Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Emmanuel Macron veut 3000 immigrés d'Afrique réinstallés en France d'ici 2019

L'immigration choisie comme réponse à l'immigration subie


Les premiers immigrants choisis sont arrivés en France ce lundi 18 décembre 2017 à l'aéroport de Roissy.

18 Décembre 2017 - 15:00
     

Lusenda, Sud Kivu, RD Congo: De nouveaux réfugiés arrivent au camp de Lusenda où ils sont accueillis par la Commission Nationale des Refugiés (CNR) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) - Janvier 2016 © HCR CC BY-SA 2.0
Lusenda, Sud Kivu, RD Congo: De nouveaux réfugiés arrivent au camp de Lusenda où ils sont accueillis par la Commission Nationale des Refugiés (CNR) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) - Janvier 2016 © HCR CC BY-SA 2.0
Le président de la République Emmanuel Macron s'est engagé à accueillir en France des personnes du continent Africain sélectionnées directement sur place, dans les camps du HCR, le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies.

Ils seront 3 000 personnes à être "réinstallés" en France d'ici à 2019.

L'information commence à peine à être diffusée dans les réseaux en Afrique : les candidats pour une nouvelle vie en France doivent se faire recenser avant d'arriver sur le sol français dans l'espoir d'être choisis pour leur parcours, avec leur conjoint et enfants. A cette condition, ils obtiendront à leur arrivée le statut de réfugié des mains de l'OFPRA, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides.

Une immigration choisie qui révolte des associations pour qui la France peut faire beaucoup plus en matière d'accueil de tous les types d'immigrants présents en France.
 

En savoir plus



Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Diplômée de l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA).... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 31 Juillet 2019 - 06:00 L'affaire Gallerneau Loiseau Mestre crée le débat

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique



Publicité