorsque le quotidien gratuit Direct Matin met sous presse son 1612e numéro, les équipes du journal ignoraient que le contenu de la double colonne "Pourquoi..." en page 2 dans la rubrique "Les Clés du jour" allait être sous les feux de l'actualité. Il s'agit de Nicolas Appert, inventeur de la boîte de conserve au XIXe siècle.

C'est au numéro 6 dans la rue Nicolas Appert dans le 11e arrondissement de Paris que se présentent dans un premier temps deux hommes cagoulés, vêtus de noir et portant chacun une kalachnikov. Ce n'est pas le bon numéro car la rédaction se trouve quelques numéros plus loin au 10 rue Nicolas Appert. Le 6 est l'adresse des archives de l'hebdomadaire, journal revendiqué de gauche mais qui, après les attentats du 11 septembre 2001 se désolidarise de la gauche et de l'extrême-gauche n'ayant pas condamné l'islamisme.

Les tueurs se font ouvrir la porte d'accès muni d'un code, demandent la localisation de Charlie Hebdo dans l'immeuble, tue l'une des deux personnes à l'avoir renseigné, un employé de la société Sodexo âgé de 42 ans, et montent les deux étages. Il est 11h30. Il font irruption en pleine conférence de rédaction hebdomadaire et ouvrent le feu en premier sur les dessinateurs ayant été poursuivis pour leurs dessins. Puis ils s'en prennent aux autres journalistes, au policier chargé de la sécurité et à l'invité présent. Douze personnes décèdent. C'est un véritable carnage.

En sortant du bâtiment, les assassins tombent nez à nez sur une patrouille de policiers ; deuxième fusillade. Puis ils tombent sur d'autres policiers circulant à vélo ; troisième fusillade et un deuxième policier assassiné. Ils ont un accident de voiture place du Colonel Fabien dans le 19e arrondissement, abandonnent leur véhicule rue de Meaux, près du parc des Buttes-Chaumont, toujours dans le 19e arrondissement, puis braquent un conducteur pour s'emparer de sa voiture avant de disparaître dans la nature.

Ils sont toujours en fuite et leur identité et signalements sont connus. Les deux hommes sont frères, nés à Paris, actuellement âgés de 32 et 34 ans. L'un d'eux est connu des services de police suite à une condamnation en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak, la filière dite des "Buttes Chaumont".

Ils sont poursuivis pour :
"assassinat, tentative d'assassinat, vol à main armée en bande organisée, et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes". 
Procureur de Paris François Molins, le 7 janvier 2015.

En cas d'information, un numéro Vert : 0805 02 17 17 (7 jours/7 - 24h/24) 
ou sur le site www.securite.interieur.gouv.fr
Le dernier tweet de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo - Un dessin de Honoré, tué dans l'attentat avec Charb, Cabu, Wolinski, Tignous © Twitter
Le dernier tweet de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo - Un dessin de Honoré, tué dans l'attentat avec Charb, Cabu, Wolinski, Tignous © Twitter

Le Procureur du Parquet de Paris


Vidéo prise par des journalistes d'une agence de presse réfugiés sur le toit


Vidéo amateur


Vidéo publiée puis retirée d'internet




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne à Paris et nouvelle étudiante à l'INALCO depuis la rentrée universitaire... En savoir plus sur cet auteur




Commentaires

1.Posté par Amon AVI le 10/01/2015 08:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les 'bombes humaines' ont été charitablement prévenues 3 jours à l'avance qu'il y aura beaucoup de monde dans les rues. Les politiques sont des bravaches (fanfarons) qui n'hésiteront pas, (espérons que non), à sacrifier des citoyens "au nom de je ne sais quoi".
Le fait de ne pas avoir peur ne va pas à l'encontre de la prudence : laissons la police faire le ménage (et il semble qu'il y ait beaucoup à faire) avant de provoquer des attroupements dans les rues.

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mardi 24 Septembre 2019 - 00:00 Agressés pour des cigarettes

Lundi 8 Octobre 2018 - 06:20 "Laissez les Parisiens respirer !"

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité