Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Débat autour du réaménagement des Halles

Première Tribune


Lancé en 2002, le pharaonique projet de réaménagement des Halles entre dans une seconde étape avec le lancement d’une enquête publique. La réunion du 22 juin au gymnase Suzanne Berlioux du Ier arrondissement permet à la commission d’enquête de prendre conscience de l’importante opposition des riverains.


24 Juin 2009 - 13:08
Fabien Nizon
     

Environ 600 personnes sont réunies au cœur même du forum, dans le gymnase Suzanne-Berlioux pour s’informer et donner son avis sur le réaménagement des Halles.

Cette réunion entre dans le cadre d’une grande enquête publique dirigée par Jean-Marie Thiers (retraité officier supérieur de l’armée de terre). Elle a pour objet d'informer le public et de recueillir ses appréciations, suggestions et contre-propositions.

Il s’agit d’un préalable obligatoire à la déclaration d'utilité publique du projet d'aménagement du quartier des Halles. Une fois le sésame obtenu, la Mairie de Paris peut s’approprier les espaces privés du Forum des Halles et ainsi mettre en œuvre ses ambitions.

Après un premier constat - « aujourd’hui, le forum des Halles comme il est construit est un endroit raté, sale et sombre »- une vidéo présente les grands objectifs de la rénovation. Il faut « ouvrir, équilibrer, valoriser » la place. Dès la qualification du jardin comme un endroit qui a « mal vieilli », une certaine hostilité s’installe entre l’auditoire et la tribune. « Propagande ! », « le jardin il fallait l’entretenir ! » lance une personne du public.
Le maire du 1er, Jean-François Legaret, ouvre la réunion
Le maire du 1er, Jean-François Legaret, ouvre la réunion

Rapidement, la tension monte sur de nombreux points du projet. Le coût : 656 millions pour l’intégralité des travaux dont 500 millions payés par la mairie de Paris. « Vous trouverez ces détails dans le dossier d’enquête public » explique alors l'un des rapporteurs de l’Hôtel de Ville. Bien sûr il serait étonnant que ce chiffre ne gonfle pas rapidement.

Le devenir de la place René-Cassin est aussi en question. De nombreux riverains y sont très attachés. Sans réponse claire de l’architecte urbaniste Jean-Marc Fritz : « elle ne disparaît pas, nous réfléchissons à la préserver dans son état d’esprit ».

La durée des travaux, la sécurité ainsi que la canopée, sorte de carapace en verre dénoncée par Sylvain Garel (élu Vert du 18ème arrondissement) comme ne « constituant pas une priorité face au logement social et aux transports en commun » entre aussi dans le débat. Mais c’est l’aménagement du futur jardin qui réunit le plus d’opposition.
La seule réunion publique organisée par la Mairie de Paris a réuni beaucoup de monde des 4 arrondissements concernés par le chantier des Halles
La seule réunion publique organisée par la Mairie de Paris a réuni beaucoup de monde des 4 arrondissements concernés par le chantier des Halles

Une grande partie de la salle ne comprend pas l’intérêt de détruire un jardin qui arrive à maturité. Réponse fuyante du rapporteur de la mission des Halles pour la ville de Paris, Alexandre Fremiot : « l’important n’est pas de se demander qu’est ce que l’on va détruire ou garder, mais ce que l’on va créer ».

La reconstruction de ce jardin est le cheval de bataille de l’association « Accomplir » opposée à un « jardin-esplanade ». Arrivent alors trois membres de l’association. Ils viennent remettre au commissaire enquêteur une banderole « défense de détruire » signée par les riverains lors de leur manifestation du samedi 20 juin contre ce projet.

Ils s’inquiètent aussi du lancement par la ville d’une étude sur « le caractère métropolitain de l’espace public des Halles », qui « centré sur les besoins des métropolitains en matière d’animations sur l’espace public, risque de faire l’impasse à la fois sur les problèmes de sécurité et sur le risque de nuisance supplémentaire pour les riverains ».

Face à des riverains clairement hostiles, le but d’écoute et de recueil de la commission d’enquête devient alors secondaire. Il s’agit maintenant pour elle de convaincre de l’importance du projet quitte à s’en tenir à un simulacre de concertation jusqu’à la fin de l’enquête publique le 17 juillet.


Lire l'article du 2 avril 2010 sur le vote du chantier des Halles Jardin des Halles : Jean-François Legaret jette l'éponge.
L'Hôtel de Ville déploie tous ses efforts pour faire accepter son projet
L'Hôtel de Ville déploie tous ses efforts pour faire accepter son projet






Commentaires

1.Posté par Benoit le 11/10/2009 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(Commentaire du 31/07/2009 rapatrié du site Première Tribune vers le site Paris Tribune)
Il aurait été intéressant de noter le mépris notoire de Madame Anne Hidalgo, qui sentant la vive opposition des riverains à ce projet, contrairement à ce qu'elle continue d'affirmer, est tout simplement parti "à l'anglaise" avant la première "mi-temps". Comme elle n'aura écouté aucune critique sérieuse et continue à ignorer toute opposition, elle pourra continuer a fanfaroner que les parisiens sont dans l'ensemble favorable à ce projet monstrueux; en l'occurence, pas une personne de l'assistance était là pour le confirmer!

2.Posté par Marzouk Jean le 11/10/2009 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(Commentaire du 05/08/2009 rapatrié du site Première Tribune vers le site Paris Tribune)
La finalité du projet de Halles devient plus claire: il s'agit de servir un jardin-esplanade à Unibail pour ses manifestations promotionnelles et commerciales. Cet objectif -un espace minéralisé devant le Forum- nécessite la destruction du jardin Lalanne pour l'emplacement, et le remplacement par une pelouse du convivial et populaire amphithéatre René Cassin pour l'équilibre de la répartition des surfaces minéral/végétal.L'abus se complète par l'abattage sans état d'âme de 279 arbres en pleine maturité au coeur de Paris, et le financement par le contribuable parisien d'un projet privé, ruineux, inutile et lourd de nuisances.

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Vendredi 2 Août 2019 - 21:30 Rixes et incendie criminel à Paris Plage

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité