Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Commissariat du 6e : Jean-Pierre Lecoq continue de jeter le trouble

Le commissariat central du 6e fusionne avec le commissariat du 5e pour donner le commissariat central 5-6 basé dans le 5e.


En s'exprimant à la fin du conseil du 6e arrondissement, le maire du 6e indique quatre informations à propos du commissariat central du 6e, sans donner d'informations claires et précises permettant la bonne compréhension de sa position et de la situation.


25 Juin 2014 - 20:00
     

Confronté à une pétition apolitique "pour n'attaquer personne" lancée dès le 17 juin 2014 par Dominique Getrey, Jean-Pierre Lecoq a tenu à réagir à l'issue du conseil du 6e arrondissement le mardi 24 juin 2014. Ses déclarations interviennent également quelques heures après le vote du Comité Technique approuvant à la majorité, avec 1 voix 'contre' et 1 voix 'abstention', la fusion des commissariats centraux des 5e et 6e arrondissements.

La première mutualisation à Paris

Pour Dominique Getrey, l'absence d'information est criante de la part du maire du 6e : "Il faut mettre les choses par écrit (...) Ce n'est pas le fond de la décision que je conteste mais je conteste la forme. Décidé comme ça en 15 jours sans que cela fasse l'objet d'un débat au Conseil de Paris qui finance une grande partie du budget de la Préfecture de Police de Paris, qu'il puisse avoir son mot à dire. Moi je demande que l'on ait un débat public (...) C'est la forme qui me choque". Revenant d'un footing au Jardin du Luxembourg, Dominique Getrey apprend la nouvelle le 16 juin 2014. il connaît du monde dans l'arrondissement avec un solide carnet d'adresses. Il connaît le dossier Police, ayant travaillé sur le sujet aux côtés du député de Paris Jacques Dominati (UDF) ; à cette époque, pour se distinguer du RPR, l'UDF voulait créer une police municipale à Paris. Par ailleurs ancien mandataire de Jean-Dominique Giulani (RPR) rival politique de Jean-Pierre Lecoq (Divers droite) à une époque où ce dernier s'est présenté en dissident aux élections municipales de 2001, Dominique Getrey trouvent les élus du 6e "pas très combatifs" au sujet de la fermeture du commissariat central du 6e arrondissement. Autour de lui, d'anciens élus du 6e et des personnalités de la société civile de l'arrondissement : "c'est nous qui sommes à l'origine du bruit et des articles de presse qui sont sortis" affirme-t-il. Il estime également que les membres du Collectif sont "à l'origine du blocage" des mutualisations d'autres commissariats prévues à l'automne à Paris et qui semblent suspendues le temps de voir comment se passe celui des 5e et 6e.

Entrée sur la place Saint Sulpice du commissariat central du 6e - Crédit : VD.
Entrée sur la place Saint Sulpice du commissariat central du 6e - Crédit : VD.

Allié puis ennemi

Tout cela ne pouvait pas être du goût de Jean-Pierre Lecoq qui défend bec et ongles son territoire. Une réunion publique sur le sujet, la première, est annoncée "fin octobre - début novembre", mais sans date fixée. La fermeture du commissariat central du 6e date de 2011, à l'époque du Préfet Michel Gaudin et du président de la République Nicolas Sarkozy. Une mobilisation de la population et de l'ancien conseiller de Paris Romain Levy (PS) adjoint au Maire de Paris repousse l'opération à 2014, après les élections municipales.

A quelques jours du premier tour, Jean-Pierre Lecoq reçoit le 18 mars 2014, dans son bureau à la mairie du 6e les représentants du syndicat UNSA Police. Dans son compte-rendu, l'UNSA Police écrit : "Monsieur le Maire nous fait part de son inquiétude concernant l'éventuel départ et délocalisation du central 06 sur un autre arrondissement. Monsieur Jean-Pierre LECOQ nous déclare ne pas comprendre cet éventuel futur choix de la PP d'autant qu'il ne demande aucun loyer pour l'occupation des locaux pour loger le Central 06. Monsieur le Maire luttera pour conserver un Central de Police sur le 6ème arrondissement" (voire pièce jointe).

