Connectez-vous S'inscrire
Menu

Comment Paris s'ancre dans les arts contemporains

Paris, ville-musée, s'ouvre au grand public grâce à la culture contemporaine.


Paris doit retrouver son dynamisme artistique. Pour beaucoup, Paris serait devenue une ville-musée morne et sans dynamisme. Engoncée dans la fierté d’un patrimoine exceptionnel, elle ne parviendrait plus à penser de nouvelles formes de gestion pour valoriser les créations artistiques.




Claire Hervieux
01/06/2011 - 18:33


        

A l’image du Paris métaphorique dépeint dans le dernier film Woody Allen, la ville ne semble vivre que dans la nostalgie de son passé. Ailleurs en Europe, des villes arrivent pourtant à s’ouvrir à de nouvelles formes de gestion muséales afin de mieux attirer le grand public.

A Londres pour ne citer qu'une seule ville, la Tate Modern a su reconvertir une centrale électrique désaffectée en un centre mondialement connu des arts modernes et contemporains. Du fauvisme au surréalisme en passant par le futurisme et le Pop Art, la Tate Modern présente une collection exceptionnelle qui s’intègre parfaitement bien au lieu. Avec des ateliers de découverte adaptés à l’auditoire et des espaces dédiés à la connaissance artistique (vidéos sur le travail des artistes, bibliothèque en libre accès), la Tate Modern a su fidéliser le grand public.

Toujours à Londres, la Saatchi Gallery présente une collection d’art contemporain qui a notamment permis de valoriser les Young British Artists, cette jeune génération montante d’artistes britanniques. Pour beaucoup d’entre eux, être exposé à la Saatchi Gallery a permis de faire connaître leurs créations au monde de l’art. La galerie a également créé le site Internet Your Gallery, un portail hébergeant les pages des artistes désireux de faire connaître leur travail pour mieux ancrer le monde de l’art au Web.
Le Foyer historique de La Gaîté Lyrique après sa rénovation, vu par l'artiste Matt Pyke © Matt Pyke.
Le Foyer historique de La Gaîté Lyrique après sa rénovation, vu par l'artiste Matt Pyke © Matt Pyke.

A Paris, il existe pourtant quelques initiatives qui tentent actuellement de se reconnecter avec le dynamisme culturel, mais elles sont encore trop rares. Décloisonnement et enchevêtrement des arts, ouverture au public par la médiation culturelle, ces initiatives permettraient d’ancrer Paris dans une vision contemporaine des arts et de la culture.

Dans le 3e arrondissement par exemple, la Gaîté Lyrique propose un centre dédié aux arts numériques et aux musiques actuelles dans un lieu dont la rénovation a su formidablement bien réconcilier l’architecture minimaliste contemporaine et le faste esthétique de cet ancien haut lieu de l’Opéra-bouffe. Au programme, des expositions qui mettent en scène un enchevêtrement des arts sur fond d’interactivité numérique avec le public, mais aussi des concerts de rock alternatif ou de musique expérimentale. L’occasion de faire prolonger tard le soir le dynamisme de ce lieu unique à Paris en touchant un public plus jeune.
Cette évolution vers un décloisonnement et une démocratisation des arts attire de plus en plus les entrepreneurs culturels. On retrouve notamment cette tendance dans le projet lancé par le Groupe Allard pour valoriser l’Hôtel de la Marine. Situé sur la Place de la Concorde, le bâtiment pourrait accueillir un centre des arts et de l’artisanat combinant ouverture au grand public et encrage à l’international avec l’accueil d’artistes en résidence.
La Gaîté Lyrique, le Foyer historique, Manuelle Gautrand Architecture © Philippe Ruault.
La Gaîté Lyrique, le Foyer historique, Manuelle Gautrand Architecture © Philippe Ruault.

S’il y a bien un lieu qui a réussi à s’ouvrir au grand public, c’est bien le Grand Palais qui, en accueillant pour la quatrième saison la série MONUMENTA créé par l’ancien ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres, s’engage dans une ouverture de l’art. Cette année, c’est l’artiste britannique Anish Kapoor qui expose une œuvre immense (elle peut accueillir 150 personnes) de forme caverneuse… De quoi déconcerter le public. Car l’œuvre exposée dans la nef du Frand Palais est déroutante, ce qui explique la présence d’une équipe de médiateurs culturels chargés de sensibiliser le public aux codes de l’art contemporain.

Autre tendance, la décentralisation de la vie culturelle. Troisième lieu le plus visitée en France après le Louvre et la Tour Eiffel, le Centre Pompidou innove ainsi en multipliant les initiatives muséales. Après l’ouverture d’un musée décentralisé à Metz en mai 2010, le Centre Pompidou lance un musée mobile. À partir d’octobre 2011, une quinzaine d’œuvres seront exposées dans une structure itinérante parcourant la France de ville en ville. Là aussi, le Centre Pompidou renforce la décentralisation des arts pour se rapprocher du grand public éloigné de la vie culturelle.



Les faits dans le 3e arrondissement | Les opinions dans le 3e arr.

Publicité


Publicité


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com