Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



12/12/2012 - 17:18
        

David-Hervé Boutin : "Mea Culpa au nom de la municipalité"

La mini-satisfaction d'André Minos au conseil de quartier Monnaie le 10 décembre 2012.



Les riverains et les commerçants du quartier Monnaie font bouger les lignes.




Les Voies sur berges

Les membres du conseil de quartier Monnaie étaient conviés le 10 décembre 2012 dès 18h30 dans une salle de la mairie du 6e arrondissement pour une réunion publique exceptionnelle faisant suite à la précédente séance du 19 novembre.

Le point principal de l'ordre du jour arrêté par le président du conseil de quartier David-Hervé Boutin (UMP) avec l'aval du maire du 6e arrondissement est "l'audition d'une avocate sur les aspects juridiques de la contestation" de la fermeture des voies sur berges. Le dernier numéro des "Echos des Conseils de quartier" distribué lors de la séance précédente plante le décor avec une pétition relayée sur le site internet de la mairie.

- "Le but", rappelle le conseiller d'arrondissement "c'est de faire quelque chose pour empêcher" le projet des voies sur berges, "car les travaux ont déjà commencé".
- "Il reste une semaine" pour ester en justice, indique l'avocate qui expose les moyens, de procédure et au fond, pour contester devant la juridiction administrative le projet voté en Conseil de Paris.

André Minos, président du "Comité de défense des habitants et travailleurs du quartier latin et de ses environs 5e et 6e", arrive en cours de séance.

Il est sollicité à la fin de l'audition, après un jeu de questions-réponses, par David-Hervé Boutin et Marc Jollin, ancien membre du conseil de quartier au sein du collège des habitants, devenu membre de droit dans le collège des associations avec la création d'une "association pour la promotion du quartier Saint-André-des-Arts".

Et si, parmi les 3 associations existants dans le quartier, votre association portait la contestation ? lui proposent-ils.
- "Cela ne mange pas de pain" défend Marc Jollin en s'adressant au président André Minos, étant également membre de son association.

Les illuminations vont du 10 place Saint-Michel jusqu'au boulevard Saint-Germain via les rues Saint-André-des-Arts et de Buci.
Les illuminations vont du 10 place Saint-Michel jusqu'au boulevard Saint-Germain via les rues Saint-André-des-Arts et de Buci.

Les illuminations des commerçants

André Minos, 86 ans, se veut prudent et diplomate. Son rôle est de faire part du mécontentement de ses adhérents.

- "Depuis 2006 que nous illuminons la rue Saint-André-des-Arts" explique-t-il lorsqu'arrive le temps des questions diverses, "et nous ne figurons pas dans le journal du maire" déplore-t-il avant de poursuivre : "Je n'en fais pas une maladie... je constate..."

David-Hervé Boutin est désolé : "C'est un oubli de notre part. Mea culpa au nom de la municipalité. Cela sera corrigé sur le site de la mairie et dans le prochain..."

- "Et je vous assure que ce n'est pas un travail facile..." indique celui qui siégeait précédemment à la place de David-Hervé Boutin en tant que président du conseil de quartier Monnaie de 2001 à 2008.

David-Hervé Boutin : "Vous faites un travail tellement efficace que la mairie ne savait pas..."

André Minos rappelle que son association a obtenu 3 000 euros de subventions du ministère de la Culture. Il cite les montants des autres associations du 6e : 20 000 euros pour les illuminations des commerçants de la rue de Rennes, 5 000 euros pour celles de Saint-Germain-des-Prés.

- "Au nom du conseil de quartier, bravo et merci à tous les commerçants. Voilà c'est officiel" déclare David-Hervé Boutin qui clôt le chapitre.

Devant le Kiosque Saint-Michel : une pétition de 500 signatures des riverains et des commerçants a demandé, entre autres, la modification de la couleur du kiosque qui est passée du marron au vert.
Devant le Kiosque Saint-Michel : une pétition de 500 signatures des riverains et des commerçants a demandé, entre autres, la modification de la couleur du kiosque qui est passée du marron au vert.

Le Kiosque Saint-Michel

André Minos poursuit en soulevant le 2e point qui lui tient à coeur : la présence du commerce de ventes à emporter sur la place Saint-Michel.

- "C'est la ville de Paris qui autorise ce type d'installation" argumente David-Hervé Boutin, "l'idée c'est que le kiosque parte le plus rapidement possible mais il faut lui trouver un point de chute dans le 6e".
- "Pourquoi ?" demande Danièle Toché, la 2e élue du 6e arrondissement en charge du conseil de quartier Monnaie.
- "Le maire du 6e veut qu'elle parte le plus vite possible et on ne désespère pas de lui trouver un autre emplacement".

Le président du conseil de quartier poursuit en indiquant que le kiosque sera dédommagé si on ne lui trouve pas de place.
- "Deux endroits * ont été trouvés mais je ne peux pas dire lesquels aujourd'hui" ajoute David-Hervé Boutin.

En marge de la séance, il indique au sujet des problèmes de sécurité sur la place Saint-Michel, peu après l'apparition du kiosque, que la cabane partira "à la fin du mois de décembre".

Le lendemain de la séance en fin de matinée, André Minos reçoit un coup de fil de la mairie. Joël Retailleau, directeur de cabinet adjoint du maire du 6e arrondissement, lui annonce que le commerce de bouche de ventes à emporter partira "en janvier ou en février".
En début d'après-midi, David-Hervé Boutin est aperçu au kiosque sur la place Saint-Michel.
- "Ca y est, les élus s'intéressent au problème !" concluent satisfaits les riverains et les commerçants.


* L'un des deux éventuels points de chute se trouve sur le boulevard Saint-Gemain à l'angle de la rue des Saints-Pères. L'emplacement serait celui qui se trouve à côté du kiosque à journaux. De l'autre côté du trottoir côté Seine se trouve le Café Bar Brasserie "Le Rouquet" dans le 7e arrondissement.

André Minos président du Comité de défense des habitants et travailleurs du quartier latin et de ses environs 5e et 6e - 11 decembre 2012 - Photo : VD.
André Minos président du Comité de défense des habitants et travailleurs du quartier latin et de ses environs 5e et 6e - 11 decembre 2012 - Photo : VD.

Interview : La mini-satisfaction d'André Minos

André Minos, le 11 décembre 2012 :

"J'ai eu une mini-satisfaction sur le fait qu'on oublie de parler de nos illuminations alors qu'on énumère un certain nombre d'illuminations du 6e arrondissement, et je n'ai pas obtenu satisfaction pour ce qui était de la baraque de marchand de sandwichs installé devant la fontaine Saint-Michel.

Sur les illuminations, il s'est passé tout simplement qu'un article avec photographie parle des illuminations du 6e arrondissement en nous oubliant ... Depuis 2006 que nous illuminons la rue Saint-André-des-Arts et une partie de la place Saint-Michel... Ensuite nous avons, à leur demande, rajouté la rue de Buci, et l'année dernière, la rue de l'Ancienne Comédie est venue nous rejoindre.

C'est quand même un morceau du 6e arrondissement et le seul endroit du quartier Monnaie qui soit illuminé !

Il faut le savoir parce qu'ailleurs dans le quartier Monnaie... c'est pas simplement la rue Saint-André-des-Arts ! Le quartier Monnaie, ça va jusqu'à l'Institut... sur les quais... La Monnaie, l'Institut font partie du quartier Monnaie !

Pour ce qui est de la baraque, normalement nous nous attendions à ce que cette baraque s'en aille fin août... c'est-à-dire début septembre... en tenant compte d'une lettre que j'ai reçu de Monsieur Jean-Pierre Lecoq maire du 6e arrondissement, disant que si les contraintes n'étaient pas respectées, on ne renouvellerait pas l'autorisation de cette baraque de vendre des sandwichs place Saint-Michel.

Alors hier, nous n'avons rien eu de semblable... C'est aujourd'hui le lendemain que nous apprenons que cette baraque va finir de partir au mois de janvier ou au mois de février...

Ce n'est pas une satisfaction de voir que les choses traînent en longueur et que pendant ce temps-là certains commerçants qui ont pignon sur rue depuis un certain temps pâtissent du fait que la Mairie de Paris autorise un marchand sur le trottoir au détriment des commerces existants... !

Et au niveau de la reconnaissance du travail pour les illuminations, alors oui, ah ben bien sûr, bien sûr...

Si on devait énumérer ce que j'ai obtenu, les conseils que j'ai donné et qui ne se sont pas avérés mauvais dans le 6e arrondissement, il faudrait un livre ! Nous avons ça pour nous... Nous sommes une association vivante ! Même quand le président est souffrant, elle continue d'exister, quitte parfois à écrire des articles pour le bulletin d'information sur un lit d'hôpital... c'est déjà arrivé... Nous ne sommes pas une association-bidon ! Pas comme les associations sans adhérents, ce qui leur permet de siéger au conseil de quartier ! (...)"

André Minos face à la caméra

André Minos, le 11 décembre 2012, dans son atelier de reliure :

Paris Tribune : Bonjour Monsieur Minos
André Minos : Oui ?

Paris Tribune : Vous êtes...
André Minos : Bonjour !

Paris Tribune : Vous êtes le président du Comité des habitants et des travailleurs...
André Minos : Du Comité de défense des habitants et travailleurs du Quartier Latin et de ses environs 5e et 6e arrondissement.

Paris Tribune : Que s'est-il passé au conseil de quartier au sujet des illuminations ?
André Minos : Hier j'ai été obligé de constater que dans "Notre 6ème" qui est un journal du maire du 6e arrondissement, il y avait une photographie en première page d'une illumination, je ne sais pas de quel endroit du 6e, et qu'à l'intérieur de la publication il y avait une énumération de lieux illuminés sauf le nôtre ! C'est-à-dire Saint-Michel, Saint-André-des-Arts, Gît-le-Coeur, Buci, rue de l'Ancienne Comédie. On nous avait oublié !
Bon, il est bien certain que Monsieur Boutin qui est président du conseil de quartier nous a présenté... m'a présenté des excuses... pratiquement... pour le maire, quoi ! Voilà ce qui s'est passé.


D'autre part pour ce qui est de l'histoire de la baraque de marchand de sandwichs place Saint-Michel devant la Fontaine Saint-Michel, il y avait lieu de répéter à nouveau que cette baraque vendait des produits que vendait une boutique moins de 10 mètres à côté ; que c'était la première fois que l'on voyait installé, autorisé, un marchand sur le trottoir vendant les mêmes produits qu'une boutique qui est à côté !

Paris Tribune : Et vous avez des nouvelles à ce sujet ?
André Minos : Pardon ?

Paris Tribune : Vous avez des nouvelles à ce sujet ?
André Minos : Eh bien nous venons d'apprendre, il y a à peu près 1 heure, que cette baraque allait partir au mois de janvier, ou au mois de février au plus tard (...)




Les faits dans le 6e arrondissement | Flash Paris 06 | Les opinions dans le 6e arrondissement

A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com