Puis le maire du 6e change de position et attaque par voie de presse via Le Parisien et dans une publication électronique de la mairie du 6e le syndicat UNSA Police. Parlant "d'action de désinformation", l'allié devient ennemi :
- "Un document émanant du syndicat de police UNSA est actuellement diffusé dans le 6e arrondissement annonçant la fermeture prochaine du commissariat du 6e" écrit-il dans une Newsletter adressée aux habitants du 6e "Je souhaite rétablir la vérité. Contrairement à ces allégations, le commissariat du 6e restera bien place Saint Sulpice (...) Aussi, je déplore qu’une nouvelle action de désinformation ait été menée sur ce sujet".

Pour Christophe Tirante, secrétaire national de l'UNSA Police en charge de la police d'agglomération de Paris, "le maire cherche à sauver la face. Il nous a reçu en audience officielle au mois de mars. Il nous a presque invectivé pour notre passivité concernant le maintien du central 6 dans l'arrondissement et dans les lieux. Il nous avait déclaré qu'il était prêt à aller jusqu'au bout de sa démarche pour conserver son central (...) Cela lui a été imposé jusqu'en mars. Il a fait de la résistance jusqu'en mars car il ne voulait pas que les équipes du 6e quittent le central et déménagent au central 5 (...) Aujourd'hui Monsieur Lecoq valide le départ (...) On va conserver des policiers sur place mais il s'agit de 15 fonctionnaires le jour, sur 2 brigades, et 3 la nuit (...) On perd Jean Bart et rue de l'Abbaye et on veut nous faire croire qu'on conserve un commissariat central ! Eh bien, c'est non, c'est faux (...) C'est important dans la sémantique : si on nous dit qu'on laisse un site de police à Saint Sulpice on est d'accord. Mais on ne fait pas croire aux gens que derrière cette belle façade rénovée il y aura un commissariat ce n'est pas vrai !"

La raison selon lui des attaques du maire du 6e contre le syndicat UNSA Police ?
- "Parce qu'on dit la vérité tout simplement. Parce que pour nous, quand Monsieur Lecoq annonce le maintien d'un commissariat place Saint Sulpice, eh bien c'est faux. Il peut bien se rouler par terre, dire ce qu'il veut, 18 fonctionnaires, ce n'est pas un commissariat. Ce n'est même pas un petit poste. C'est une présence symbolique. Moi, je considère qu'on n'a pas le droit de laisser s'exprimer un élu d'arrondissement parisien qui peut laisser penser à sa population qu'il a des forces de police derrière cette belle façade alors que cela n'est pas le cas".

Maire chargé de la sécurité

Depuis sa réélection, Jean-Pierre Lecoq a repris en main sur les dossiers laissés à Olivier Passelecq, ancien adjoint en charge de la sécurité. Désormais, c'est lui seul qui traite directement des Roms et de la mutualisation du commissariat par exemple, il est sur tous les fronts. "Tout ce qui se dit vient de la 1er ébauche" affirme le maire du 6e à la fin du conseil d'arrondissement le mardi 24 juin 2014, en référence à tout ce qui a pu être dit et écrit sur la mutualisation des commissariats des 5e et 6e.

Quelques heures plus tôt, le Comité Technique réuni dans les locaux de la Préfecture de Police de Paris a validé la fusion des commissariats des 5e et 6e arrondissements. Jean-Pierre Lecoq donne quatre informations qui figureront peut-être dans le futur procès-verbal de la séance, étant donné que la mairie du 6e n'établit plus de procès-verbal intégral des séances du conseil d'arrondissement :
- le futur ex-commissariat central continuera de s'appeler commissariat après les travaux d'installation de la future antenne de police,
- la superficie des locaux après travaux restera identique voire augmentera de 40 m²,
- il y aura plus d'effectifs policiers dans le 6e,
- aucun projet de crèche ne verra le jour dans les locaux de la mairie.

Chiche en explications claires et précises permettant la bonne compréhension de sa position et de la situation, il clôt brutalement le conseil en empêchant l'unique conseillère d'opposition dans le 6e arrondissement Juliette Raoul-Duval (PS) de s'exprimer sur le sujet.

A suivre sur Paris Tribune.



Vaea Devatine
Journaliste tahitienne à Paris et nouvelle étudiante à l'INALCO depuis la rentrée universitaire... En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mardi 16 Avril 2019 - 05:55 Paris prie pour Notre Dame

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité