Connectez-vous S'inscrire
Maohi Tribune

Inéligibilité à vie : la journaliste répond au député

Sur Facebook, chose promise c'est chose due !

Sur Facebook une discussion commence fin janvier 2019 au sujet de la proposition de loi "Inéligibilié à vie pour les élus corrompus" du député tahitien Moetai Brotherson.

20 Février 2019 - 04:25
        

Sur la page Facebook de Moetai Brotherson : @Moetai2017

Fin janvier 2019, le député indépendantiste Moetai Brotherson "sollicite à nouveau" l'aide des internautes en Polynésie française en leur demandant de signer une pétition en ligne : "Plus nous sommes de signataires, plus nous aurons de poids face aux parlementaires et à l’exécutif" publie-t-il le 23 janvier 2019.

C'est alors que Vaea Devatine, journaliste professionnelle, poste ce message à la suite de cet appel à l'aide :
"Réfléchissons un peu car ce type de proposition a des implications qui ne sautent peut-être pas au yeux de tous".

Des échanges s'installent sur Facebook reproduits en partie dans les colonnes de Paris Tribune :

Moetai Brotherson : 
Je suis preneur de tes réflexions. Il y a déjà eu énormément de réflexion, de consultations entre la rédaction initiale et sa forme actuelle. Puis j’ai demandé au conseil d’Etat de l’examiner, ce qui en cours. Ensuite, cela va passer en commission des Lois, où je serai rapporteur de ma Loi. Il y a donc rédaction préalable d’un rapport, pour lequel une série d’auditions vont être menées.
Maintenant, j’attends tes réflexions.
😉

Vaea Devatine : 
Tu sais bien que Facebook ne peut pas remplacer un débat entre des personnes physiques. Il faut plusieurs cerveaux pour faire des choses bien et au bon moment. Il y a plusieurs implications et conséquences à ta proposition, bien sûr. Tu penses que cela va changer la vie des gens en mieux, qu'ils vont se sentir mieux après son adoption. Dans la masse de propositions concrètes qui pourraient être proposées pour améliorer la vie des gens, tu as fait un choix qui n'est pas nouveau et qui fait déjà l'objet de plein d'attentions, ici et là, avec un certain populisme.

Moetai Brotherson :
Si être populiste c'est entendre et écouter ce que le Peuple réclame depuis longtemps, je suis populiste. Je n'ai pas la primeur de cette réflexion sur l'inéligibilité et avais suspendu mes travaux quand Macron avait annoncé la Loi sur la moralisation de la vie politique. Comme tant d'autres j'ai été deçu de son contenu avec notamment le recul sur l'exigence d'un casier judiciaire vierge. J'ai donc repris mes travaux, pas tout seul dans mon coin mais bien "à plusieurs cerveaux" le texte qui en résulte est le fruit de 9 mois de travail pour justement étudier les implications et effets de bord. Aujourd'hui je pense que le texte proposé est mûr, solide et exempt de démagogie. Ce n'est que mon avis et celui des nombreux juristes et députés qui ont participé à sa rédaction.
Pour terminer cette proposition de loi est la première d'une longue série. Donc je n'ai pas fait de choix exclusif dans la "masse des propositions".
Te aroha ia rahi


Vaea Devatine :
Ia ora na Moetai Brotherson, entendu, je vais dire ce que je trouve incroyable dans ce projet de loi dont tu sembles si fier, dans une vidéo courte que je posterai ici dans quelques jours - et sur ma page fb aussi. Je suivrai aussi le débat à l'assemblée nationale et j'écrirai aussi un article à ce sujet. A bientôt !

Puis sur la page Facebook de Vaea Devatine :

Vaea Devatine
Débats et des hauts : suite à la proposition de loi du député Moetai Brotherson, visant à "l'inéligibilité à vie des élus corrompus", j'émets des réserves compte-tenu de ses conséquences. OK, je suis d'accord pour donner mon point de vue en tant que journaliste, et j'ai annoncé que j'enregistrerai une vidéo pour répondre au député indépendantiste et participer à l'absence de débat à propos des implications du projet de loi qu'il porte ;-)

Moetai Brotherson :
Ce que je ne comprends pas vraiment dans ta démarche, c’est qu’elle semble impliquer que cette PPL n’a pas été réfléchie, débattue, travaillée, comme si elle sortait d’une boite de bonux.
Tu penses donc qu’un élu de l’opposition, qui plus est indépendantiste (et donc clairement pas dans les bons papiers de l’exécutif national) ne va pas réfléchir deux fois plus à une telle proposition de Loi ?
J’ai sollicité l’examen préalable de cette PPL par le conseil d’Etat, 2h de réunion avec la crème des juristes du C.E et de 3 ministères (intérieur, justice, outre-mer) des spécialistes du droit pénal et électoral mardi soir.
Ensuite ce sera le passage en commission des Lois le 20, justement pour que le débat puisse avoir lieu, et enfin le 7 mars dans l’hémicycle.
Par ailleurs, pourquoi ne pas avoir le même émoi, la même interrogation pour d’autres PPL ? Par exemple les amendements proposés par mes collègues Maina et Lana sur l’indivision...
Enfin, tu me connais, le débat c’est mon kiff. Donc, si tu veux faire une vidéo équilibrée, je te propose de la faire sous forme d’interview. Tu as mes coordonnées, je suis à Paris jusqu’au 11 mars.
Te Aroha Ia rahi.


Vaea Devatine :
Oui, oui, je suis un peu l'actualité législative, y compris celle des députés Maina Sage et Nicole Sanquer Fareata et les sénateurs Sénatrice Lana Tetuanui et Nuihau Laurey. En ce qui te concerne, c'est ta première proposition de loi depuis ton élection en 2017 et il témoigne de ton travail et de ton apport au droit et aux institutions de ce pays qui vont s'appliquer jusqu'en Polynésie française ! Je ferai une vidéo courte comme indiqué sur ta page, n'en déplaise à certains ;-) qui pensent que c'est un crime de lèse-majesté d'avoir écrit : "Réfléchissons un peu car ce type de proposition a des implications qui ne sautent peut-être pas aux yeux de tous" (...) Mais avant le débat j'indiquerai en début de semaine prochaine dans une vidéo les principales implications que je trouve à cette proposition de loi. Mauruuruu i te fa'aro'ora'a mai e ia ora na !"

Vaea Devatine, le 18 février 2019 :
Proposition de loi pour l'inéligibilité à vie des élus corrompus par Moetai Brotherson à l'Assemblée nationale : j'avais dit que j'indiquerai les implications que je vois.
Dans l'exposé des motifs, il demande que le juge ait "la faculté" (...) "de prononcer l'inéligibilité à vie" (...) "réservée aux rares personnes (...) ayant commis plusieurs crimes ou plusieurs délits".
Voici la vidéo annoncée. Je n'ai pas interviewé le député et je n'ai pas contacté mes confrères pour faire un débat télévisé.

 

Vidéo : la journaliste répond au député


Calendrier

Après avoir été examinée par "la crème des juristes au Conseil d’État", la proposition de lois du député Moetai Brotherson passe en commission des lois ce 20 février à 9h30, ouvert à la presse et retransmis en direct et en replay sur le site de l'Assemblée nationale. Elle sera examinée en session plénière de l’Assemblée nationale le 7 mars 2019.
 

En savoir plus







Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et l'un des vingt arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.