Connectez-vous S'inscrire
Menu

Fin de la 3e édition du Festival du cinéma arabe à Paris

Huitième Tribune

20 Août 2009 - 17:56
        

Les colonnes Morris placées sur les Champs annonçaient depuis le début du mois de Juillet en langue arabe « L'Eté du cinéma arabe à Paris ».


C'est aujourd'hui que le cinéma de l'Élysées Biarritz ferme ses portes au public. Et le succès est au rendez-vous, cette année encore, avec 7000 entrées en plus d'un mois. Certes, moins de places ont été vendues par rapport à l'année dernière (8000), mais l'évènement a duré moins longtemps. Le succès s'explique par une hausse de la fréquentation journalière de 31,4%. « C'est surtout la privatisation de la salle de réception du bas à qui connaît un vif succès avec 21 personnes par jour par rapport à 16 privatisations la saison dernière alors que cette idée n'a été initiée que l'année dernière », raconte Clémentine Privat, responsable évènementiel du prestigieux lieu. Ordinairement lieu privé de réception pour la présentation de produits d'entreprises ou pour des conférences, cet ancien cinéma a bien fait de revenir à ses sources.
 

L'idée est née de la rencontre du président Hugues Pikety et le prince al-Walid d'Arabie Saoudite qui, voyant qu'aucun loisir culturel n'est proposé à la clientèle venue du Moyen-Orient, à part quelques concerts de chanteurs arabes, décide de signer un contrat avec deux grands distributeurs arabes, Goodnews et Rotana. « Leur proposer de voir des films dans leur langue et en avant-première, c'est une chance pour eux étant donné que les cinémas sont interdits dans leur pays d'origine», nous dit un membre du personnel d'accueil.
 

L'endroit est idéal pour accueillir ce public particulier. Situé au milieu des hôtels de luxe, l'Élysées Biarritz enregistre des bénéfices grâce à des tarifs accessibles à une population à fort pouvoir d'achat (10€ en orchestre, 40€ au balcon et 80€ en salle VIP). Pendant l'été, ils représentent environ 60% du marché touristique de Paris, une part de marché dont l'Élysées Biarritz bénéficie aujourd'hui grâce à la création de ce festival il y a trois ans », affirme Clémentine Privat.
 

Il ne manquait que Paris pour exporter ce concept qui existe déjà à Londres et à Genève. La fin de la 3e édition du Cinéma arabe à Paris coïncide avec la veille du Ramadan.
 





D'autres articles / More stories
< >

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.



Publicité


...

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris. Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris. Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et vingt arrondissements municipaux. Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.