Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Hubert Falco : Les Harkis et ce que veut dire l'identité nationale

Septième Tribune


L'idendité nationale s'invite quai Branly lors de la 6ème Commémoration des victimes militaires et civiles en Afrique du Nord.

7 Décembre 2009 - 08:37
     

Pour le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants, le débat sur l'identité nationale doit se pencher sur l'histoire française en Algérie avec l'exemple des Harkis qui ont "choisi la France et qui l'aiment par dessus-tout".
Dans les pas du président de la République qui a fait de la reconnaissance des Harkis l'un des points forts de son programme présidentiel, le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants emprunte le chemin de la mémoire du peuple français en Algérie.
D'autres dossiers brûlants attendent le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattans et le reste du gouvernement : la conservation et la restauration des cimetières chrétiens et juifs en Algérie, la création d'une commission parlementaire, ..., et le paiement des indemnités de rapatriement aux pieds-noirs conformément aux Accords d'Evian, c'est-à-dire payés par l'Algérie ?
Hubert Falco passe le flambeau de la mémoire des combattants français aux nouvelles générations
Hubert Falco passe le flambeau de la mémoire des combattants français aux nouvelles générations

Le mot n'est pas prononcé mais Hubert Falco le reconnaît : la Guerre d'Algérie fut une guerre civile entre français. A la mémoire d'émerger et aux historiens de déterminer les raisons jusqu'ici inconnues pour lesquelles Général De Gaulle, surnommé "la Grande Zohra" en Algérie, livre une Algérie indépendante à un groupe minoritaire anti-français armé par l'Egypte et courtisé par l'URSS, la Chine et les Etats-Unis. L'indépendance donnée à des membres du FLN a débuté par le massacre des Harkis jusque sur le territoire français, et le rejet en métropole des "pieds-noirs", les français d'origine européenne en Algérie accusés d'être responsable de la mort des soldats français métropolitains envoyés en Algérie.

2012 approche. 1962-2012 : 50 ans après le rapatriement de la quasi totalité des français d'Algérie, Hubert Falco essaie de ramener la cohésion nationale, comme l'a fait le Général De Gaulle au lendemain de la 2ème guerre mondiale, et sauver ce qui peut encore l'être pour les Harkis, les Pieds-Noirs, pour la nation et pour l'identité française.
Hamoud Belmebrouk, porte-drapeau, s'est engagé à 17 ans 1/2 à Alger. Pour lui, c'est avant qu'il aurait fallu s'inquiéter du devoir de mémoire prôné par Hubert Falco
Hamoud Belmebrouk, porte-drapeau, s'est engagé à 17 ans 1/2 à Alger. Pour lui, c'est avant qu'il aurait fallu s'inquiéter du devoir de mémoire prôné par Hubert Falco

Fatima Hajmi, porte-drapeau, honore la mémoire de son oncle qui a combattu pour la France au Maroc
Fatima Hajmi, porte-drapeau, honore la mémoire de son oncle qui a combattu pour la France au Maroc

Autres articles






Commentaires

1.Posté par mazari le 02/03/2011 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui depuis que sarkozy a pris le pouvoir au gouvernement tout la communautés de harki son déçu pour le résulta négative suite a ce que a dit le président en 2007 dans son discours avant qui soi élut président aujourd'hui nous sommes rendue conte rien na étai fait on ces moqué de nous nous sommes la honte on ver d'autre pays on ces foutu de nous qui nous sommes réellement nous avons plus d'identités pour la reconnaissance pour que les porte nous soie ouvert que les emploi réserve nous soi admis que les harkis et enfant de harki soi reconnue totalement en ver l'état français je croie quand nous a mis le doigt dans l'oeil nous sommes perdent la prochaine élection présidentiel réfléchir 2 foie avant de voté merci a tout bon entendeur de harki

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 31 Juillet 2019 - 06:00 L'affaire Gallerneau Loiseau Mestre crée le débat

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique



Publicité