Connectez-vous S'inscrire
Menu

Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



23/01/2017 - 00:14
        

Donald Trump prête serment sur deux Bibles

Investiture et Bible, une coutume aux Etats-Unis



Les bibles et Dieu dans le discours officiel d’investiture du Président Donald Trump.



Le rituel essentiel de la cérémonie d’investiture est prévu dans la Constitution des Etats-Unis d’Amérique :
« Avant d'entrer en fonctions, le président prêtera serment ou prononcera la déclaration suivante : « Je jure (ou je déclare) solennellement que je remplirai fidèlement les fonctions de président des États-Unis et, que dans toute la mesure de mes moyens, je sauvegarderai, protégerai et défendrai la Constitution des États-Unis ». » 
Article 2 section 1 - 8 de la Constitution américaine du 17 septembre 1787 entrée en vigueur le 4 mars 1789.
 
En revanche, la présence d’une bible n’est pas mentionnée dans les textes.
Et le Premier amendement à la Constitution prévoit simplement :
« Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion (…) » (1)
 
La liberté religieuse est ainsi proclamée. Il n’y a aucune ingérence des pouvoirs institutionnels en matière religieuse.

Investiture et Bible, une coutume

C’est George Washington, le premier Président des Etats-Unis d’Amérique qui lors de son investiture pose la main sur une bible lorsqu’il prête serment. A la fin du serment, il jure et sollicite « l’aide de Dieu » puis, il embrasse l’ouvrage sacré. La cérémonie se déroule à New-York, la première capitale des Etats Unis, le 30 avril 1789.

C’est ainsi que naît la coutume constitutionnelle de prestation de serment du Président des Etats-Unis d’Amérique sur la bible.
 
Curiosité, la bible a été mise à disposition du héros de la guerre d’indépendance par la loge maçonnique « St John’s Lodge n°1, Ancient York Masons ». Il est vrai que George Washington est franc-maçon.
 
Une page supplémentaire a été insérée dans cette Bible avec la mention :
« Sur ce volume sacré, le 30 avril, AL 5789, dans la ville de New York, fut administré à George Washington, premier président des États-Unis d'Amérique, le serment de soutenir la Constitution des États-Unis. Cette grande cérémonie fut célébrée par le Grand Maître des Maçons Libres et Acceptés de l'État de New York, l'Honorable Robert R. Livingston, Chancelier de l'État.
La renommée étendait ses ailes et avec sa trompette soufflait. Grand Washington est proche. Quelle louange est due ? Quel titre aura-t-il ? Elle s'arrêta et dit : « Pas un seul, son nom seul frappe tous les titres morts ». »
(2)

Tous les Présidents américains ont répété le geste de George Washington à l’exception de John Quincy Adams, le sixième Président, qui n’a pas voulu se conformer à cette tradition, pour être en accord avec sa conscience. Il a préféré prêter serment le 4 mars 1825 sur une édition de la Constitution et d’autres textes de lois.

Donald Trump prête serment sur deux Bibles

Chaque Président choisit la bible sur laquelle il souhaite prêter serment.
 
Donald Trump décide de prêter serment sur deux Bibles : la Bible utilisée par le Président Abraham Lincoln lors de son investiture et sa bible personnelle, offerte par sa mère en 1955, à la fin de son catéchisme.
La bible d’Abraham Lincoln marque un lien entre Donald Trump et son illustre prédécesseur et donc, avec l’histoire de l’Amérique marquée en profondeur par cet ancien Président, membre du parti républicain. 

Points communs et différences

Donald Trump et Barack Obama, points communs et différences sur la prestation de serment lors de leurs investitures. Donald Trump en 2017 et Barack Obama en 2009 ainsi qu’en 2013 ont chacun retenu la bible d’Abraham Lincoln pour la cérémonie. Elle n’avait jamais été utilisée depuis le Président Lincoln jusqu’au Président Obama.

Donald Trump en 2017 et Barrack Obama en 2013 ont chacun décidé d’utiliser deux bibles. C’est ce dernier qui a initié cette pratique d’usage de deux bibles reprise aujourd’hui. La seconde bible choisie par Barack Obama en 2013 est celle du Pasteur Martin Luther King, défenseur des droits civiques, mort assassiné le 4 avril 1968 à Memphis.

Barack Obama prête serment à deux reprises en 2009, le 20 janvier lors de la cérémonie officielle puis, le lendemain 21 janvier 2009, à la Maison Blanche, sans bible et en petit comité. C’est la seule fois dans l’histoire du pays. La cause, une erreur commise la veille dans le prononcé de la phrase constitutionnelle. (3) 

Dieu dans le discours officiel d’investiture

Le 20 janvier 2017, le Président Donald Trump parle de Dieu et de la bible à plusieurs reprises :
« La Bible nous dit combien il est bon et agréable que le peuple de Dieu vive ensemble dans l'unité. Nous devons parler ouvertement de nos analyses, discuter honnêtement de nos désaccords, mais toujours chercher la solidarité. (…)
 
Il ne devrait pas y avoir de peur. Nous sommes protégés et nous serons toujours protégés. (…) Et surtout, nous serons protégés par Dieu. (…)
 
Et si un enfant est né dans la banlieue de Detroit ou dans les plaines balayées par le vent du Nebraska, ils regardent le même ciel nocturne, ils remplissent leur cœur avec les mêmes rêves et ils sont imprégnés du souffle de vie par le même Créateur Tout-Puissant. (…)
 
Ensemble, nous ferons de nouveau l'Amérique forte. Nous allons rendre l'Amérique riche, à nouveau. Nous ferons l'Amérique fière, encore. Nous ferons de nouveau l'Amérique en sécurité. Et oui, ensemble, nous ferons l'Amérique grande, encore. Merci, que Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse l'Amérique. Je vous remercie. Que Dieu bénisse l'Amérique. »


Donald J. Trump, 45e Président des Etats-Unis d'Amérique, le 20 janvier 2017 devant le Capitole.
 
Le lendemain, 21 janvier 2017, le Président Donald Trump, son Vice-Président Mike Pence et leurs épouses assistent à une cérémonie religieuse oecuménique à la cathédrale nationale de Washington.

L'évêque de Washington, une femme, Mariann Budde déclare :
« Alors que nous marquons ce moment de transition politique, tirons tous de la force et du courage des textes sacrés, des chants et des textes des nombreuses traditions de notre pays, puissent-ils nous inspirer toujours à rechercher l'aide divine, à nous soigner les uns pour les autres et à vivre selon les plus hautes aspirations pour nous tous ».

Mariann Budde, Evêque de Washington, le 21 janvier 2017.
 
Lors de la cérémonie, aux côtés des pasteurs, un imam a lu deux sourates (versets coraniques) et des orateurs sikhs, bouddhistes et bahá'ís ont prié pour les vulnérables, les chômeurs et les réfugiés.
 
Rien d’étonnant pour un Américain, les habitants des Etats-Unis d’Amérique ont une foi intense dans leur pays, une incarnation du Bien face au Mal qui peut se résumer par « Dieu est avec nous ».

  1. Le premier Congrès a proposé douze amendements à la Constitution le 25 septembre 1789. Dix d'entre eux, dont le Premier amendement, ont été ratifiés le 15 décembre 1791.
  2. La Bible appartient toujours à la Loge. Quatre autres Présidents ont juré sur elle lors de leur investiture : le Président Warren G. Harding en 1921 ; le Président Dwight D  Eisenhower en 1953 ; le Président Jimmy Carter en 1977 et le Président George HW Bush en 1989. Les conditions météorologiques ont empêché l’usage de ce livre chargé d’histoire, pour la prestation de serment du fils de ce dernier, George W. Bush, en 2001.
  3. Phrase prononcée lors de la prestation de serment du président Obama le 20 janvier 2009 : « Je jure solennellement de remplir les fonctions de président des Etats-Unis fidèlement ».




Les faits au niveau international | Les opinions au niveau international | Flash International


Publicités

Publicités


A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com