Connectez-vous S'inscrire
Portail Paris Tribune

Fermeture aux voitures des voies sur berges, rive droite à Paris : bilan contrasté, le mot du Préfet de police

Le conseil de Paris a décidé de transformer la voie sur berge de la rive droite en aire piétonne par arrêté municipal publié le 21 octobre 2016


Au terme du délai d’observation de 6 mois à partir d'octobre 2016 "voire au-delà", le préfet de Police fera connaitre à la Maire de Paris les éventuelles mesures correctives devant être prises en compte pour ce projet.


        

Bilan d'étape

Le préfet de police fait le point sur la circulation à Paris trois mois après le vote en conseil de Paris et l'arrêté municipal de fermeture à la circulation automobile de la rive droite.

 LES MOINS 
  • "Le bilan de ces premiers mois est contrasté (...) 
  • quelques difficultés méritent une attention toute particulière. Les situations de congestion du trafic à certaines heures de la journée dans la partie centrale de Paris (concorde-Châtelet et partie amont du boulevard Saint-Germain) n’ont pu trouver de solution et se sont même parfois dégradées en novembre (...) retards de plusieurs minutes ou les suspensions de lignes (ex : ligne 72) (...)
  • des retards n’ayant pu trouver de solution à ce stade (...) 
  • les témoignages d’usagers, de professionnels confrontés aux difficultés de circulation (...) 
  • Je constate moi même ces incidences (...)"
 LE PLUS 
  • "l’essentiel des constats apparait conforme aux prévisions issues des études d’impact soumises à l’enquête d’utilité publique (...) 
  • Les services d’urgence indiquent n’avoir pas, à ce jour, subi de dégradation significative de leurs conditions et délais d’intervention (...)"
 LES INSTRUCTIONS DONNEES 
"pour les services d’urgence mais également pour les transports collectifs, j’ai donné les instructions nécessaires permettant de poursuivre la mobilisation des policiers selon deux missions prioritaires :
  • La première consiste à libérer les voies dédiées aux autobus urbains de tous les usagers non autorisés
  • et la seconde, à fluidifier la circulation sur les carrefours permettant le franchissement du boulevard Saint-Germain et les quais hauts et réduire les retenues de circulation à certaines heures de la journée (...)"
 A SUIVRE 
  • "les augmentations des niveaux sonores, essentiellement la nuit, devront être corrigées durant la phase d’observation du fait de la réduction des reports de trafic tels que prévus dans les études d’impact (...) 
  • Il nous faut toutefois veiller à ce que les incidences des chantiers réalisés à Paris ou en banlieue ou les conditions météorologiques dégradées soient mieux évaluées afin d’aboutir à des constats objectivés concernant la seule fermeture de la voie sur berge (...)".
Le préfet indique :
"Conformément aux engagements réciproques pris en amont de la décision de création de l’aire piétonne sur la rive droite, le préfet de Police rappelle qu’aucune orientation, ni décision n’interviendra avant le terme de la période d’observation de 6 mois fixée voire au-delà, selon les conclusions et propositions issues des travaux du comité technique de suivi de la voie sur berge ceci, afin de ne pas amplifier les difficultés de circulation".
Les dernières voitures circulant sur les berges rive droite en juillet 2016 © VD - PT
Les dernières voitures circulant sur les berges rive droite en juillet 2016 © VD - PT

​La décision de la Mairie de Paris de fermer aux voitures les voies sur berges pour en faire une zone pour piéton "a été prise après avis conforme du préfet de Police qui a conditionné son autorisation au strict respect de 6 prescriptions" :​
 
  • l’analyse mensuelle des impacts de ce projet sur la circulation dans la métropole parisienne mais également sur les axes de report dans Paris ;
  • l’évaluation quotidienne des délais de déplacement des véhicules d'urgence, de secours et de police ;
  • un accès permanent et immédiat des services d’urgence à la voie sur berge pour accélérer les déplacements ;
  • la réversibilité de cette mesure en cas de difficultés durables de circulation ;
  • la réalisation de campagnes de relevés pour ce qui concerne la pollution atmosphérique et le bruit ;
  • la reconsidération de la programmation des chantiers (plan Vélo, Zones 30, aménagements des places,...) sur les axes et secteurs impactés par le report de circulation.
Le comité technique de suivi mis en place par le Préfet associe les représentants des collectivités territoriales, les acteurs socio-économiques et les représentants des usagers, instance déjà réunie les 3 octobre et 12 décembre 2016. Cette instance dispose durant la période d’observation de six mois de toutes les données relatives au trafic routier, à la pollution et au bruit pour, de manière partagée, faire toute proposition visant à améliorer les conditions de circulation. Les données et supports fournis par les membres du comité sont intégralement et immédiatement accessibles depuis le site internet de la préfecture de Police : http://www.prefecturedepolice.paris/Voies-sur-berges

Source : Préfecture de police.

En pièce jointe : 
  • Le mot du Préfet
  • L'impact sur les conditions de circulation
  • L'évolution du trafic francilien entre novembre 2015 et novembre 2016, heure de pointe du matin et heure de pointe du soir
  • Bilan DRIEA / DIRIF pour septembre, octobre et novembre 2016
  • L'impact à Paris
  • Les relevés de la ville là où la Mairie de Paris a placé les capteurs  
  • L'impact pour les transports en commun
  • Etude de la RATP
  • Bilan
  • Points de vigilance 
  • Verbalisation
  • Pour les services de secours
  • Bilan
  • Points de vigilance
  • L'impact en terme de pollution et de bruit
  • Etude BruitParif
  • Bilan la nuit et le jour
  • L'air
  • Etudes AirParif
  • Mesures complémentaires
  • Résultats préliminaires et partiels.




30/01/2017 - 20:10



Paris les faits | Paris les opinions | Paris Pratique






Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com